logo
accueil > Saint-Malo > Archives > 2010 > Lire tous les textes "Où êtes-vous ?"
 
Saint-Malo Archives : 2010 
 
 

Abdourahman A. Waberi, Bahia de tous les orishas, le 1er Juillet 2010

28 septembre 2010.

"Il n’est pas de région dans le Nouveau Monde où le mot Afrique résonne avec autant de force que la baie de Salvador de Bahia. Si les mots ‘emotion’, ‘fusion’ ou ‘effusion’ ont encore un sens, c’est ici à Salvador qu’il faut venir les éprouver avec toute leur acuité. Bien sûr, les Bahianais supportent les Black Stars du Ghana juste après la Seleçao. "

 la suite >>>

Vincent Hein, Pékin, le 27 août 2010

30 août 2010.

"Il est 23h30 et je suis chez moi, à Pékin, dans l’appartement que je loue à Yang Guang Shang Dong. Je viens de voir à la télévision, les images de ces femmes, de ces enfants et de ces hommes qui n’ont rien, dont on ne veut pas et que la France expulse. "

 la suite >>>

 

Jean-Euphèle Milcé, Port-au-Prince, le 2 juillet 2010

15 juillet 2010.

Un enfant jette la pierre. Un autre, plus malheureux, la reçoit en plein visage. Le sang coule bon débit sur un maillot jaune Brésil. La foule se gonfle et donne de la voix. (…)

 la suite >>>

Emmelie Prophète, Port-au-Prince, 13 juillet 2010

15 juillet 2010.

Je suis revenue de Saint-Malo avec l’espoir que quelque chose, par miracle, aurait changé à Port-au-Prince en mon absence. Un espoir que je nourris en fait à chaque fois, depuis le séisme du 12 janvier, que j’ai l’occasion de partir. (…)

 la suite >>>

 

Kébir M. Ammi, "Au coin de la rue", le 8 juillet 2010

9 juillet 2010.

Où puis-je être ? Au coin de la rue. Sur un bout de lune. Au milieu d’une mer infinie. Un océan de ténèbres. J’ai un sac, toujours le même, et j’attends, assis contre un mur. Un vieux mur. Qui peut s’écrouler d’un instant à l’autre. Il n’a que les apparences d’un mur qui résisterait aux plus terribles intempéries. Je compte les étoiles qui s’éteignent. (…)

 la suite >>>

Kim Thuy, Montréal, le 8 juillet 2010

9 juillet 2010.

Je n’ai pas quitté Saint-Malo, car j’y attends encore mon amour.
Je l’attends parce que j’aimerais qu’il marche dans la ville avec des grains de sable entre les orteils et l’écho des mots dans les chambres de son coeur. Je l’attends parce que j’aimerais qu’il voit la mer, la nuit, où il n’y a plus de démarcation entre les nuages et les vagues, (…)

 la suite >>>

 
 

0 | 6 | 12 | 18 | Tout afficher