Ma Langue est poésie

Avec Yvon LE MEN, Massimo DEAN et Chris AMES

28 juin 2022.
 

Avec Yvon LE MEN, Massimo DEAN et Chris AMES


Les Cafés littéraires : Festival Saint-Malo Étonnants Voyageurs 2022
Du 4 au 6 juin 2022, toute l’actualité littéraire des derniers mois.
En compagnie de Maette Chantrel et de Pascal Jourdana.


Au cœur du festival, le café littéraire s’installe chaque année la magnifique salle du Grand large, au premier étage, grande ouverte sur la mer. Toute la magie qui fait de ce lieu le poumon du festival, pour notre plus grand plaisir !

Comme toujours, dans une atmosphère conviviale, retrouvez toute la richesse de cette littérature-monde que nous aimons. Romanciers, poètes, essayistes et grands témoins évoquent leur dernier livre, leur vision du monde : les auteurs français qui ont fait l’actualité littéraire ces derniers mois et les nouvelles voix venues du monde entier, d’Ukraine, d’Afghanistan, des États-Unis, du Brésil, de Cuba, d’Écosse, de Tunisie, du Sénégal, de Pologne…

Une captation vidéo par TVR35, à retrouver sur notre site.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Poésie

Les Épiphaniques

Bruno Doucey - 2022

Ils se nomment Anne-Laure, Asma, Cathy, Chris, Emmanuelle, Jérôme… Leurs noms ne nous disent rien, mais sans eux ce livre n’aurait pas vu le jour. Les Épiphaniques, ce sont eux, des hommes et des femmes qu’Yvon Le Men a rencontrés dans les marges de notre société, faisant poème de leurs vies et de leurs histoires. Ils se disaient invisibles et les voici mis en lumière dans des poèmes. « Nous ne sommes pas que des cicatrices », dit l’une. Si j’étais une image, je serais « la montagne de Cézanne qui me rapproche du ciel », répond l’autre. Et de mot en mot une chaîne de fraternité traverse le recueil. D’un pont, d’un foyer, de la rue, d’une caravane, du froid, du bruit. Ils connaissent ce que nous évitons de voir. Ils se nomment Louna, Marc, Mickaël, Myriam, Thomas, Tiago et ont des choses à nous dire. Sur eux, autant que sur nous.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Poésie

Sous le pont Laennec

Goater - 2022

« C’est déjà novembre. Les arbres perdent leurs feuilles, la Vilaine
Son aplomb. Les arbres montrent leurs os, la Vilaine sa vase.
Où sont les sables dorés de l’univers,
Où puis-je fixer mon regard ?
Encore confiné, je deviens un lézard
Grimpant mes murs mouillés pour faire quelque chose de basique.
Les arbres deviennent tous nus, ils ne me protègent plus des orages. »

« Vous trouverez ici des portraits humains, trop humains. (…) Ils sont les sous-les-pontistes. Ils partagent la vie de Chris Ames avec les rats qui font la fête
au milieu de ses songes. »

Extrait de la préface d’Yvon Le Men