logo
accueil > Saint-Malo > Invités > ANTOON Sinan
Invités


ANTOON Sinan

Irak/ États-Unis

6 avril 2017.
 

Biographie

 
JPEG - 60.1 ko
D. R

Poète, traducteur et romancier, Sinan Antoon a publié trois romans qui l’ont propulsé au premier rang des écrivains irakiens de sa génération. Sa traduction anglaise du poète Mahmoud Darwich lui a valu en 2012 le Prix de l’American Literary Translators Association.

Né à Bagdad en 1967, il quitte l’Irak pour les Etats-Unis en 1991, trois mois après la Guerre du Golfe qui a ravagé les infrastructures du pays et a mis des centaines de milliers de gens à la rue, pour échapper à la dictature de Saddam Hussein et aux rigueurs de l’embargo. En 2003, il retourne en Iraq pour co-produire et réaliser un documentaire sur le pays sous occupation About Bagdad.

Aux États-Unis, il poursuit ses études de lettres entamées à Bagdad et sort d’Harvard en 2006 avec un doctorat en Études arabes. Il enseigne aujourd’hui à l’Université de New York.

Selon Sinan Antoon, l’écriture relève d’un subtil équilibre entre esthétique et engagement. L’œuvre doit parler du monde, l’analyser, l’observer. La position ascétique de l’art n’a pas lieu d’être. Son premier roman, I`jaam (2003), a été traduit en anglais, norvégien, allemand, portugais et en italien. Seul le grenadier est son second roman. Publié en arabe en 2010, l’auteur le traduit lui-même en anglais en 2014. Le roman remporte l’Arab American Book Award en 2014 ainsi que le Prix Said Ghobash Banipal pour la traduction littéraire.

Dans ce roman, Sinan Antoon ne se contente pas de restituer l’extrême violence que connaît l’Irak depuis sa longue guerre avec l’Iran (1980-1988), il y explore le thème de la vie et de la mort, indissociables dans ce pays où les bombes menancent chaque instant. Jawad, un jeune garçon qui grandit à Bagdad, refuse la vie à laquelle le destine son père qui le prépare à exercer la même profession rituelle que lui, celle de laver et d’ensevelir les morts avant leur enterrement. Le roman offre un voyage dans les traditions d’un pays dont on connait surtout le nombre de victimes et le bruit des bombes. Un voyage initiatique bouleversant pour le lecteur comme pour le personnage principal.


Bibliographie

- Seul le grenadier (Actes Sud, 2017)

Actualité

 
Romans

Seul le grenadier

Actes Sud - 2017

Javad est le fils cadet d’une famille chiite de Bagdad. Son père le prépare à exercer la même profession rituelle que lui, celle de laver et d’ensevelir les morts avant leur enterrement, mais Jawad s’y refuse et rêve de devenir sculpteur. Après avoir fait ses études d’arts plastiques à la fin des années 1980, alors que Saddam Hussein est au faîte de sa puissance, il est cependant enrôlé comme soldat puis se retrouve peintre en bâtiment au service des nouveaux riches. Son père meurt en 2003, les bombes américaines s’abattent sur Bagdad, les corps déchiquetés s’entassent, multipliés par les guerres confessionnelles, et il est de nouveau forcé, dans une douloureuse solitude, de renoncer à ses rêves d’artiste pour poursuivre la carrière de son père.
Dans ce roman chaleureusement salué par la critique après sa parution en arabe (2010), puis en anglais (2013), Sinan Antoon ne se contente pas de restituer l’extrême violence que connaît l’Irak depuis sa longue guerre avec l’Iran (1980-1988). Il explore en fait, et de façon magistrale, le thème de l’imbrication de la vie et de la mort en une entité unique. Le grenadier planté dans le jardinet, et qui se nourrit de l’eau du lavage des morts, en est une saisissante métaphore, et il est le seul à connaître la vérité.


Revue de presse

- "Sinan Antoon dépeint un Irak profond, comme on l’a rarement lu. Un grand livre, beau et terrible, sur les souffrances du peuple irakien, injustifiables." (Jean Claude Perrier, Livres Hebdo)

- "[…]l’auteur brosse le superbe portrait d’un homme de bien emporté par le maelstrom du Moyen-Orient et lève le voile sur Bagdad, où vie et mort ne forment plus qu’une seule entité." (L’Express)

- "Son écriture souveraine, palpitante, délicate, traque la vie partout où elle se niche. Antoon lave ainsi son pays des affronts subis, redonne aux victimes le supplément d’âme auquel elles avaient droit." (Marine Landrot, Télérama)

Oeuvre

 
Romans

Seul le grenadier

Actes Sud - 2017
Javad est le fils cadet d’une famille chiite de Bagdad. Son père le prépare à exercer la même profession rituelle que lui, celle de laver et d’ensevelir les morts avant leur (...)
 

programme

Samedi

16:00

Destinées

Café Littéraire

17:20

Signatures

 

Dimanche

11:15

Les fantômes des morts

Nouveau Monde - salle 2

15:00

Signatures

 

Lundi

10:30

Signatures