Du 22 au 28 novembre 2010 
Actualités   |   LE FESTIVAL   |   Saint-Malo   |   Bamako   |   Brazzaville   |   Haïti   |   Haïfa   |   Le dico des auteurs   |   Contacts   |   Rabat-Salé
 
Programme
 

Faire face à son histoire, le défi des indépendances

publié le 31 octobre 2010.

Parmi les grands débats autour des indépendances africaines. La France a une difficulté extrême à penser son histoire coloniale. Et l’Afrique pareillement : les deux ont été marquées et transformées par cette expérience. Se souvenir, c’est aussi se penser soi-même. Cette histoire coloniale refoulée est constitutive de l’« identité » française (…)




La ville comme nouvel espace romanesque africain

publié le 30 octobre 2010.

Un débat essentiel cette année : la ville au centre de l’imaginaire africain de demain. Dans un essai passionnant « Manifeste d’une nouvelle littérature africaine » l’écrivain camerounais Patrice Nganang, professeur de théorie » littéraire à la State University de New York, définissait, aux côtés du « roman de l’émigration » celui du « roman des villes » d’Afrique (…)




L’aventure Présence Africaine

publié le 29 octobre 2010.

Un formidable rencontre autour de Christiane Yandé Diop. Aventure intellectuelle de « Présence Africaine », importance du Congrès des écrivains noirs à Paris de septembre 1956, influence peu connue de la « Harlem Renaissance » : il n’est pas inutile d’y faire retour, car on oublie souvent comme la pensée qui animait ces pionniers était universaliste.




Fictionner le monde : de l’urgence de se raconter des histoires

publié le 29 octobre 2010.

Pourquoi, depuis toujours, en tous lieux, dans toutes les cultures, nous racontons-nous des histoires ? Récits, romans, contes, légendes, nous naissons dans le bruissement de mille histoires, par elles, nous habitons
le monde, elles nous sont tout à la fois notre demeure, et un chemin vers le dehors.




Bamako en création

publié le 29 octobre 2010.

À quoi ressemble le quotidien des créateurs qui oeuvrent toute l’année dans la ville ? D’ou vient ce choix de la création ? Quelles sont leurs sources d’inspiration, les conditions d’exercice de leur art dans une société où l’artiste contemporain doit se heurter à l’absence de structures locales comme, bien souvent, de regard sur son travail ? (…)




Francophonie : une utopie à refonder ?

publié le 29 octobre 2010.

Il serait pour le moins étrange, quand s’impose l’évidence d’une nouvelle phase historique mondiale, tandis qu’un monde s’efface et qu’un autre naît sous nos yeux, dans les convulsions et les désordres, que la francophonie puisse longtemps poursuivre, inchangée, sur son erre.




Ecrire et éditer au Mali aujourd’hui

publié le 29 octobre 2010.

Ahmadou Hampaté Ba, Yambo Ouologuem, Seydou Badian sont aujourd’hui devenus des classiques de la littérature malienne de langue française. D’autres générations ont suivi, renouvelant et les thèmes et le style. Et ce, malgré les difficultés à se faire entendre (…)




Pourquoi certains pensent-ils qu’il y a trop de noirs dans l’équipe de France de football ?

publié le 29 octobre 2010.

« On nous dit que l’équipe de France est adorée par tous parce qu’elle est « black blanc beur », en fait, aujourd’hui, elle est black black black, ce qui fait ricaner toute l’Europe ».
« On nous dit que l’équipe de France est adorée par tous parce qu’elle est « black blanc beur », en fait, aujourd’hui, elle est black black black, ce qui fait ricaner toute l’Europe ». À la phrase du philosophe Alain Finkielkraut, qui fit scandale, Aimé Césaire devait répliquer (extrait du film) « Pourquoi certains ont-ils dit




« Je est un autre »

publié le 29 octobre 2010.

Parmi les grands débats qui animeront le festival : L’invention de soi, dans l’expérience vécue de l’immigration : rapport au pays d’origine, entre-deux et identités multiples. Mais l’invention de soi, aussi, sur place, à l’heure d’une culture-monde de plus en plus pressante.




Tordre la langue française ?

publié le 29 octobre 2010.

« Au long terme, ce qu’on veut, ce qu’on veut obtenir, c’est de creuser dans le français universel un petit trou, un petit univers, dans lequel on est chez soi et on est à l’aise, dans lequel on puisse exprimer toutes les réalités africaines, tous les sentiments des personnages africains » écrit fortement Kourouma (…)




Besoin de poèmes

publié le 28 octobre 2010.

Elle s’imprime, parfois, mais aussi se dit, court les rues, se chante, se répercute, se multiplie à l’infini. On sait les difficultés de l’édition africaine, le faible marché des lecteurs, mais la création littéraire n’a pas seulement le livre comme support — c’est même peut-être par la rue, les spectacles, qu’aujourd’hui elle se développe, invente un langage neuf.




Pour parler des ateliers d’écriture

publié le 28 octobre 2010.

Sensibiliser, les jeunes et les moins jeunes, à la lecture et à l’écriture, transmettre sa passion des mots et de la musicalité, en donnant la parole à celles et ceux qui ne l’ont pas, promouvoir les littératures vivantes, la poésie orale du slam, l’écriture comme dialogue… Autour d’Yvon Le Men, Moussa Konate, Rouda, N’Fana Diakité, les membres de l’Association Aslama et Thierry Renard, viendront partager leur expérience d’animateur d’ateliers d’écriture.
Au Palais de la Culture, vendredi 26 novembre à




Une afrique sans histoire ?

publié le 28 octobre 2010.

Une déclaration fameuse, sur une Afrique qui ne serait pas encore entrée dans l’histoire a mis le feu aux poudres. Non seulement serait à discuter le fait de savoir si une civilisation de tradition orale serait pour autant sans histoire, mais surtout il serait peut-être temps d’en finir une bonne fois avec ces clichés : l’Afrique a aussi une mémoire écrite.




Les Cafés littéraires

publié le 28 octobre 2010.

Dans les jardins du Palais de la Culture, animés par Maette Chantrel et Ousmane Diarra, et toujours très suivis par le public, ils sont l’occasion d’écouter les auteurs évoquer leurs dernières parutions. En trois journées un panorama de la littérature africaine d’aujourd’hui.





 



Le programme au Palais de la Culture


 

Le programme au Centre Culturel Français


 

 
 
 
 
 
Bamako
Suivre la vie du site RSS 2.0