Chargez la grille des programmes
(Fichier PDF - 169.5 ko)
Téléchargez le catalogue
(Fichier PDF - 3.6 Mo)
Consultez le catalogue en ligne
(Fichier PDF - 3.6 Mo)

UMUBYEYI MAIRESSE Beata

Rwanda - France

Tous tes enfants dispersés ; Ejo (Autrement, 2019 & 2020)

Photo Rodolphe Escher © Flammarion

Écrivaine rwando-française, elle a grandi à Butare, au sud du Rwanda. À l’âge de 15 ans, elle échappe au génocide des Tutsis en passant par le Burundi voisin, et arrive en France en juillet 1994. Récit émouvant, captivant et surtout essentiel sur la mémoire, l’identité et l’exil, son premier roman raconte l’histoire d’une famille meurtrie par le drame rwandais, où trois générations se retrouvent quelques années après le drame et tentent de dépasser le silence et renouer les liens, par-delà les fantômes du passé. Dans cette ode à la transmission, l’autrice porte avec une sensibilité impressionnante les voix de ses trois protagonistes, qui tentent de retrouver leur place dans le monde. Le livre décroche en 2020 le Prix Éthiophile, puis le Prix des cinq continents de la Francophonie.

« Le fait d’émailler mes phrases françaises d’expressions ou de mots en kinyarwanda n’est pas une tentative d’exotisation pour mieux plaire au lectorat occidental, ni une volonté de gagner en authenticité, mais bien la façon que j’ai trouvée de traduire ma langue intérieure, multiple, de cohabitations assumées, pour créer des connivences entre mes deux mondes. » (Ecole des lettres)

Bibliographie

  • Ejo, suivie de Lézardes et autres nouvelles (Autrement, 2020)
  • Tous tes enfants dispersés (Autrement, 2019)
  • Après le progrès (La Cheminante, 2019)
Tous tes enfants dispersés

Tous tes enfants dispersés

Autrement - 2019

Peut-on réparer l’irréparable, rassemble ceux que l’histoire a dispersés ? Blanche, rwandaise, vit à Bordeaux après avoir fui le génocide des Tutsi de 1994. Elle a construit sa vie en France, avec son mari et son enfant métis Stokely. Mais après des années d’exil, quand Blanche rend visite à sa mère Immaculata, la mémoire douloureuse refait surface. Celle qui est restée et celle qui est partie pourront-elles se parler, se pardonner, s’aimer de nouveau ? Stokely, lui, pris entre deux pays, veut comprendre d’où il vient.
Ode aux mères persévérantes, à la transmission, à la pulsion de vie qui anime chacun d’entre nous, Tous tes enfants dispersés porte les voix de trois générations tentant de renouer des liens brisés et de trouver leur place dans le monde d’aujourd’hui. Ce premier roman fait preuve d’une sensibilité impressionnante et signe la naissance d’une voix importante.

Langues et identités

Théâtre de l’Opéra - Grands débats
Avec Rachel KHAN, Beata UMUBYEYI MAIRESSE, Néhémy PIERRE-DAHOMEY -

Animé par Samia KASSAB et Sonia FITOURI

PARTIE 2

Nos identités sont complexes et mouvantes, et si la langue porte en elle des valeurs, elle crée des ponts qui relient entre eux nos imaginaires. Face à la montée en puissance des mouvements identitaires dans notre société – face aux idéologies « décoloniales » et « intersectionnelles », face aux injonctions d’écriture inclusive, nos mots sont malmenés. Rachel Khan alerte sur ces mots qui attisent le ressentiment, mentent, séparent et isolent, leur préférant les mots qui rassemblent. Rappelant ce que nous devons à ces figures tutélaires que sont Édouard Glissant, Aimé Césaire, Romain Gary, Camus… dont les mots résonnent encore. Les mots ont un pouvoir. Les écrivains qui ont vécu la dictature le savent bien, le totalitarisme c’est d’abord une volonté systématique de perversion du sens des mots La responsabilité de l’écrivain face à lui, est d’être, obstinément, le gardien du sens des mots.


Penser dans une langue, écrire dans une autre

Théâtre des Régions - Rencontres
Avec Meryem ALAOUI, Abigail ASSOR, Beata UMUBYEYI MAIRESSE, Kim THUY -

Animé par Christine CHAUMEAU

On ne se libère jamais de l’oralité et de sa langue maternelle. « Voyez-vous, je parle toutes les langues, mais en yiddish », disait Kafka. On parle de « souffle », de « voix » : le poème, le roman, sont toujours l’irruption de l’oralité dans la langue écrite, qui en bouscule les codes, lui donne vie. Sans eux la langue serait vite langue morte. Ce rapport complexe entre la parole (d’un sujet vivant) et la langue (le système) est intensément vécu par tous les écrivains, particulièrement ceux qui se trouvent entre deux langues, particulièrement si l’une (par exemple le créole) est essentiellement orale. Comment dès lors tracer sa voie ?


Le français, langue africaine

Théâtre des Jeunes Créateurs - Cafés Littéraires
Avec Sami TCHAK, BESSORA, Djaïli Amadou AMAL, Beata UMUBYEYI MAIRESSE -

Animé par Ahlem GHAYAZA

La littérature africaine est peu connue sur le territoire tunisien. Plongée dans l’univers littéraire de quatre auteurs pour découvrir combien la langue française est vivante et vibrante. Sous la plume de Sami Tchak elle devient fable dans Les Fables du moineau, un poème qui célèbre à la fois la tradition orale et la force de la nature sa beauté et sa violence. Bessora signe un roman bouleversant s’inspire d’un fait historique méconnu : L’histoire de deux enfants nés en Allemagne et adoptés en 1948 par une famille sud-africaine. Écrivaine de trois romans à succès, Djaïli Amadou Amal fait de sa plume une arme et dénonce avec une sincère brutalité la condition des femmes africaines. Elle aborde, sans détour, de nombreux tabous et éclaire ses lecteurs sur une réalité âpre. Récit émouvant, captivant et surtout essentiel sur la mémoire, l’identité et l’exil, le premier roman de Beata Umubyeyi Mairesse « Tous tes enfants dispersés » raconte l’histoire d’une famille meurtrie par le drame rwandais, où trois générations se retrouvent quelques années plus tard et tentent de dépasser le silence et renouer les liens, par-delà les fantômes du passé.


Le poème de la langue

Théâtre des Régions - Rencontres
Avec Seyhmus DAGTEKIN, Beata UMUBYEYI MAIRESSE -

Animé par Hind SOUDANI

Chaque langue possède son propre univers mental, sa propre poésie. Qu’elle place occupe l’oralité ? Certaines langues sont-elles plus poétiques que d’autres ? Le poème précède-t-il la langue ? Comment le poème, par le rythme, le style, le souffle, réintroduit l’oralité au sein même de l’écrit.


Pour une littérature-monde en français

Grands débats
Avec : Velibor ČOLIĆ, Dany LAFERRIÈRE, Beata UMUBYEYI MAIRESSE - Saint-Malo 2021

Animé par : Marie-Madeleine RIGOPOULOS

Plus tard, on dira peut-être que ce fut un moment historique : le Goncourt, le Grand prix du roman de l’Académie française, le Renaudot, le Fémina, le Goncourt des lycéens, décernés à des écrivains d’Outre-France, un auteur Haïtien intronisé à l’Académie française... Simple hasard, simple détour vagabond avant que le fleuve revienne dans son lit ? Nous pensons, au contraire : révolution copernicienne. Copernicienne, parce qu’elle révèle ce que le milieu littéraire savait déjà, sans l’admettre : le centre, ce point depuis lequel était supposée rayonner une littérature franco-française n’est plus le centre. Le centre jusqu’ici, même si de moins en moins, avait eu cette capa- cité d’absorption qui contraignait les auteurs venus d’ailleurs à se dépouiller de leurs bagages avant de se fondre dans le creuset de la langue et de son histoire nationale : le centre est désormais partout, aux quatre coins du monde. Retour sur le manifeste pour une littérature-monde en compagnie de la lauréate du prix des Cinq continents 2021, Beata Umubyeyi Mairesse pour son roman Tous tes enfants dispersés (Autrement), Dany Laferrière de l’Académie Française, signataire du Manifeste pour une Littérature-Monde en français et Velibor Colic.


Déchirures

Cafés littéraires
Avec : Thomas C. WILLIAMS, Beata UMUBYEYI MAIRESSE - Saint-Malo 2021

Animé par : Maëtte CHANTREL et Michel ABESCAT