Lectures d’un printemps silencieux

L’homme qui vit

Ils ne savent pas, ils sont heureux. Qui Claude Vigée qualifiait-il ainsi ? Claude qui porte son nom en bandoulière, mais comme un chasseur désarmé. Vigée, je vis, vie j’ai. De cochons, il parlait de (...)

Lectures d’un printemps silencieux, par Alain Dugrand

"Granddad portait une Winchester 94" : Cow-Boy, Jean-Michel Espitalier (éd. Inculte)

Tout le monde ne peut compter un aïeul pilote de ballon in-dirigeable, un grand-père chaussé de bottes de sept lieues, un pépé remorqueur de barges en Normandie, un vioque admirateur d’un Grand (...)

Lectures d’un printemps silencieux, par Alain Dugrand

Champagne bien frappé, Trois Réputations, Jérémie Gindre (Zoé)

Nez au vent, un voyageur attentif éprouve les blessures que la dinguerie des bureaucrates a infligé aux montagnes, ces flancs de vallées plutôt. Du malheur au cœur des carriers, des tailleurs de (…)

Lectures d’un printemps silencieux, par Alain Dugrand

Par les villes : Rues de mercure, Alexis Gloaguen (Diabase Littérature)

Il n’est pas très éloigné le temps, lambinant, dans un compartiment direction Finistère, où nous lisions L’Atlantique Nord, d’Alexis Gloaguen. Pour le dire franchement, ces pages, éditées alors par (...)

Un poème d’Yvon Le Men, Printemps 2020

L’un par l’autre... Un poème d’Yvon Le Men, Printemps 2020

L’un par l’autre pour Yahia Belaskri Dans son coin un camélia sent la présence d’un prunier Hayashibara Raisel Dans mon jardin il y a deux pommiers côte à côte branches à fleurs feuilles à (...)

Lectures d’un printemps silencieux, par Alain Dugrand

Le choix de Disneyland : "Les Jours noirs", Brice Matthieussent (Arléa Éditeur)

Quatre-vingts pages, le récit d’un court séjour d’échange universitaire à Saint-Pétersbourg, et l’invocation du Dostoïevski des Carnets du sous-sol… L’auteur, un prince des traducteurs de l’édition (...)

Lectures d’un printemps silencieux, par Alain Dugrand

Cuba, île dingue Barroco Bordello, Thierry Clermont (Le Seuil)

Qui percera ce mystère caraïbe, dans un mois d’octobre si léger ; qui dira la saveur caramel d’un double daïquiri sucre de canne ? Bordel baroque, La Havane est une ode amoureuse pour la cité (…)

Lectures d’un printemps silencieux, par Alain Dugrand

Echos d’un grand œuvre : "Lisière", Kapka Kassabova (Marchialy)

L’auteur, née en 1973, a grandi à Sofia. Parfaite francophone, elle suit sa scolarité au Lycée français, puis émigre avec ses parents universitaires vers la Nouvelle-Zélande en 1991. De retour en (...)