ORY Pascal

France

14 février 2018.

Passionné par l’Histoire depuis son plus jeune âge, ce disciple de René Rémond et Jean Delumeau est aujourd’hui professeur d’histoire à la Sorbonne, à Sciences Po et à l’INA. Il a largement contribué à redéfinir l’histoire culturelle en France depuis les années 70, fondant notamment l’Association pour le développement de l’histoire culturelle (ADHC). Auteur d’une trentaine d’ouvrages, collaborateur régulier de la presse écrite, il est aussi un fin connaisseur de bande dessinée et préside le jury du prix de La Bande dessinée historique. Dans Peuple souverain, il interroge les notions de populisme et de radicalité dans un voyage érudit à travers les siècles. Révolution populaire et radicalité populiste auraient-ils les même ressorts ? Il réédite “Entre-deux-Mai”, une histoire culturelle de la France entre Mai 68 et Mai 81.

 

Passionné par l’Histoire depuis son plus jeune âge, ce disciple de René Rémond et Jean Delumeau est aujourd’hui professeur d’histoire à la Sorbonne, à Sciences Po et à l’INA. Il a largement contribué à redéfinir l’histoire culturelle en France depuis les années 70, fondant notamment l’Association pour le développement de l’histoire culturelle (ADHC). Il intervient également sur France Culture dans les émissions Tout arrive et La fabrique de l’histoire et collabore régulièrement à la presse écrite, notamment en tant que responsable de la page BD du magazine Lire. Car Pascal Ory est aussi un fin connaisseur de bande dessinée, il préside d’ailleurs le jury du prix de La Bande dessinée historique.

En 2016, il publie un essai post-attentat à Charlie Hebdo qui traite des questions soulevées selon lui : la liberté d’expression, la laïcité, le déclinisme des intellectuels français, l’antisémitisme ou encore les ressorts du radicalisme religieux. Changement de cap l’année suivante avec Jouir comme une sainte et autres voluptés, qui nous conduit dans l’Italie du XVIIe siècle, au moment du triomphe du catholicisme sur le protestantisme, de l’invention du baroque et de la mise en scène théâtrale. Un voyage élégant en forme d’autoportrait, libre, gourmand, à la fois érudit et insolite.
Dans son dernier ouvrage en date, Peuple souverain, il interroge les notions de populisme et de radicalité dans un voyage érudit à travers les siècles. Révolution populaire et radicalité populiste auraient-ils les même ressorts ? Une réflexion politique et sociale stimulante qui fait écho à notre époque, cent ans après la révolution de 1917. Pascal Ory viendra également présenter une réédition de “Entre-deux-Mai”, une histoire culturelle de la France entre Mai 68 et Mai 81.


Bibliographie :

 

DERNIER OUVRAGE

 
Essais

L’entre-deux-Mai

Alma - 2017

Écrite en 1982, parue en 1983, la première version d’Entre-deux-mai avait eu de quoi troubler. On n’avait encore, à l’époque, jamais rien publié de tel. L’audace était double : proposer une « histoire culturelle » de la France, et l’écrire à chaud. C’était la première fois qu’on parlait aussi bien de l’IRCAM que de Pif gadget, qu’on situait l’importance respective d’un Ivan Illich et d’un Louis Pauwels, qu’on éclairait l’ouverture du premier dojo « zen » par le triomphe du film musical Grease dix ans plus tard, etc.
La réédition – mise à jour et augmentée – de ce livre pionnier présente donc l’intérêt de réactiver des moments fondateurs : ces fameuses années 1970 vécues sous les signe de toutes les « libérations », qu’elles soient libertaires ou libérales, marquées par les nouveaux gauchismes aussi bien que par les néo-conservatismes, par le souci écologique aussi bien que par l’appétit de consommation. Mais, alors que la France se penche sur le cinquantenaire de mai 1968, l’historien s’interroge : la crise culturelle dont nous venons touche-t-elle à son terme ? Ou, au contraire, trouve-t-elle de nouvelles voies, contradictoires, voire conflictuelles, déchirée entre utopisme hédoniste et pessimisme millénariste, comme jadis on passa de Paradise Now (1968) à Apocalypse Now (1979)…