Des gens ordinaires

23 juin 2014.
 

Avec Ana Paula Maia, Lyonel Trouillot, Nigel Thomas et Marcelino Freire.
Animé par Willy Persello.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Antoine des Gommiers

Actes Sud - 2021

À Port-au-Prince, Ti Tony vit dans une seule pièce qu’il partage avec son frère Franky et leur mère Antoinette. Alors que Franky aime les mots et les histoires, il se lance dans l’écriture d’un livre sur Antoine des Gommiers, cet incomparable devin que les Haïtiens portent aux nues. Mais la popularité de ce chamane n’est pas l’unique raison d’un tel projet littéraire, Antoine des Gommiers serait le grand-oncle d’Antoinette, une filiation qui change tout même si Ti Tony, lui, ne saura jamais s’emparer de la fiction pour voir la vie en bleu.

Un livre magnifique, où l’amour filial transcende la misère.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Charbon animal

Anacaona - 2013

Voici l’histoire d’Ernesto Wesley, pompier, et de son frère Ronivon, fonctionnaire dans un crématorium, dans une ville fictive, Abalurdes. Les deux frères mènent une vie simple. L’un d’eux se bat contre le feu, l’autre en vit. Sans chercher à attirer l’attention, les deux frères cherchent un moyen de rendre leur vie un peu plus supportable, dignement.

Insolite et provocante, la littérature d’Ana Paula Maia vibre avec l’intensité du possible, du réel. Ses mots façonnent une localité universelle, où les enfers de chacun se révèlent dans des dialogues fragmentés, dans le regard morne d’hommes-bêtes surchargés du poids de leur propre existence, du désespoir, de l’absence de perspectives. Ses héros sont des travailleurs en marge, prisonniers dans l’ambigüité de leurs emplois, conditionnés, marginalisés par leurs propres choix. Ernesto Wesley, Ronivon, Edgar Wilson. Des hommes dont on ne parle jamais, mais qui sont indispensables au fonctionnement de la société.

Traduit du portugais (Brésil) par Paula Anacaona

 

DERNIER OUVRAGE

 
Nouvelles

Des vies cassées

Mémoire d’Encrier - 2014

Tout un peuple d’immigrants invisibles croupissent à côté de leurs rêves. Manière différente de vivre et de voir l’exil quand on est anglophone noir dans un Montréal francophone blanc. Dans ces nouvelles, qui explorent l’identité, la migration et l’errance, H. Nigel Thomas rend vivants ces êtres reclus, dans une langue hachée, parfois brutale et sans concession. Entre les pays d’origine – Jamaïque, Barbade, Saint-Vincent, Grenade, Guyane anglaise, Aruba – et le pays d’accueil, se jouent tous les fantasmes. Récits, chroniques et portraits dévoilent ces visages marqués par la violence et l’exclusion. L’auteur révèle, à travers une mosaïque bariolée, une meute de solitudes : Côte-des-Neiges en noir et blanc.
Traduit de l’anglais par Alexie Doucet.