logo
accueil > Brazzaville > Invités > SARR Felwine
Invités
 

SARR Felwine

4 mars 2016.

Sénégal

partager : 
  envoyer :    imprimer : 
JPEG - 29.5 ko
© Antoine Tempé

C’est en appelant au Jihad que Felwine Sarr entre en 2009 en littérature...
Non pas à la guerre sainte mais au véritable Jihad, "effort intense" selon le sens premier mais moins connu du Coran, qui est d’abord une guerre contre soi-même, contre sa propre part d’ombre. Son premier texte, Dahij n’est ni un essai, ni une autobiographie, ni un roman, ni un poème mais tout ça à la fois. “Une guerre intérieure. Un jihad pour sortir de soi-même, de ma race, de mon sexe, de ma religion, de mes déterminations.”

Fidèle aux recommandations de Rainer Maria Rilke , Felwine Sarr n’écrit pas à la légère : il fait de la littérature une nécessité vitale, œuvre de liberté et de lumière. Avec Dahij, il partage son cheminement intellectuel en rendant hommage à ses écrivains fétiches : « voilà les phares qui ont éclairé mes nuits, voici ceux qui, par une opération de transmigration derrière la paroi d’un texte, m’ont transmis force et lumière. Je me suis incorporé leurs mots, et ils sont devenus de la vie en moi ».

Né en 1972 à Niodior au Sénégal, agrégé d’économie, il a été enseignant-chercheur à l’Université d’Orléans avant de revenir en 2007 au Sénégal où il dirige aujourd’hui
la faculté d’économie et de gestion de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. En
février 2012, il est parmi les leaders du mouvement "Devoir de Résistance", un rassemblement d’universitaires opposés au coup d’État constitutionnel que constituait la candidature du Président sortant Abdoulaye Wade à sa propre réélection. Désireux de faire bouger les choses au Sénégal, il est également le co-fondateur, avec Boubacar Boris Diop, de la première maison d’édition de Saint-Louis : Jimsaan.

Également musicien et guitariste, ce brillant touche-à-tout évite les poses, les postures, et les faux-semblants. Contre le bavardage, Felwine Sarr s’emploie à « plonger sa plume au plus profond de soi » cherchant à toucher à l’essentiel de l’expérience humaine. Il reprend en 2012 le jihad intérieur dans ses Méditations africaines, recueil d’aphorismes lumineux préfacé par le grand philosophe sénégalais Souleymane Bachir Diagne.

En mars 2016, l’auteur nous offre un nouvel ouvrage, Afrotopia, essai résolument optimiste et ode à l’Afrique, une réelle contribution à la pensée universelle qui donne les pistes d’une Afrique nouvelle et autonome, riche de son histoire et prête à assumer et porter son avenir, face au monde.


En savoir plus :
- Découvrir le travail musical de Felwine Sarr sur son myspace


Bibliographie :
- Afrotopia (Philippe Rey, 2016)
- Méditations africaines (Mémoire d’encrier, 2012)
- 105, rue Carnot (Mémoire d’encrier, 2011)
- Dahij (Gallimard, 2009)

Discographie :
- Bassaï (2007)
- Les mots du récit (2005)
- Civilisation ou barbarie (2000)

programme

Jeudi

10:30

Un roman africain en pleine mutation ? -

 

vendredi

18:00

Musique, littérature, cinéma

 

samedi

11:00

Café Littéraire

 

dimanche

14:00

Editer en Afrique : l’avenir au numérique ?


17:00

Les États Généraux de la littérature africaine (5). L’avenir du roman 

 
achetez vos billets