Chargez la grille des programmes
(Fichier PDF - 169.5 ko)
Téléchargez le catalogue
(Fichier PDF - 3.6 Mo)
Consultez le catalogue en ligne
(Fichier PDF - 3.6 Mo)

BESSORA

France / Gabon / Suisse

Les orphelins (JC Lattès, 2021)

© Antoine Flament

Après quatre années d’immersion dans le monde de la finance internationale à Genève, Bessora, qui a grandi en Europe, aux Etats-Unis et en Afrique, quitte le costume de golden girl pour celui d’étudiante en anthropologie. C’est ce domaine d’études, avec sa relation à l’écriture, qui va la conduire vers le roman. Au cours de sa carrière, elle a notamment reçu le Prix Félix Fénéon en 2001 et le Grand prix littéraire d’Afrique noire en 2007. Inspiré d’une histoire vraie méconnue, son nouveau livre suit le destin de deux jumeaux allemands adoptés par des Afrikaners au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Un récit bouleversant sur le désir de vérité et de liberté.

 « C’est (…) l’idée qui sous-tend, en France, le concept de littérature francophone : de l’écrivain coloré pour personne de couleur, ou pour personne pas de couleur en mal d’UV. Car voyez-vous, en France, Daniel Pennac ou Nicolas Fargues sont exclus de la catégorie francophone. » (Bessora)

Bessora est née à Bruxelles en 1968. Petite-fille de confiseur et de laitier, fille de diplomate, elle a grandi en Europe, aux États-Unis et en Afrique. Ayant beaucoup fréquenté les hôtels, les aéroports, et les avions, elle rêvait, enfant, d’être hôtesse de l’air. Elle est finalement entrée à HEC, en Suisse. Après quatre années d’immersion dans le monde cru de la finance internationale à Genève, Bessora quitte le costume de golden girl pour celui d’étudiante en anthropologie. Elle débarque à Paris avec sa fille et s’inscrit à l’école des Hautes études en Sciences Sociales, et à l’Université Paris- IX Dauphine. Elle se lance dans l’étude des mémoires pétrolières au Gabon et soutient sa thèse de doctorat. C’est l’anthropologie, avec sa relation à l’écriture, qui la tire vers le roman et la conduit à écrire son premier texte, puis à le publier.

Avec Les Orphelins, Bessora nous offre la destinée de Wolf et Barbara, nés en Allemagne et adoptés en 1948 par une famille sud-africaine. Un roman bouleversant qui s’inspire d’un fait historique méconnu, où l’on voir ces deux enfants grandir dans ce monde qui n’est pas le leur et qui le devient par la force ; mais aussi, comment naît leur révolte contre le régime de l’Apartheid, qui s’est servi d’eux, et comment leur puissant désir de liberté et de vérité va les sauver.


Bibliographie

  • Les orphelins (JC Lattès, 2021)
  • La dynastie des boiteux tome 2 : Citizen Narcisse (Le Serpent à Plumes, 2018)
  • La dynastie des boiteux tome 1 : Zoonomia (Le Serpent à Plumes, 2018)
  • Le testament de Nicolas (La Margouline, 2016)
  • Alpha : Abidjan-gare du Nord (Gallimard, 2014)
  • Cyr@no (Belfond, 2011)
  • Cueillez-moi jolis Messieurs (Gallimard, 2007)
  • Petroleum (Denoël, 2004)
  • Courant d’air aux Galeries (Eden, 2003 - fiction)
  • Deux Bébés et l’addition (Le Serpent à plumes, 2002)
  • Les taches d’encre (Le Serpent à Plumes, 2000 - Prix Félix Fénéon 2001)
  • 53 cm (Le Serpent à Plumes, 1999)
Les orphelins

Les orphelins

JC Lattès - 2021

L’histoire de deux enfants nés en Allemagne et adoptés en 1948 par une famille sud-africaine. Un roman bouleversant qui s’inspire d’un fait historique méconnu. Bessora nous offre la destinée de Wolf et Barbara, comment ils grandissent dans ce monde qui n’était pas le leur et qui l’est devenu par la force, comment est née leur révolte contre le régime de l’Apartheid qui s’est servi d’eux, comment leur puissant désir de liberté et de vérité va les sauver.

Wolf et Barbara sont jumeaux. Ils grandissent dans un orphelinat allemand avant d’être adoptés en 1948 par une famille sud-africaine. Ils arrivent au Cap, choisis par une Fraternité qui cherche des enfants au sang pur, des descendants d’aryens. Les enfants découvrent l’idéologie raciste qui gouverne leur famille d’accueil. Devenus malgré eux des membres de cette communauté, ils se sentent honteux de n’avoir pas réussi à fuir, coupables d’une faute qu’ils n’ont pas commise. Mais au fil des années, chacun à leur manière, Wolf et Barbara font le choix de la révolte, de la liberté.
En s’inspirant d’une page d’histoire méconnue, Bessora signe un roman magnifique sur la vie de ces orphelins oubliés aux prises avec les drames du XXe siècle.

L’Europe et la place des langues

Théâtre des Régions - Rencontres
Avec BESSORA, Laurent GAUDÉ, Grégoire POLET -

Animé par Julien BISSON

L’Europe ne se résume pas à des institutions : elle est d’abord une histoire, faite d’affrontements épouvantables et de flamboiements extraordinaires, de créativité artistique et de spiritualité, à travers lesquelles se sont inventées des valeurs, une certaine idée de l’homme et de l’art, qui sont notre bien le plus précieux : notre patrie commune. Nous sommes, tous, les héritiers de Rabelais, Dante, Cervantès, Shakespeare, Goethe ou Hugo. Quel rôle la littérature joue-t-elle dans la construction de cette patrie commune ? Penser un « être ensemble » européen, c’est penser nécessairement à une « maison commune », une manière singulière à inventer, de concevoir une appartenance vécue et assumée par chacun à une communauté de destin qui se tisserait d’une pluralité de cultures vécue comme richesse et non problème – bref, de concevoir une manière nouvelle de conjuguer l’un et le multiple. La langue de l’Europe : non pas une novlangue commune, mais la traduction ? La maison commune européenne : une maison des identités plurielles, des appartenances multiples, hybrides, dont les fondations seraient aussi la perception des valeurs communes de ce qui a été l’Europe de la culture ? Rencontre avec trois écrivains-monde, résolument européens.


Le français, un monde en relation

Théâtre de l’Opéra - Grands débats
Avec Leïla SLIMANI, Anna MOÏ, BESSORA, Grégoire POLET -

Animé par Raouia KHEDER

« Francophonie », un mot exaspe ?rant portant tant d’espoirs, tant de de ?sillusions, de malentendus et d’occasions manque ?es ! Mais aussi, tant d’œuvres qui en manifestent la vitalite ? et font, malgre ? tout ce qui pe ?se, de notre histoire commune, l’espace immense d’un dialogue. Cet « espace-monde » : l’utopie concre ?te d’E ?tonnants Voyageurs. S’inscrivant dans le prolongement de la pensée d’Édouard Glissant et sa « Poétique de la relation », Felwine Sarr cherche ce qui nous relie en tant qu’être vivant, tant à notre terre, qu’à nous-même en tant qu’être vivant. « Habiter le monde, c’est se concevoir comme appartenant à un espace plus large que son groupe ethnique, sa nation… c’est pleinement habiter les histoires et les richesses des cultures plurielles de l’humanité. » (Habiter le monde, ed. Mémoire d’encrier). Une politique relationnelle qui ouvre le champ des possibles et invite à renouveler les imaginaires de la relation que nous établissons avec nos semblables et le vivant. L’auteur y appelle à une réinvention du politique et du langage afin d’habiter l’infini du monde. Une langue française en partage, une et multiple à la fois, et comme un fil reliant entre eux les imaginaires à travers la planète, le poème et la littérature.


Le français, langue africaine

Théâtre des Jeunes Créateurs - Cafés Littéraires
Avec Sami TCHAK, BESSORA, Djaïli Amadou AMAL, Beata UMUBYEYI MAIRESSE -

Animé par Ahlem GHAYAZA

La littérature africaine est peu connue sur le territoire tunisien. Plongée dans l’univers littéraire de quatre auteurs pour découvrir combien la langue française est vivante et vibrante. Sous la plume de Sami Tchak elle devient fable dans Les Fables du moineau, un poème qui célèbre à la fois la tradition orale et la force de la nature sa beauté et sa violence. Bessora signe un roman bouleversant s’inspire d’un fait historique méconnu : L’histoire de deux enfants nés en Allemagne et adoptés en 1948 par une famille sud-africaine. Écrivaine de trois romans à succès, Djaïli Amadou Amal fait de sa plume une arme et dénonce avec une sincère brutalité la condition des femmes africaines. Elle aborde, sans détour, de nombreux tabous et éclaire ses lecteurs sur une réalité âpre. Récit émouvant, captivant et surtout essentiel sur la mémoire, l’identité et l’exil, le premier roman de Beata Umubyeyi Mairesse « Tous tes enfants dispersés » raconte l’histoire d’une famille meurtrie par le drame rwandais, où trois générations se retrouvent quelques années plus tard et tentent de dépasser le silence et renouer les liens, par-delà les fantômes du passé.


La langue et les territoires de l’enfance

Théâtre des Régions - Rencontres
Avec BESSORA, Emmelie PROPHÈTE, Maïssa BEY -

Animé par Christine CHAUMEAU

Comment l’amour des livres, de la littérature, de la langue prend racine dans les territoires de l’enfance. Peut-être est-ce à travers les histoires que l’on nous raconte enfant avant de dormir que naît ce besoin irrépressible d’en inventer à notre tour. Comment les premières lectures ouvrent des mondes, nous accompagnent tout au long de notre vie et participent à notre construction en tant qu’être humain. Trois auteurs nous livrent leurs souvenirs d’enfance.


Enfances volées

Cafés littéraires
Avec : BESSORA, Jean-Baptiste ANDREA - Saint-Malo 2021

Animé par : Maëtte CHANTREL

Programme


Samedi

11h15
La langue et les territoires de l’enfance
Théâtre des régions

Invités : TADJO Véronique, BESSORA, PROPHÈTE Emmelie

18h00
Le français, langue africaine
Théâtre des Jeunes créateurs

Invités : TCHAK Sami, BESSORA, AMAL Djaïli Amadou, UMUBYEYI MAIRESSE Beata


Dimanche

16h45
Le français, un monde en relation
Théâtre de l’Opera

Invités : MOÏ Anna, BESSORA, POLET Grégoire, SLIMANI Leïla