MILLER Nathaniel Ian

États-Unis

L’Odyssée de Sven (Buchet-Chastel, 2022)

© D. R.

Les espaces désolés et les immensités blanches des paysages arctiques fascinent Nathaniel Ian Miller. Cet écrivain est aussi éleveur de bétail dans le Vermont au nord-est des États-Unis, où la neige recouvre tout sept mois dans l’année. En 2012, il a participé au programme Arctic Circle et a passé plusieurs mois dans le cercle polaire à bord d’un bateau. Diplômé en creative writing et en biologie, attaché à s’imprégner du lieu où s’ancrent ses histoires, il a longtemps pratiqué le nature writing. Il garde ce cap avec L’Odyssée de Sven, un premier roman écrit au cours d’une résidence dans une cabane du Spitzberg ayant appartenue à un ermite au début du XXe siècle. L’expédition de Sven, entre conditions de vie extrêmes, solitude et trappage, est un hommage vibrant aux « paysages où l’on perd les traces du monde et où l’on trouve de vraies familles » (Page).

L'Odyssée de Sven

L’Odyssée de Sven

Buchet-Chastel - 2022

« Et la vérité c’est que, même si je suis connu comme un chasseur arctique solitaire et sans égal, je ne suis rien de tel et j’ai rarement été seul. »

Lassé de sa vie à Stockholm et d’un travail qui lui broie l’âme, le jeune Sven décide d’assouvir ses envies d’exploration polaire et de rejoindre le Spitzberg. Là-bas, la nuit arctique règne en maîtresse, on doit résister aux assauts des éléments comme un coquillage qui s’agrippe à son rocher, on peut assister à la splendeur d’une aurore boréale et être dévoré par un ours blanc dans la minute qui suit.

En route, il rencontrera de nombreux compagnons comme un géologue excentrique, un trappeur finlandais socialiste ou un chien plus utile qu’il n’en a l’air. Il assistera à la naissance d’un iceberg, aux jeux des renards polaires, et apprendra l’art de la chasse. Seul, il ira au bout de lui-même pour mieux retrouver le reste du monde.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Mona de Pracontal