Après-midi

Comment raconter l’Histoire en train de se faire

28 mai 2014.

APRÈS-MIDI DIMANCHE 14H-19H, THÉÂTRE CHATEAUBRIAND

 
Syrie, instantanés d’une histoire en cours

Irruption sur la scène du monde de nouvelles générations, révolution technologique : à nouveau monde, nouvelles manières de le dire. Jadis, les reporters de guerre, au péril de leur vie, rapportaient les paroles des sans voix. Mais voilà que tout change quand les acteurs eux-mêmes prennent directement la parole. Comment dire le monde, plongé au cœur de l’histoire en train de se faire ? Une grande après-midi le dimanche au Chateaubriand, dans le prolongement de la matinée de l’Auditorium, avec deux films étonnants, en vis-à-vis : Syrie instantanés d’une histoire en cours, création du collectif syrien Abou Naddara et, en avant-première en France, le film choc du tunisien Amine Boukhris : War reporter. Acteurs en lutte et reporters de guerre : deux mondes. Au milieu, un grand débat, avec l’Égyptien Khaled Al Khamissi, Andreï Kourkov, arrivé d’Ukraine, ainsi que Velibor Colic, auteur bosniaque qui a vécu le siège de Sarajevo, Jean-Pierre Perrin qui dans son dernier ouvrage convoquait l’histoire, la littérature et la poésie pour rendre compte dans la pleine mesure du désastre syrien.

War reporter : un film événement, en avant-première, témoignage choc sur le quotidien des reporters de guerre.

Pour poursuivre, une autre rencontre le lundi (15h45, Auditorium) : « Reporters de guerre », avec Olivier Weber, Alain Mingam, Amine Boukhris et John Morris. Et la projection des deux films.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Vilnius, Paris, Londres

Liana Lévi - 2018

C’est la fin des gardes-frontière et des contrôles de passeports, un immense espoir pour un pays minuscule : le 21 décembre 2007, à minuit, la Lituanie intègre enfin l’espace Schengen. Comme beaucoup de leurs compatriotes, trois couples se lancent dans la grande aventure européenne. Ingrida et Klaudijus tenteront leur chance à Londres. Barbora et Andrius à Paris. Et si Renata et Vitas restent dans leur petite ferme à Anykšciai, eux aussi espèrent voir souffler jusqu’à l’Est le vent du changement. Mais l’Europe peut-elle tenir ses promesses de liberté et d’union ? Estampillés étrangers, bousculés par des habitudes et des langues nouvelles, ces jeunes Lituaniens verront l’eldorado s’éloigner de jour en jour. Kukutis, un vieux sage qui traverse l’Europe à pied, le sait bien, lui : « Peu importe la ville où l’on veut atterrir, c’est le voyage lui-même qui est la vie. »

Dans ce roman tour à tour drôle, tendre et mélancolique, Kourkov donne un visage à tous les désenchantés du rêve européen.

Traduit du russe par Paul Lequesne


 

DERNIER OUVRAGE

 
Biographie

Dictionnaire amoureux de Kessel

Plon, 2019 - 2019

Fruit d’un travail minutieux, cet ouvrage retrace l’ébouriffante vie de Joseph Kessel, sous la plume avisée d’Olivier Weber.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Romans

Le livre des départs

Gallimard - 2020

« Je suis un migrant, un chien mille fois blessé qui sait explorer une ville. Je sors et je fais des cercles autour de mon immeuble. Je renifle les bars et les restaurants ».

Velibor Čolić, à travers le récit de son propre exil, nous fait partager le sentiment de déréliction des migrants, et l’errance sans espoir de ceux qui ne trouveront jamais vraiment leur demeure. Il évoque avec ironie ses rapports avec les institutions, les administrations, les psychiatres, les écrivains, et bien sûr avec les femmes, qui tiennent une grande place ici bien qu’elles aient plus souvent été source de désir ardent et frustré que de bonheur. Son récit est aussi un hommage à la langue française, à la fois déchirant et plein de fantaisie.

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

Iran, la prière des poètes

Nevicata - 2017

L’Iran est un jardin que les mots font fleurir. Sous les coupoles des mosquées d’Ispahan et des mausolées de Chirâz, une somme de fascinantes contradictions persanes est à l’œuvre.

Les Iraniens aiment les sciences et sont superstitieux. Ils sont mystiques et amoureux des plaisirs plus terrestres. L’Iran des poètes est celui du pardon. Mais l’Iran des juges islamiques condamne à mort le plus grand nombre de mineurs au monde. Les omniprésents mollahs y sont sans cesse moqués, affublés de sobriquets ridicules, maudits, voire insultés. Mais peu d’Iraniens voudraient qu’ils disparaissent de leur paysage.

Ce petit livre n’est pas un guide. C’est un décodeur. L’Iran est un poème persan dont ces pages vous aident à saisir les dérangeantes ambiguïtés. Il dit l’âme d’un pays qui, de tout temps, a figuré au panthéon des voyageurs. Il explique le mystère et les secrets d’un grand peuple. Parce qu’en Iran, comprendre n’est qu’une étape sur le sinueux chemin des sentiments.

Un grand récit suivi d’entretiens avec Clément Therme (Comment les mollahs ont fabriqué l’homo islamicus) et Leili Anvar (Le mythe de la Taverne).

 

DERNIER OUVRAGE

 
Récit

Quelque part en France

Marabout - 2014

Londres, 1944. John G. Morris, 27 ans, est éditeur photo pour Life, l’hebdomadaire américain aux millions de lecteurs. Il a passé des mois à suivre le déroulement du conflit à travers les photos des plus grands correspondants de guerre. Le 6 juin, il sauve in extremis les premiers clichés du débarquement allié, développés à la hâte pour la publication. À l’été, John G. Morris décide de partir pour la France où les forces alliées sont engagées dans la bataille de Normandie. 
De ce voyage de quatre semaines, l’éditeur photo de Life rapporte une douzaine de pellicules qui resteront dans un tiroir.


Revue de presse