Étonnantes Voyageuses : Ella Maillart et Isabelle Eberhardt

Avec Tiffany Tavernier, Olivier Weber

19 juin 2017.
 

Avec Tiffany Tavernier, Olivier Weber
Animé par Emmanuelle Dancourt

 

DERNIER OUVRAGE

 
Récit

De l’esprit de résistance

L’Aube - 2024

« Kurdes, Afghans opposants aux talibans, Ukrainiens. Trois peuples menacés,parmi d’autres, dans leur existence, dans leur culture, leur histoire, et quitémoignent d’un point commun : un étonnant esprit de résistance. Les livres et lesreportages m’ont conduit dans leurs maquis ou sur leurs lignes de front, et jeconstate depuis des années cette incroyable capacité à lutter contre l’oppression,par les armes, par la bravoure, par les lettres et la culture. Contre l’oubli aussi.
Depuis plus de vingt ans, ces parallèles entre des peuples en lutte m’ont fasciné,comme si une correspondance singulière existait entre la volonté et la pratiquedu combat pour l’émancipation et contre la tyrannie. Une correspondance quiconstruit une réflexion politique et philosophique sur le courage et la volonté deliberté. [...]
L’engagement [...] est la grande affaire de ces combats-là, et sans nul doute l’unedes grandes espérances du siècle. L’humanisme, oui, osons le dire et le rappeler,contre le totalitarisme protéiforme. Et le combat de ces esprits de la résistanceincarne au plus haut point le respect de la dignité face à la barbarie. Après lesiècle des quatre génocides, une antienne pour le siècle à venir. »

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

En vérité, Alice

Sabine Wespieser Éditeur - 2024

Aux urgences, Alice se reproche de s’être abîmé le bras en tombant dans la cuisine. Elle aurait dû reculer vers le tapis du salon… Et, quand la médecin lui demande devant qui, devant quoi elle a battu en retraite, la jeune femme esquive. Le diagnostic la désespère : trois semaines avec une atèle, alors qu’ils déménagent à Paris. Et son homme qui ne dort plus, il a tant de problèmes, ils s’aiment si fort. Personne ne la comprend, ni cette praticienne suspicieuse, ni ses amis, ni sa mère, convaincue qu’il finira par la tuer.
Comme souvent dans les romans excellents, tout est dit dès la première scène : reste à savoir si, et comment, Alice parviendra à fuir cette emprise. Mené tambour battant, ponctué de trouées de lumière, même dans les scènes les plus sombres, ce livre nous conduit sur des chemins absolument inattendus : sommée par le monstre avec qui elle vit de trouver du travail, Alice, qui a interrompu ses études de droit quand elle l’a rencontré́ cinq ans auparavant, n’a guère de possibilités. Vendeuse ou serveuse, c’est hors de question pour celui qui la veut toute à lui. La chance lui sourit dans l’église du quartier où, totalement athée pourtant, elle se réfugie lors de ses rares moments de répit. Elle y avise une mystérieuse petite annonce : « L’association diocésaine de Paris recrute un(e) assistant(e) pour le Promotorat des causes des saints. »
À sa grande surprise, l’évêque responsable la recrute à l’issue d’un bref entretien, trop heureux d’avoir enfin trouvé quelqu’un d’apparemment censé – plutôt que les illuminés qui briguaient le poste – pour remettre de l’ordre dans les dossiers délaissés par son prédécesseur. La voilà embarquée, et nous avec elle, dans un univers dont elle ignore tout : il s’agit, comprend-t-elle, d’instruire des candidatures à la canonisation, première étape d’une interminable procédure qui bien sûr doit s’achever à Rome, si elle n’est pas interrompue avant, tant les conditions suspensives sont nombreuses et complexes.
Tout semble jouer en défaveur d’Alice : elle souffre d’une timidité maladive depuis son arrivée à Paris, à l’âge de dix ans, vécue comme l’enfouissement sous une chape de plomb après une enfance radieuse au Guatemala ; son compagnon, excédé de ne plus l’avoir à son entière disposition, lui fait subir un harcèlement constant ; et elle a évidemment bien du mal à comprendre ce que l’on attend d’elle.
Malgré tout, aidée par des prélats et des collègues d’une bienveillance sans limites, elle parvient à se familiariser avec les documents dont elle a la charge, découvrant à leur lecture les destinées extraordinaires de ces « Serviteurs de Dieu », « Vénérables » ou « Bienheureux » qu’il s’agit d’évaluer et dont Tiffany Tavernier ponctue son récit, illuminant dans le même mouvement son texte et le quotidien de sa protagoniste.
À la faveur d’extraordinaires rebondissements, la puissante romancière invite le monde extérieur dans la bulle de déni où s’est réfugiée Alice, l’autorisant à se frayer un chemin vers sa propre vérité. Ce n’est pas là la moindre surprise du formidable portrait de femme qu’elle nous offre, fidèle à sa compassion pour les âmes tourmentées dont elle sait voir la clarté.