logo
accueil > Rabat-Salé > Invités > WÊCHE Evains
Invités


WÊCHE Evains

Haïti

25 octobre 2016.
 

Biographie

 
JPEG - 54.8 ko
© Gilbert EDMOND

Evains Wêche est né le 5 mars 1980 à Corail, dans la Grand’Anse, au sud-ouest d’Haïti. Dentiste départemental au ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP), il est aussi bibliothécaire et animateur culturel. Il organise des ateliers de lecture et des cliniques dentaires mobiles à Jérémie.

Il a publié le recueil de nouvelles Le Trou du voyeur (Henri Deschamps, 2013) qui lui a valu le Prix Henri Deschamps 2013 (Haïti). Deux de ses nouvelles sont également publiées dans le recueil Je ne savais pas que la vie serait si longue après la mort, ouvrage collectif dirigé par Gary Victor (Mémoire d’encrier, 2012).
Les Brasseurs de la ville est son premier roman. Il raconte la lutte et la survie d’une famille, une histoire de courage, d’amour et de folie. « Un talentueux premier roman qui met en lumière la lutte du peuple haïtien contre la déchéance et la mort, un peuple qui brasse la ville entre les bruits et les fureurs… » Livre Hebdo.


Bibliographie :
- Les Brasseurs de la ville (Philippe Rey, 2016)
- Le Trou du voyeur (Henri Deschamps, 2013)
- Je ne savais pas que la vie serait si longue après la mort (Mémoire d’encrier, 2012)

Dernier ouvrage

 
Romans

Les Brasseurs de la ville

Philippe Rey - 2016

Port-au-Prince. Une famille négocie sa survie au jour le jour. Il est maître- pelle sur un chantier, portefaix au dos labouré par des sacs de farine ; elle est marchande ambulante de serviettes, repasseuse chez les messieurs célibataires du quartier, n’hésitant à se donner à eux car sinon « la chaudière ne monterait pas le feu ». Cinq enfants. Leur fille ainée, Babette, adolescente, est leur seul espoir : elle a son brevet, leur offrira un gendre riche car elle est belle, « longues jambes, un large bassin qui donne de l’ampleur à ses fesses rondes et hautes ». Sa mère la rêve en Shakira.
Un certain M. Erickson se présente un jour, bien plus âgé qu’elle, très riche. Et surtout généreux pour la famille qu’il installe dans une confortable maison. Cet homme mystérieux pourvoit à tout. Mais pourquoi métamorphose- t-il Babette en blonde dont « les cheveux se secouent et ne perdent pas leur pli », au point que le quartier la nomme dorénavant la Barbie d’Erickson ? Sa mère constate, désolée : « ma fille n’est plus ma fille ». Qui est-il réellement, ce personnage aux trois maîtresses, vivant dans une luxueuse mai- son barricadée, entouré de gardes du corps ? En « putanisant » Babette, ses parents semblent s’être engagés sur une voie aux multiples périls, dont ils pressentent avec effroi qu’elle est sans retour.
Dans Les brasseurs de la ville, épopée à travers les quartiers pauvres de Port-au-Prince, du matin au soir, chacun des multiples personnages in- vente ses propres pas pour danser avec sa croix. Evains Wêche signe un talentueux premier roman qui met en lumière la lutte du peuple haïtien contre la déchéance et la mort, un peuple qui brasse la ville entre les bruits et les fureurs où s’entremêlent des histoires de courage, d’amour et de folie.


Revue de presse :
- « Un talentueux premier roman qui met en lumière la lutte du peuple haïtien contre la déchéance et la mort, un peuple qui brasse la ville entre les bruits et les fureurs où s’entremêlent des histoires de courage, d’amour et de folie. »
Livres Hebdo
- « "Quand je descends à Port-au-Prince, je suis toujours impressionnée. On n’explique pas Port-au-Prince. On vit Port-au-Prince", souligne l’héroïne du premier roman d’Evains Wêche. Et pour vivre Port-au-Prince comme cette mère de famille nombreuse, il faut sans cesse agir, rebondir et se démener. Ils sont des milliers ainsi à brasser la ville (d’où le titre du roman), ces habitants qui sans cesse s’agitent et façonnent la capitale haïtienne autant qu’elle les modèle. »
Le Figaro

Bibliographie

 
Romans

Les Brasseurs de la ville

Philippe Rey - 2016
Port-au-Prince. Une famille négocie sa survie au jour le jour. Il est maître- pelle sur un chantier, portefaix au dos labouré par des sacs de farine ; elle est marchande (...)