Feuilleter le catalogue
(Fichier PDF - 6.2 Mo)
Télécharger le catalogue
(Fichier PDF - 6.2 Mo)
Télécharger la grille
(Fichier PDF - 228.1 ko)

ROLIN Jean

France

Le Pont de Bezons (P.O.L., 2020)

© H. Bamberger

Journaliste de formation, Jean Rolin publie des livres depuis plus de trente ans et a aussi collaboré à plusieurs journaux tels que Libération, Géo et Le Figaro. Fils de médecin militaire, né en 1949 à Boulogne-Billancourt, cet ancien militant maoïste, aujourd’hui auteur d’une trentaine d’ouvrages, est un écrivain atypique et baroudeur. Il revient sur Seine en 2020 avec Le Pont de Bezons, un nouveau roman qui nous emmène sur les berges du fleuve, dans un voyage improbable entre Melun (Seine-et-Marne) et Mantes (Yvelines). Des paysages banals deviennent de magnifiques instants suspendus sous la plume poétique de l’auteur, qui dessine par fragments une vie urbaine dans les marges ; un véritable récit de voyage, en plein coeur de la France.

Journaliste de formation, Jean Rolin publie des livres depuis plus de trente ans et a aussi collaboré à plusieurs journaux tels que Libération, Géo et Le Figaro. Fils de médecin militaire, né en 1949 à Boulogne-Billancourt, cet ancien militant maoïste, aujourd’hui auteur d’une quinzaine d’ouvrages, est un écrivain atypique.

De la Somalie à la Bosnie, de la banlieue parisienne à l’Asie, de l’Afrique du Sud aux États-Unis, il a arpenté le monde, en long, en large et en travers. Tour à tour qualifié d’écrivain d’ici et d’ailleurs - d’écrivain des pourtours - de curieux, de vagabond, de chroniqueur de l’inconfort, Jean Rolin passe pour être un fin observateur de la condition humaine et un amateur de zones dites « incertaines », à savoir les terrains vagues, le périphérique parisien, les rails tanzaniens, les villages en ruines de Bosnie, la frontière belge, les ports industriels français… Ses récits - peut-on vraiment parler de romans quand rien de ce qu’il raconte ne sort vraiment de son imagination ? - s’inspirent de celles et ceux qui ont croisé sa route un jour ou l’autre...

Récompensé en 1988 par le prix Albert Londres pour La ligne de front, par le prix Médicis en 1996 pour L’organisation et par le prix Ptolémée en 2006 pour L’homme qui a vu l’ours, Jean Rolin est non seulement un auteur flatté par la critique mais aussi - et surtout - un témoin du temps présent, dont l’écriture teintée d’humour et de poésie est avant tout saluée pour son réalisme.

En 2009, Un chien mort après lui donne à lire une vision âpre et atypique du monde et des hommes. Avec ce récit d’errance qui prend pour point d’équilibre la figure du chien à travers les âges et les continents, Jean Rolin prouve encore une fois quel indispensable écrivain il est.

En 2011, il revient avec Le Ravissement de Britney Spears, un livre qui surprend, tant par son thème que par le choix de Jean Rolin de s’attaquer à un récit de fiction. Même s’il nourrit son texte de l’atmosphère de Los Angeles où il a résidé plusieurs semaines, ce nouveau livre est un roman où il déploie toute la liberté permise par son sujet. On y découvre les tribulations d’un agent secret chargé de veiller sur la star, agent qui ressemble tout de même à l’auteur comme on a pu le découvrir dans ses livres précédents : un antihéros, badaud faussement désinvolte et ironique à souhait. Bien que le réalisme y soit moins évident, la patte de Jean Rolin se ressent derrière sa plume : encore une fois, son œuvre puise sa source dans l’exploration d’un territoire inconnu et nous montre notre monde sous un angle original. Dans Le Ravissement de Britney Spears, il déploie le talent d’évocation et l’inimitable humour mélancolique que l’on connaît à l’auteur d’Un chien mort après lui.


Liens


Bibliographie

  • Le Pont de Bezons (P.O.L., 2020)
  • Crac (P.O.L., 2019)
  • Le Traquet kurde (P.O.L., 2018)
  • Peleliu (P.O.L., 2016)
  • Savannah (P.O.L., 2015)
  • Les Événements (P.O.L., 2015)
  • Ormuz (POL, 2013)
  • Vu sur la mer (La Table Ronde, 2012)
  • Dinard. Une autobiographie immobilière (La Table Ronde, 2012)
  • Le Ravissement de Britney Spears (P.O.L, 2011)
  • Un chien mort après lui (P.O.L., 2009)
  • L’Explosion de la durite (P.O.L., 2007)
  • L’homme qui a vu l’ours (P.O.L., 2006)
  • Terminal frigo (P.O.L., 2005)
  • Chemins d’eau (Payot, 2004)
  • Chrétiens (P.O.L., 2003)
  • La clôture (P.O.L., 2002 ; Gallimard, 2004)
  • Campagnes (Gallimard, 2000)
  • Traverses (NIL, 1999)
  • C’était juste cinq heures du soir (Le Point du jour, 1998 - avec Jean-Christian Bourcart)
  • L’organisation (Gallimard, 1996) - prix Médicis
  • Zones (Gallimard, 1995)
  • Joséphine (Gallimard, 1994)
  • La Frontière belge (J. C. Lattès, 1989)
  • La ligne de front (Quai Voltaire, 1988) - prix Albert Londres
  • Vu sur la mer ( Bueb & Reumaux, 1986)
  • L’Or du scaphandrier (J. C. Lattès, 1983)
  • Journal de Gand aux Aléoutiennes (J. C. Lattès, 1982) - prix Roger Nimier
Le Pont de Bezons

Le Pont de Bezons

P.O.L. - 2020

« Heureux qui a vu le jour se lever sur le pont de Bezons ». C’est la première phrase de ce roman dont le projet consiste « à mener sur les berges de la Seine, entre Melun et Mantes des reconnaissances aléatoires, au fil des saisons, dans un désordre voulu ». Mais très rapidement ces déambulations prennent des allures de petite odyssée sur les berges du fleuve, au cœur de banlieues bousculées, parcourant des espaces fracassés, des friches et des zones industrielles. Traversée du monde d’à côté, celui que nous ne voyons plus depuis des décennies. De micro évènements prennent une tournure fatale et romanesque, comme la fermeture d’un Mc Donald’s à Bezons ou des parties de pêche organisées par des Rroms. On y croise des réfugiés tibétains sur une péniche à Conflans, un café kurde révolutionnaire à Corbeil, un restaurant brésilien, des mosquées salafistes à Saint-Denis, une base assez confidentielle de la marine nationale. C’est le roman discret d’un monde bouleversant de solitude, d’oublis, de ruines et de décomposition.

Au cœur de ce parcours, il y a aussi les retrouvailles avec une vieille cousine et la maison de Carrières- sous-bois qui cache un secret de famille que le narrateur révèle pour la première fois : le fantôme de l’oncle Joseph. Mais le chaos de ce monde périphérique, sous le regard aigu du narrateur, cache lui aussi un mystère : la présence de toute une vie sauvage et animale nichée souvent dans d’improbables lieux. Oiseaux rares, cygnes sauvages, poissons… Avec humour, Jean Rolin traque les détails des existences, des paysages, des lieux, et les traces historiques d’un décor périurbain qui devient sous nos yeux le roman contemporain de notre abandon.

Ormuz

P.O.L. - 2013

C’est par le détroit d’Ormuz que transite de 20 à 30 % du pétrole et du gaz irriguant l’économie mondiale ; ce qui en fait, naturellement, un enjeu stratégique de premier ordre, particulièrement, depuis quelques années, dans le climat de tension croissante engendré par le programme nucléaire de l’Iran. À intervalles réguliers, des escadres de navires américains s’y font voir, surveillées de près par des navires iraniens d’une puissance infiniment moindre que les précédents, mais rompus aux tactiques les plus retorses de la guerre navale dite « asymétrique ». De telle sorte que le moindre incident pourrait entraîner une escalade incontrôlable, et que tous les pays de la région sont engagés dans une course aux armements très propice aux marchands de ces derniers. Il n’est pas indifférent, d’autre part, de noter que les paysages du détroit d’Ormuz, tant sur la rive iranienne que sur la rive omanaise, sont d’une grande beauté, ou d’une grande étrangeté, au moins dans la mesure où la chaleur accablante qui y règne pendant six ou huit mois de l’année ménage des conditions acceptables pour les observer. C’est dans ce cadre, et dans ce contexte, que Wax, un personnage aux contours indécis, plus tout jeune, et sans doute un peu mythomane, a formé le projet de traverser à la nage le détroit d’Ormuz, bien que, même dans sa partie la plus resserrée, jamais moins d’une quarantaine de kilomètres n’en sépare les deux rives. Afin de préparer cette performance par des repérages, des prises de contacts, des analyses plus ou moins fantaisistes de la situation politico-militaire… –, et d’en tenir la chronique, Wax s’est assuré le concours de celui qui dit « je » dans ce récit. Récit dont la trame est formée tant par les tergiversations de Wax que par les pérégrinations de ce narrateur, maritimes ou terrestres, d’abord sur les eaux du Golfe puis sur les deux rives, l’arabe et la perse, de celui-ci. Et si faibles que paraissent ses chances de succès, Wax, pour finir, se lancera tout de même dans cette audacieuse tentative de franchir le détroit d’Ormuz à la nage.


Vue sur la mer

La Table Ronde - 2012

Vue sur la mer « Une semaine que l’on navigue et tout le monde en a par-dessus la tête. À l’arrière du bateau, des passagers font rôtir des singes morts, mais frais, non boucanés, avec leurs poils, sur quelques planches brûlant en plein air, après les avoir rompus et attendris à coups de marteau. Très curieux de voir le singe passer par les différents stades de la crémation : le poil grésille, le singe est lisse, il enfle, la peau éclate, le visage prend une expression de plus en plus agonique, les mâchoires ressortent avec leurs énormes canines, les yeux fondent... »


Le ravissement de Britney Spears

P.O.L. - 2011

Le ravissement de Britney Spears, P.O.L Faut-il prendre au sérieux les menaces d’enlèvement qu’un groupuscule islamiste fait peser sur Britney Spears ? Les services français (les meilleurs du monde) pensent que oui. Certes, l’agent qu’ils enverront à Los Angeles pour suivre cette affaire présente quelques handicaps - il ne sait pas conduire, fume dans les lieux publics, ignore presque tout du show-business et manifeste une tendance à la mélancolie -, mais il fera de son mieux pour les surmonter, consultant sans se lasser les sites spécialisés, s’accointant avec des paparazzis, fréquentant les boutiques de Rodeo Drive ou les bars de Sunset Boulevard, jusqu’à devenir à son tour un spécialiste incontesté tant de Britney elle-même que des transports en commun de Los Angeles. II n’en échouera pas moins dans sa mission, et c’est de son exil au Tadjikistan, près de la frontière chinoise, qu’il nous adresse ce récit désabusé de ses mésaventures en Californie.


Traverses

Nil Editions - 1999

Entre le ciel et l’eau

Les Cafés littéraires en vidéo
Saint-Malo 2012

Patrick Chamoiseau, David Vann, Jean Rolin, Edem Awumey


L’esprit des lieux

Les cafés littéraires en vidéo
Avec Louis-Philippe DALEMBERT, Lieve JORIS, Jean ROLIN, Jean-Paul KAUFFMANN - Saint-Malo 2009

Nouvelles du monde

Revivre le festival : Cafés littéraires
Avec : Didier DAENINCKS, Thom JONES, Jean ROLIN - Saint-Malo 2005Saint-Malo 2006

Les tours et détours du monde

Revivre le festival : Cafés littéraires
Avec : COJEAN Annick, FRAISSE Marie-Hélène, ROLIN Jean - Saint-Malo 1999

Jean Rolin, Vu sur la mer

Avec Jean Rolin et Kate Barry - Saint-Malo 2012

Rencontre avec Jean Rolin et Kate Barry, animée par Christelle Capo-Chichi


Entre roman, récit et essai : du voyage comme forme ouverte

Avec Patrick Deville, Jean Rolin et Caryl Ferey - Saint-Malo 2012

Avec Patrick Deville, Jean Rolin et Caryl Ferey


En marge

Saint-Malo 2009
Dimanche : 16h15 - En marge
Jean Rolin, Milena Magnani, Giosuè Calaciura, Eric Miles Williamson. Animé par Nathalie Crom

Programme


Dimanche

14h00
Que peut la littérature ? (Remise du prix Kessel de la Scam)
Chaine EV2

Invités : WEBER Olivier, KAHN Michèle, ROLIN Jean, HASKI Pierre