logo
accueil > Saint-Malo > Invités > ORCEL Makenzy
Invités


ORCEL Makenzy

Haïti

14 mars 2017.
 

Biographie

 
JPEG - 73.8 ko

Biographie

Makenzy Orcel, "ce poète solitaire", comme le qualifie son éditeur canadien Rodney Saint-Eloi, a fait de sa poésie un cri, une manière de donner une force littéraire et une voix à cette rage qui l’habite. "Je suis né fâché, j’ai été fâché toute ma vie. C’est cette colère qui m’a donné envie d’écrire." De la colère, mais pas seulement. Car la poésie de Makenzy Orcel, héritière de la tradition littéraire haïtienne, transforme la vie en musique et dévoile la beauté des choses en quelques phrases épurées. "Il y a aussi de la magie, dans ce qu’on voit, ce qu’on entend et surtout ce qu’on lit."

Makenzy Orcel est né en 1983 à Port-au-Prince. Après des études de linguistique, il abandonne l’université pour se consacrer à la littérature. Il publie deux recueils de poèmes, La Douleur de l’étreinte en 2007 et Sans Ailleurs en 2009. Un recueil traversé par les thèmes de la nuit, de l’enfermement, et de l’ailleurs.

Aux lendemains du tremblement de terre qui a secoué Port-au-Prince avec la même force destructrice que la bombe d’Hiroshima, Makenzy Orcel a écrit Les Immortelles pour dire la folie de vivre malgré l’épouvante autant que pour livrer le plus insolent témoignage face à l’apocalypse. C’est aux prostituées de Port-au-Prince, à ces "immortelles" qu’il a voulu rendre hommage, celles dont la voix ne s’est pas faite entendre à l’heure de la médiatisation de la catastrophe. "Je ne veux pas écrire sur ce que tout le monde voit, et ce que tout le monde aime, ça ne m’intéresse pas. Je veux être dans le sous-bassement des choses. Des lettres, de la société, de tout. Haïti, c’est un pays d’ombre, et je puise dans l’ombre. » Les Immortelles, qui lui vaut le Prix Thyde Monnier de la SGDL, est son premier roman, brodé comme un recueil de prose. Les paragraphes épurés qui se découpent sur la page blanche recèlent toute l’intensité et la violence de la douleur. (Lire la revue de presse des Immortelles)

Avec Les Latrines, publié en 2011 chez Mémoires d’encrier, Mackenzy Orcel poursuit son exploration des bas-fonds, offrant au lecteur médusé une véritable fête du langage dans le dédale des bidonvilles de Port-au-Prince.

La Nuit des terrasses, recueil de poèmes, est une plongée dans la vie des bars, regorgeant de souvenirs disparates… Une véritable célébration de l’instant, de la rencontre des corps et de l’amitié.

L’enfant terrible des lettres haïtiennes publie L’Ombre animale en 2016, roman qui remporte -entre autres- le Prix Littérature-Monde et le Prix Louis Guilloux. Le titre retranscrit parfaitement l’esprit d’un roman en clair-obscur où le corps s’expose, se décompose, se renouvelle. Difficile de résumer l’incroyable profusion d’un texte qui brouille les cartes, échappe aux étiquetages et choisit l’éclat du verbe comme unique boussole. Makenzy Orcel est un archéologue du sens, un écrivain sensoriel qui puise dans la marginalité une puissance d’évocation rare. Roman ambitieux et exigeant, l’Ombre animale n’a pas fini de nous fasciner.

En 2017, il publie Caverne chez la Contre Allée, un recueil de poèmes introspectifs qui explorent l’intérieur, l’intime et remontent jusqu’à l’enfance. L’occasion de rendre visite aux morts -parents, amis ou inconnus- et de leur donner vie afin de panser ses propres plaies.


Bibliographie

- Caverne (La Contre Allée, 2017)
- L’Ombre animale (Zulma, 2016)
- La Nuit des terrasses (La Contre Allée, 2015)
- Les Immortelles (Zulma, sept.2012, Mémoires d’encrier 2011)
- Les latrines (Mémoires d’Encrier, 2011)
- Les Immortelles (Mémoire d’Encrier, 2010)
- A l’Aube des traversées et autres poèmes (Mémoire d’Encrier, 2010)
- Sans Ailleurs (Arche Collectif, 2009)
- La Douleur de l’étreinte (Deschamps, 2007

Actualité

 
Poésie

Caverne

La Contre Allée - 2017

« Caverne est une chanson personnelle. Un chant intime.

De tout ce que j’ai fait jusqu’à présent, pour moi, le plus important, ma priorité, c’est ma poésie. Le travail sur la langue. cette quête de sens, de quintessence. D’un langage qui tient autrement au réel.

Il faut écrire de la poésie, écrire vraiment sans se demander pourquoi, parce que c’est comme ça, il n’y a rien à expliquer, rien à comprendre. Pourquoi pas ?

Toute littérature est tentative de se maintenir en équilibre.

Caverne s’inscrit dans une démarche formelle visant à nourrir, perpétuer cette quête, dans le courant d’une parole libre, douce-amère, qui se déploie à la manière d’une chanson, d’un geste, histoire de prendre corps, s’arracher de ce corps, se renouveler au-delà de son orbite. Un écho à travers lequel coïncident les miroitements de la langue, de l’existence et ses infinies expansions.

Mais par-dessus tout, Caverne est une descente dans mes cavernes, mes zones existentielles les plus reculées, une exploration de l’intime.

J’ai vu tant de cadavres dans ma vie, autant que des vivants je crois. Et ceci, dès ma plus petite enfance dans ce quartier violent à Martissant où j’ai grandi avec ma mère. Des cadavres d’amis, d’inconnus, de femmes, d’hommes et d’enfants. Des gens que je n’ai pas eu le temps d’aimer, de connaitre, avec qui j’ai pas eu le temps de discuter.

Et d’autres cadavres internationaux qui ont vécu loin de mon quartier, loin de mon enfance. Je ne sais pas, je suis ravagé par l’idée que j’appartiens à leur monde, que je suis moi-même un cadavre en quête d’une vie, une certaine place dans le monde des vivants, que je suis aussi mort que les morts de mon quartier. Ce poème est une manière de dire que je pense à eux, que je regrette qu’ils soient partis si tôt, avant d’avoir vécu, aimé. S’il faut coucher avec les morts avant de trouver un vers, la poésie sert à ça aussi : à donner vie aux morts.

Comme Caverne, Cadavres est un poème intime, un retour sur les lieux de l’enfance, de l’intérieur. »

Oeuvre

 
Poésie

Caverne

La Contre Allée - 2017
« Caverne est une chanson personnelle. Un chant intime. De tout ce que j’ai fait jusqu’à présent, pour moi, le plus important, ma priorité, c’est ma poésie. Le travail sur la (...)
 

Romans

L’Ombre animale

Zulma Editions - 2016
Il y a Toi, bonne à tout subir et à tout faire, Makenzy, en père pire que maudit, Orcel, le frère mutique posté devant la mer, l’Envoyé de Dieu et ses bacchanales infernales, et puis (...)
 

Poésie

La Nuit des terrasses

La Contre Allée - 2015
« J’ai commencé à fréquenter les bars très tard dans ma vie. Pour une raison très simple, il faut payer après avoir consommé… Aujourd’hui dès que j’arrive dans une ville, la première (...)
 

Les immortelles

Zulma Editions - 2012
Les Immortelles, ce sont les prostituées de Port-au-Prince. L’une d’elles prend à parti l’inconnu monté la voir au bordel. Apprenant qu’il est écrivain, elle lui propose un marché : (...)
 

Les immortelles

Mémoire d’Encrier - 2012
Les immortelles Les Immortelles, ce sont les prostituées de Port-au-Prince. L’une d’elles prend à parti l’inconnu monté la voir au bordel. Apprenant qu’il est écrivain, elle lui (...)
 

Les latrines

Mémoire d’Encrier - 2011
Les latrines, vaste plongée dans les bas-fonds de Port-au-Prince, est une grande aventure. De celles qui n’arrivent qu’une fois tous les dix ans chez un éditeur. Le talent est (...)
 

Vidéos

 

Les grands débats en vidéo

Saint-Malo 2012

Atelier-monde : le peuple qui manque

Avec Patrick Chamoiseau, Shumona Sinha, Alaa El Aswany, Makenzy Orcel, Daniel Bougnoux, Philippe Mouillon

 
Saint-Malo 2012

Le roman de la ville

Le roman de la ville. Avec Makenzy Orcel, Cathi Unsworth, Ian Rankin, Diane Meur. Animé par Kerenne Elkaim.

 
Saint-Malo 2012

Écrire : affaire de style ? affaire d’histoire ? affaire de monde ?

Avec Makenzy Orcel, Eric Miles Williamson, Michel Vézina, Julien Delmaire, Michel Le Bris

 
Saint-Malo 2012

Haïti du monde entier

Avec James Noël, Julien Delmaire, Yahia Belaskri, Hubert Haddad et Makenzy Orcel.

 

 

Les cafés littéraires

Saint-Malo 2012

Les enfants perdus

Hubert Haddad, Wilfried N’Sond, Makenzy Orcel, Hisham Matar

 
Saint-Malo 2011

Les bas-fonds

Avec Richard Lange, Makenzy Orcel, Brando Skyhorse et Jonas T. Bengtsson

 

Les débats audios

 
Saint-Malo 2015

Intranqu’Îllité

Avec Mackenzy Orcel, Yannick Lahens, Wilfried N’Sondé, Lieve Joris, Yahia Belaskri, James Noël

 
Saint-Malo 2012

Le pouvoir magique des mots

Avec Arthur H, Nicolas Repac, Julien Delmaire, Makenzy Orcel, Jacques Schwartz-Bart, Erol Josué.

 
Saint-Malo 2012

Le roman de la ville

Avec Makenzy Orcel, Cathi Unsworth, Ian Rankin et Diane Meur

 
Saint-Malo 2011

Les Passagers des Vents

Rencontre autour de la résidence d’artistes les Passagers des Vents.
Avec James NOEL, Makenzy Orcel, Christian TORTEL. Animée par Yves Chemla.

 
Saint-Malo 2011

Veuves de verre, cités radieuses

Avec : Yvon LE MEN, MAKENZY Orcel, GLOAGUEN Alexis