logo
accueil > Brazzaville > Invités > MUKASONGA Scholastique
Invités
 

MUKASONGA Scholastique

29 février 2016.

Rwanda - France

partager : 
  envoyer :    imprimer : 
JPEG - 43.8 ko
© C. Hélie / Gallimard

Prix Renaudot 2012, la Rwandaise Scholastique Mukasonga construit livre après livre un tombeau de papier pour sa famille, massacrée lors du génocide de 1994. Née en 1956 au sud-ouest du Rwanda, cette survivante, déjà installée en France lors des massacres, a connu dès l’enfance les humiliations et la violence des conflits ethniques : toute sa famille est déportée par les Hutus en 1959 à Nyamata, une région inhospitalière du Rwanda. Chassée en 1973 de l’école d’assistante sociale de Butare où elle poursuit ses études, elle fuit les raids Hutus menés contre les Tutsis et franchit la frontière du Burundi avec son frère. Elle ne retournera au Rwanda qu’en 1986, clandestinement. Elle voit alors sa famille pour la dernière fois : presque tous ses parents périssent massacrés lors du génocide de 1994.

Douze ans plus tard, Inyenzi ou les Cafards, récit autobiographique bouleversant publié par Gallimard, marque l’entrée de Scholastique Mukasonga en littérature. Nourri de souvenirs d’enfance, ce livre est un témoignage déchirant sur l’expérience des Tutsis dans les années soixante. La femme aux pieds nus, Prix Seligmann « contre le racisme, l’injustice et l’intolérance », explore à nouveau en 2008 le territoire douloureux de la mémoire, en évoquant la figure de sa mère disparue.

Si la fiction s’est immiscée dans l’œuvre de Scholastique Mukasonga avec L’Iguifou, recueil de cinq nouvelles paru en 2010, Notre-Dame du Nil, prix Renaudot et prix Ahmadou Kourouma 2012, constitue son véritable premier roman. Prélude au génocide rwandais dans le huis-clos d’un lycée des années 1970, ce livre singulier laisse deviner, derrière les amourettes banales et les amitiés d’un groupe d’adolescentes issues de la bonne société, l’horreur qui se prépare. Son écriture empreinte de poésie, qui gravite inlassablement autour de l’indicible du génocide, ne renonce jamais à l’humour : c’est ainsi avec une grâce et une légèreté inouïe que l’auteur nous fait comprendre les raisons profondes de la violence et les mécanismes qui ont conduit au meurtre de masse.

En 2015, l’écrivaine revient avec Coeur tambour, un roman troublant, captivant ; un conte qui nous invite au voyage dans un monde merveilleux où se mêle mystique et musique au fil d’une plume féline, délectable.


Bibliographie

- Coeur tambour (Gallimard, 2015)
- Ce que murmurent les collines (Gallimard, 2014)
- Notre-Dame du Nil (Gallimard, 2012) Prix Renaudot 2012
- L’Iguifou (Gallimard, 2008)
- La femme aux pieds nus (Gallimard, 2008)
- Inyensi ou les cafards (Gallimard, 2006)

achetez vos billets