logo
accueil > Brazzaville > Invités > SARO-WIWA Noo
Invités
 

SARO-WIWA Noo

15 octobre 2012.

Nigéria

partager : 
  envoyer :    imprimer : 


- Bibliographie
- Présentation de Transwonderland, voyages au Nigéria

Biographie

Bijou d’humour et de lucidité, classé par le Guardian parmi les 10 meilleurs ouvrages africains du moment, Looking for Transwonderland, le premier livre de la jeune britannique d’origine nigériane Noo Saro-Wiwa, offre un point de vue original, à la fois distant et familier, sur le Nigéria contemporain.

Des faubourgs chaotiques de Lagos à la beauté calme des paysages de l’Est, cette épopée drolatique nous balade avec bonheur aux quatre coins de ce pays colossal de 160 millions d’habitants, doté de ressources naturelles fantastiques mais accablé par la corruption, où la ligne de partage entre le Sud chrétien et le Nord musulman se superpose à une incroyable diversité ethnique.

Sur ce récit au ton enjoué plane une ombre : celle de Ken Saro-Wiwa, le père de l’auteur, écrivain, producteur pour la télévision et militant, exécuté en 1995 par la dictature de Sani Abacha pour son engagement en faveur des droits de la minorité Ogoni. Au delà du simple carnet de voyage, le livre fait ainsi le récit des retrouvailles émouvantes de l’écrivain avec ce pays où elle n’a plus mis les pieds après la mort de son père. Comme l’indique le titre, Looking for Transwonderland, est aussi le compte-rendu d’une quête, un road trip cathartique à la recherche d’un autre Nigéria, débarrassé des fantômes de la dictature et des souvenirs douloureux, un Nigéria que symbolise pour l’auteur l’improbable parc d’attraction de Transwonderland et ses étranges manèges décrépits.

Auparavant rédactrice pour le Lonely Planet ou le Rough guide, Noo Saro-Wiwa signe un premier livre piquant, irrévérencieux et tendre qui n’a rien d’un guide de voyage mais tout d’une entrée réussie en littérature. Elle envisage actuellement un second livre consacré aux communautés africaines de Londres. À suivre...


Bibliographie :

- Transwonderland, voyages au Nigéria (Hoëbecke, 2013)

- Retour au sommaire


Présentation de Transwonderland, voyages au Nigéria

couverture Le Nigéria ne fait pas partie des plus grandes destinations touristiques. Noo Saro-Wiwa va pourtant y passer tous ses étés pendant près de 15 ans. Née au Nigéria en 1976, élevée par sa mère en Angleterre, tous les ans elle vivra comme une punition le fait de devoir retourner auprès de son père dans ce pays qu’elle déteste et dont elle ne supporte pas le manque de confort, l’insalubrité, la vie misérable de ces habitants et l’absence de télévision… En 1995, son père, Ken Saro-Wiwa, écrivain respecté, producteur de télévision et militant écologiste engagé, est exécuté par le régime militaire du dictateur Abacha. Pour la jeune fille, c’est la rupture totale avec le pays, elle n’y retournera qu’en 2005, bien décidée à comprendre pourquoi son père aimait tellement ce pays qu’il en est mort. Dans ce livre, mi- récit de voyage, mi- mémoire personnelle et familiale, Noo raconte ses cinq mois de voyage, du chaos exubérant de Lagos aux magnifiques montagnes de l’Est. De l’absurdité d’un parc d’attraction désert et décrépit – Transwonderland, qui se voulait être la réponse africaine à Disneyland –, à Nollywood (le Nigéria est le deuxième producteur de films au monde, juste derrière l’Inde et bien avant Hollywood). On y voit aussi comment la corruption, l’absence total de contrat social, le détournement de fonds publics font de ce pays, (pourtant deuxième puissance du continent africain après l’Afrique du Sud et 1ere puissance en exportation de pétrole) un des pays dont la population est la plus pauvre : Paradoxes de cette nouvelle Afrique en marche, où l’ancrage dans une modernité mondialisée cohabite violemment avec des traditions qui se vivent au quotidien. Mais Noo Saro-Wiwa rencontre aussi des hommes et des femmes en qui elle reconnaît les forces mêmes de son pays : l’humour, la tolérance, une énergie immense, et l’ingéniosité stupéfiante nécessaire pour faire face à tout, à commencer par les coupures d’électricité et les pénuries d’eau… Noo Saro-Wiwa, qui signe ici son premier livre, se révèle être un formidable écrivain mais aussi une fine observatrice, dont la compassion, l’œil aiguisé et l’honnêteté illuminent les pages de ce livre, tout à la fois drôle, tragique, chaleureux, et merveilleusement écrit.

Revue de presse anglophone :

- « Sans abandonner son ton guilleret, l’auteur montre par son observation avisée de la société nigériane qu’elle est la digne fille de son père. » The Observer

- « Plus qu’un "travel book" ce livre est une tentative pour renouer avec une patrie perdue. Deux voyages se mêlent : Noo Saro-Wiwa fait son chemin à travers un Nigéria haut en couleur (...) peuplé de personnages fascinants ; et elle traverse en même temps un paysage gris, indicible, jonché de souvenirs douloureux et de rappels constants à la vie et à l’héritage de son père. » The Independant

- Retour au sommaire

programme

Jeudi

16:15

Entre deux mondes

 

vendredi

11:00

Café littéraire

 

samedi

14:00

Villes cratères

 

dimanche

11:00

Nigeria : un phénomène littéraire

 
achetez vos billets