Printemps arabes

23 février 2012.
 

Avec : Jean-Marie Blas de Robles, Yahia Belaskri, Régis Debray, Kebir Ammi et Lyonel Trouillot
Animé par Maëtte Chantrel
Quel regard les écrivains portent-ils sur les évements qui ont secoué le monde arabe au printemps 2011 ? L’écrivain, l’intellectuel a-t-il un rôle à jouer ? Comment dire le monde qui vient ? Témoigner, combattre sans se faire le porte voix d’une idéologie ? Faire du chaos du monde la matière de son œuvre, et le mettant en forme, de le rendre habitable, et lui donner une voix ? Trouver la « bonne distance » ?

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Antoine des Gommiers

Actes Sud - 2021

À Port-au-Prince, Ti Tony vit dans une seule pièce qu’il partage avec son frère Franky et leur mère Antoinette. Alors que Franky aime les mots et les histoires, il se lance dans l’écriture d’un livre sur Antoine des Gommiers, cet incomparable devin que les Haïtiens portent aux nues. Mais la popularité de ce chamane n’est pas l’unique raison d’un tel projet littéraire, Antoine des Gommiers serait le grand-oncle d’Antoinette, une filiation qui change tout même si Ti Tony, lui, ne saura jamais s’emparer de la fiction pour voir la vie en bleu.

Un livre magnifique, où l’amour filial transcende la misère.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Revue

Apulée n°7 - Libertés

Zulma - 2022

Libertés est le thème du septième numéro de la revue Apulée. Car la défense des libertés passe assurément par l’exaltation de la Liberté, seule dimension a priori dont l’existence réelle ne tient qu’à notre volonté. L’espace civilisationnel, celui des langues et des arts, de la simple communication, doit être revivifié et affranchi sans relâche pour contrer l’emprise obtuse de la technique et toutes les formes de violence, à commencer par l’économie de croissance exponentielle qui détruit toutes les chances de survie de l’humanité. Nous laisserons-nous mener sans réagir vers quelque État policier mondialisé où chacun devra répondre au risque de son honneur, des moindres sursauts de dignité, seraient-ils d’ordre privé, voire de sa vie ?

Depuis son premier numéro, la revue Apulée s’engage, en parlant du monde d’une manière décentrée, nomade, investigatrice, dans la défense indéfectible des libertés.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Un génial imposteur

Mercure de France - 2014

J’eus envie de traverser la mer, sur n’importe quel rafiot, pour prendre part au grand chambardement, la guerre que j’appelais de mes voeux depuis toujours, comme bien des fils de cette terre brimée. Tout ce que j’avais vécu, depuis ce lointain jour sur le bateau de Glen, dans la baie d’Alger, m’apparut soudain comme le passage obligé, l’épreuve avant la grande épreuve. J’étais un élu parmi les vivants ! Je ne pouvais pas exiger plus. J’étais prêt à me vêtir de mort, j’ignorais que j’allais enfiler la tunique de l’infamie.

La vie de Shar est un roman. Après avoir fui précipitamment l’Algérie, son pays natal, il a parcouru le monde, de l’Europe à l’Amérique latine, en passant par l’Asie, se mettant au service d’organisations mercenaires et changeant de camp au gré des événements. En 1954, il revient en Algérie : d’abord à la tête d’une troupe de maquisards sanguinaires, il passe ensuite à l’ennemi (côté français), participe un temps à l’OAS, mais retourne une nouvelle fois sa veste, s’engageant pour l’Indépendance de l’Algérie. Au terme d’une ascension aussi fulgurante qu’immorale, il obtiendra des responsabilités au sein du nouveau gouvernement. Mais le vent de l’Histoire peut encore tourner

Comment s’arranger avec l’histoire et se faire passer pour un héros ? Dans ce roman plein de rebondissements, Kebir Ammi décrit ce que l’âme humaine a de moins noble. Ou l’incroyable destin d’un anti-héros flamboyant, cynique, opportuniste et sans scrupule qui prospère sur les trahisons, les intimidations et les crimes.



Revue de presse :

Le Courrier

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Le silence des dieux

Zulma - 2021

Un matin comme un autre, après avoir avalé une gorgée de thé et un morceau de galette, Abdelkrim traverse les étroites ruelles du village de la Source des Chèvres et s’éloigne sur la piste de terre pour aller en ville. Le long de l’oued asséché, la route au-delà de la montagne pelée se perd dans les sables alentour. Mais le car ne viendra pas. Des soldats bloquent l’accès : la route est coupée, le village isolé, rentrez chez vous.
Les villageois stupéfaits accueillent la nouvelle avec fatalisme, ce jour-là comme les suivants, sans plus même vérifier si les soldats sont toujours en poste. Ils consentent à cet enfermement, persuadés peut-être de l’avoir mérité. Oubliés des dieux.
Entre le café et la mosquée, la petite place résonne encore du dernier passage des commerçants itinérants, du porteur d’eau et des conteurs, mais le fragile équilibre vacille. Le maire se débat dans des fonctions devenues obsolètes, l’imam et doyen tente d’apaiser les colères, le riche Abbas fomente une prise de pouvoir à l’ombre de la palmeraie. Bientôt ils vont désigner un coupable, puisqu’il en faut un, et s’en débarrasser comme d’un mauvais sort.