BLANCHARD Pascal

France

10 mai 2020.

Fidèle du festival, cet historien et chercheur spécialiste du «  fait colonial  », des immigrations des « Suds » en France, de l’imaginaire colonial et de l’histoire du corps, multiplie les interventions et collaborations écrites et cinématographiques.
En 2018, il dirigeait « Sexe, Races... », ouvrage collectif retraçant six siècles d’histoire sous le prisme de la sexualité dans les empires coloniaux - marquée par la domination des corps. La grande qualité des articles et le phénoménal corpus iconographique du livre ont offert une mise en lumière de ce point de la colonisation souvent éludé, engendrant ainsi de nombreux débat sur l’articulation entre sexualité et hiérarchies raciales, consubstantielles à l’organisation du pouvoir dans les empires et à l’invention d’imaginaires sexuels transnationaux.
L’historien revient en 2020 sur l’histoire des décolonisations françaises, des premières contestations à ses répercutions actuelles. Assisté de trois autres historiens et d’un philosophe, tous spécialistes des questions coloniales, ce nouvel ouvrage décrypte l’un des plus grands basculements de l’histoire récente, et pose un regard renouvelé sur les deux faces du miroir colonial.

 

Pascal Blanchard est historien, spécialiste du « fait colonial », des immigrations des « Suds » en France, de l’imaginaire colonial et de l’histoire du corps.

Chercheur au Laboratoire Communication et Politique du CNRS, ancien chercheur associé au CNRS Anthropologie des représentations du corps à Marseille, il co-dirige depuis 1989 le Groupe de recherche Achac / Colonisation, immigration, postcolonialisme.
Historien au cœur de l’actualité, il intervient régulièrement dans les débats et dans les médias pour promouvoir un autre rapport au passé colonial et à l’histoire des immigrations « des Suds » (coloniales et post-coloniales) en France. En tant qu’animateur du Groupe de recherche Achac depuis 20 ans et à l’aune des questions qu’il aborde, il est d’ailleurs l’objet d’attaques régulières de groupes aux extrêmes, aussi bien sur le net que dans la presse.

Pascal Blanchard a réalisé plusieurs expositions sur le thème de la colonisation et de l’immigration, dont Images et Colonies (1993), Images d’empire (1996) ou L’appel à l’empire (1997), et a également publié ou co-dirigé une trentaine d’ouvrages et revues sur ces thèmes et plusieurs séries d’articles. Il a aussi collaboré à plus d’une dizaine de films de fiction ou documentaires, et a réalisé plusieurs documentaires télévisés dont (Les Zoos humains (Arte, 2002), Paris couleurs (France 3, 2005) ainsi que Des noirs en couleur (Canal +, 2008) qui retrace l’histoire des joueurs afro-antillais et néo-calédoniens en équipe de France de football.

Dans La France Noire publiée en 2011, il retrace l’Histoire des Noirs en France issus des quatre coins du monde. Avec plus de sept cent archives réunies, il documente ce qui correspond à près de trois siècles d’histoire commune ! Une histoire passionnante qu’il développe la même année dans la trilogie documentaire qu’il co-écrit avec Juan Gélas : « Noirs de France » diffusée à Saint Malo à l’occasion du festival Etonnants Voyageurs 2012.
Est ensuite publié sous sa direction La France arabe-orientale. Treize siècles de présences aux éditions de La Découverte, qui éclaire là aussi un pan peu connu de l’Histoire de France : de l’empire carolingien de Charlemagne jusqu’à nos jours, on constate sur le territoire la présence de Maghrébins, d’Arméniens, de Turcs, de Libanais ou encore de Touaregs, tous ces groupes ayant contribué à faire de la France ce qu’elle est, du point de vue politique, militaire, économique, religieux mais aussi culturel. Un livre unique au regard de l’incroyable iconographie qu’il propose, des enjeux qu’il porte et de l’histoire qu’il rend désormais accessible.

En 2014, avec l’historien Yvan Gastaut et les journalisates Claude Askolovitch et Renaud Dély, ils dressent un inventaire des convergences entre les années 2010 et les années 1930 dans un livre paru aux éditions Flammarion, Les années 30 sont de retour. L’Histoire se répète-t-elle à l’identique ? Un constat sur l’Europe en général et la France en particulier qui s’organise autour de quatre points : les crises, les peurs, les fractures et les idéologies. En 2016, Pascal Blanchard publie un essai, Vers la guerre des identités ?, où il est question de l’introduction de l’idée d’appartenance identitaire dans le débat public (et politique) et de ses récupérations idéologiques et stigmatisantes, très loin du concept humaniste d’universalité.

Dans sa publication Les années 30, et si l’histoire recommençait ? en collaboration avec Farid Abdelouahab, il met en parallèle les bouleversements survenus dans les années 30 et les récents évènements politiques et culturels. Un ouvrage richement illustré (doublé d’une exposition) pour un va-et-vient entre hier et aujourd’hui à travers des photographies, des affiches et des unes de journaux. Un dialogue troublant qui propose une lecture en miroir de la montée des populismes et des violences intégristes, pour une prise de conscience plus que jamais nécessaire.

En 2018, il publie 3 œuvres, dont Les années 50, et si la Guerre froide recommençait ?, fruit d’une nouvelle collaboration avec Farid Abdelouahab, Osons la Fraternité, et Sexe, race & colonies : La domination des corps du XVe siècle à nos jours qu’il présente à l’occasion de la 30e édition du Festival.

Basé sur plus de six siècles d’une histoire oubliée et ignorée, au travers de peintures, illustrations, photographies et objets divers, cette œuvre s’attache à décortiquer et comprendre les rouages de la domination des peuples par les empires coloniaux. Une histoire polémique et taboue, dont le douloureux héritage est tristement vif aujourd’hui, est mise à nu dans ce travail richement documenté par les meilleurs spécialistes internationaux.


Bibliographie :

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

Décolonisations françaises : la chute d’un empire

La Martinière, 2020 - 2020

L’empire colonial français se développe au XIXe siècle et devient le deuxième empire le plus vaste du monde, après celui du Royaume-Uni. Les contestations se multiplient dès l’entre-deux-guerres. Mais les bouleversements liés à la Seconde Guerre Mondiale accentuent la remise en question de la domination française. Commence dès lors un long processus de décolonisation, qui est aussi le plus long conflit de la France au XXe siècle, depuis les premiers soulèvements en 1943 jusqu’aux dernières indépendances au milieu des années 1970.

Pascal Blanchard, Nicolas Bancel et Sandrine Lemaire évoquent toutes les facettes et les contradictions de ce processus, tantôt marqué par des épisodes d’une violence inouïe, tantôt accompagné de réformes et d’accords bilatéraux maintenant, des décennies plus tard, une forte dépendance des pays décolonisés vis-à-vis de la France. À travers près de 250 photographies, documents de presse ou affiches, ils décryptent l’un des plus grands basculements de l’histoire récente, et posent un regard renouvelé sur les deux faces du miroir colonial.