Dim. 15h15, Salle Sainte-Anne

L’hospitalité sacrée

23 mai 2022.
 

Va à l’étranger comme chez ton ami et chez ton ami comme à l’étranger.
Comment voyager sans confiance ? Comment accepter le mystère du plus proche ? Par un pont entre des bras ? Par une porte battante et ouverte à ce qui vient de l’ailleurs dans notre cœur où vit toute une humanité, toute l’humanité. Nous la connaîtrons seulement par le visage de l’autre, pas les mots des autres, qu’ils viennent des femmes afghanes, aujourd’hui, des protestants hier, des croyants et des athées, de toujours et de partout. Comme nous le rappelle le guerrier poète Abdel Kader dont l’hospitalité sauva des chrétiens à Damas et Sébastien Castellion dans son livre Conseil à la France désolée et qui tenta ainsi de nous prévenir, hier et pour demain, de toutes les dictatures religieuses et de leurs «  Saint-Barthélemy  ».
Avec Jean-Michel Le Boulanger, Michel Kneubülher, Leili Anvar, Yahia Belaskri et Yvon Le Men

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

Une fraternité, des fraternités

Bayard - 2022

Trois voix différentes, celle d’un responsable politique de Bretagne, élu de la République, celle d’un imam et celle d’un évêque, qui se connaissent et sont amis, s’unissent pour défendre la nécessité de faire vivre concrètement, dans notre société, la fraternité. Ils s’interrogent : quelle est-elle cette fraternité ? Que veut-elle nous dire ? Est-elle une utopie, un horizon inatteignable ? Est-elle simple étendard ? En partant d’un historique de cette notion et en évoquant leurs expériences personnelles, chacun à sa façon, l’affirme, à la lumière de leurs différence et de leur amitié : la fraternité est un combat, nécessaire, vital pour le siècle à venir et une condition de la paix du monde.

« Aujourd’hui, la mondialisation, la globalisation, les liens et les réseaux, nous obligent, comme jamais dans l’histoire et la notion de fraternité devient chaque jour davantage l’enjeu majeur de la marche du monde. »

Un ouvrage original, où trois voix amies et complémentaires se répondent. Un ouvrage salutaire.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

Détours & déclics. Action culturelle et langue française

La Passe du vent - 2018

Le livre Détours & Déclics. Action culturelle et langue française est d’abord un hommage aux équipes qui – au sein de structures publiques (médiathèques, musées, théâtres...) comme d’associations – ont inventé des projets d’une rare pertinence en réponse à l’appel à projets « L’action culturelle au service de la maîtrise du français » lancé par le ministère de la Culture.

Partant de la nécessité constatée de « réduire les inégalités face à la maîtrise de la langue française », cet appel à projets reposait sur la conviction que « les pratiques artistiques et culturelles peuvent contribuer à améliorer les compétences langagières ».

Émanant d’organismes œuvrant dans les champs culturel, social et éducatif, quelque cent cinquante projets ont été soutenus dans ce cadre : conjuguant expérience artistique ou culturelle et pratique linguistique, tous proposaient des formes de médiation adaptées à des personnes en difficulté avec la langue française, que celle-ci soit ou non leur langue première : étrangers allophones, jeunes ou adultes sans emploi ni qualification, personnes en situation d’illettrisme, détenus ou mineurs sous main de justice etc.
Les reportages, analyses, entretiens, contributions d’experts réunis dans ce livre et dans le film qui l’accompagne, Les orages, ça finit par passer... , le confirment : le « détour » par l’action culturelle peut provoquer, chez une personne en difficulté linguistique, un « déclic » pour mieux apprivoiser la langue française. Et aussi découvrir d’autres manières d’être-au-monde, (re)trouver confiance en soi, accroître son « pouvoir d’agir » et participer à la vie de la cité.

Les organismes cités : Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (Lyon), AIME-le Moutard (Lyon), Alliance française de Cayenne, Centre du livre et de la lecture en Poitou-Charentes, Centre Ressources illettrisme Auvergne, Centre Ressource Illettrisme Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ciné Musafiri (Mayotte), Compagne Issue de secours (Villepinte), Conseil départemental du Val-de-Marne (Créteil), ECDC - Éduquer Créer Divertir Cultiver (Montpellier), Ensemble La Rêveuse (Orléans), Espace CESAME(Éragny-sur-Oise), Espace Pandora (Vénissieux), Étonnant cinéma(Montreuil), Filigrane (Lyon), Initiales (Chaumont), La Boîte aux Lettres - Atelier de formation de base (Alençon), La Caravane des dix mots (Lyon), Langue & Communication (Rennes), Langues Plurielles (Paris), Les arTpenteurs (Lyon), Maison du patrimoine oral de Bourgogne (Anost), Médiathèque d’agglomération de Cambrai, Ministère de la Culture (Délégation générale à la langue française et aux langues de France et Direction générale des médias et des industries culturelles), Mots & Merveilles (Aulnoye-Aymeries), Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis, Réseau de lecture publique (Vaulx-en-Velin), Signes de sens(Lille), Théâtre de la Commune - Centre dramatique national (Aubervilliers), Tilt(Marseille).
Livre et DVD réalisés à l’initiative du ministère de la Culture (Délégation générale à la langue française et aux langues de France).

Rédaction : Michel Kneubühler
Préface : Loïc Depecker, délégué général à la langue française et aux langues de France
Introduction : Claire Extramiana, chargée de mission auprès du délégué général pour la maîtrise du français et l’action territoriale
Coordination éditoriale : Michel Kneubühler et Thierry Renard
Réalisateur : Philippe Worms

 

DERNIER OUVRAGE

 
Poésie

Le cri des femmes afghanes

Bruno Doucey - 2022

Anthologie établie et traduite par Leili Anvar

Préface par Atiq Rahimi

— 

Le mot de l’éditeur :

Il existe « un cri du silence » comme il existe des silhouettes sans visage et des visages sans voix. En Afghanistan, depuis longtemps déjà, l’oiseau noir de la peur paraît s’être juché sur l’épaule des femmes. Du monde libre qui est le nôtre, nous les imaginons invisibles et muettes sous la burqa, condamnées à la misogynie aveugle, recluses dans le poing d’une domination archaïque. Pourtant en Afghanistan, comme ici, des femmes lisent et écrivent. Des vers. Des chants. De la poésie. Des mots qui ouvrent en elles, et autour d’elles, un espace de liberté où ce qui est interdit, tabou, bafoué, vient sourdre comme une source à la surface de la terre. Les langues se délient. Les corps parlent. L’âme trouve une voix. Et l’eau de leurs poèmes irrigue le monde d’une espérance que l’on n’attendait plus. Oui, le courage des femmes dévoile ici son vrai visage.

Extrait :

« La nuit, les étoiles
Brûlent de douleur avec nous
La nuit, les nuages
Pleurent de chagrin avec nous
La nuit, les feuilles
Tremblent de peur avec nous
La nuit, les vents
Soufflent de rage avec nous
Et nous, dans les ténèbres de ces nuits
Débordant de cris sans voix
Avec la torche de nos prières
C’est l’aube que nous attendons… »

– Parvin Pejvâk

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Le silence des dieux

Zulma - 2021

Un matin comme un autre, après avoir avalé une gorgée de thé et un morceau de galette, Abdelkrim traverse les étroites ruelles du village de la Source des Chèvres et s’éloigne sur la piste de terre pour aller en ville. Le long de l’oued asséché, la route au-delà de la montagne pelée se perd dans les sables alentour. Mais le car ne viendra pas. Des soldats bloquent l’accès : la route est coupée, le village isolé, rentrez chez vous.
Les villageois stupéfaits accueillent la nouvelle avec fatalisme, ce jour-là comme les suivants, sans plus même vérifier si les soldats sont toujours en poste. Ils consentent à cet enfermement, persuadés peut-être de l’avoir mérité. Oubliés des dieux.
Entre le café et la mosquée, la petite place résonne encore du dernier passage des commerçants itinérants, du porteur d’eau et des conteurs, mais le fragile équilibre vacille. Le maire se débat dans des fonctions devenues obsolètes, l’imam et doyen tente d’apaiser les colères, le riche Abbas fomente une prise de pouvoir à l’ombre de la palmeraie. Bientôt ils vont désigner un coupable, puisqu’il en faut un, et s’en débarrasser comme d’un mauvais sort.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Poésie

Les Épiphaniques

Bruno Doucey - 2022

Ils se nomment Anne-Laure, Asma, Cathy, Chris, Emmanuelle, Jérôme… Leurs noms ne nous disent rien, mais sans eux ce livre n’aurait pas vu le jour. Les Épiphaniques, ce sont eux, des hommes et des femmes qu’Yvon Le Men a rencontrés dans les marges de notre société, faisant poème de leurs vies et de leurs histoires. Ils se disaient invisibles et les voici mis en lumière dans des poèmes. « Nous ne sommes pas que des cicatrices », dit l’une. Si j’étais une image, je serais « la montagne de Cézanne qui me rapproche du ciel », répond l’autre. Et de mot en mot une chaîne de fraternité traverse le recueil. D’un pont, d’un foyer, de la rue, d’une caravane, du froid, du bruit. Ils connaissent ce que nous évitons de voir. Ils se nomment Louna, Marc, Mickaël, Myriam, Thomas, Tiago et ont des choses à nous dire. Sur eux, autant que sur nous.