logo
accueil > Saint-Malo > Invités > MIANO Léonora
Invités


MIANO Léonora

Cameroun / France

1er mars 2017.
 

Biographie

 

Lorsqu’elle reçoit en 2006 le Goncourt des lycéens pour Contours du jour qui vient, la Camerounaise Léonora Miano est l’une des étoiles montantes de la diaspora littéraire africaine. Elle est désormais une auteure incontournable de la littérature francophone surbsaharienne. Dès son premier roman, L’Intérieur de la nuit, paru chez Plon en 2005, la romancière s’est imposée, non sans remous, parmi cette génération d’écrivains qui expriment leur révolte face aux comportements autodestructeurs qui ravagent le continent africain.

Évoquant les guerres intestines de l’Afrique subsaharienne dans une langue sombre et poétique, le premier opus de sa « Suite africaine », d’une violence terrible, lui avait valu plusieurs prix, (notamment le Prix Révélation de la Forêt des Livres 2005 et le Prix Louis-Guilloux 2006), mais aussi quelques critiques outrées. À ceux qui l’accusent alors de nourrir les préjugés sur la barbarie supposée des Africains, l’écrivain oppose sa lucidité douloureuse mais salutaire. « La barbarie des Africains n’existe pas ! La barbarie existe là où il y à l’humanité. »

Les aubes écarlates (Plon) complète en 2009 sa trilogie africaine : à travers le récit halluciné d’un enfant soldat, l’auteure convoque les fantômes de la traite négrière, dont les tourments continuent de hanter une Afrique oublieuse. Contre l’amnésie collective, Léonora Miano donne à entendre la mélopée des âmes restées sans sépulture, tout en prévenant ; « Il ne faut pas retourner au passé pour y séjourner. Ce qui m’intéresse c’est ce que nous ferons. »

Née en 1973, à Douala, au Cameroun, Léonora Miano grandit dans une famille lettrée de la petite-bourgeoisie francophone et écrit ses premiers poèmes à l’âge de huit ans. A peine adolescente, elle reçoit un véritable choc esthétique à la lecture du Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire, qui reste à ce jour un de ses livres de chevet.

Dans la foulée de sa découverte de Césaire, Léonora Miano dévore toute la littérature de la Caraïbe. Le roman vient à l’adolescence, mais, elle attendra longtemps avant de proposer ses textes à des éditeurs. Arrivée en France en 1991, elle étudie les Lettres Anglo-Américaines et se passionne pour les auteurs afro-américains de la « Harlem Renaissance ».

Avec Tels des astres éteints (Plon, 2008), Léonora Miano déplace le centre de sa réflexion : prenant pour toile de fond les tensions des sociétés européennes, l’auteure pose son regard sur la France noire et examine la complexité de ces « identités frontières » travaillées par la culpabilité, le besoin de reconnaissance et l’impossibilité du retour... 2008 est aussi l’année de la sortie d’un recueil de cinq nouvelles, Afropean Soul et autres nouvelles, publié dans la collection « Étonnants Classiques » des éditions Flammarion. Enfin, au printemps 2009, Léonora Miano propose une approche plus personnelle et plus douce de l’Afrique en évoquant les plaisirs de la table dans son recueil Soulfood équatoriale (Nil).

Après Blues pour Elise en 2010, Léonora Miano poursuit avec Ces âmes chagrines l’exploration intimiste du vécu des « afropéens » de France. « Du rap à la haute couture, du racisme à la corruption des élites africaines, un portrait féroce de l’époque. » Son roman « le plus français » selon l’auteure. En 2012, elle choisit le théâtre pour poursuivre son œuvre-témoignage. Léonora Miano livre ainsi le recueil Écrits pour la parole, où elle dévoile, en l’espace de plusieurs pièces, le quotidien des femmes africaines, mal estimées en tant que femmes par les hommes, et en tant que noires par les femmes ; ou bien l’histoire de Gaston Monnerville, illustre inconnu, mais pourtant président du Sénat de 1959 à 1968 : une série de vies combatives, mais toujours freinées par les sociétés européennes.
Elle récidive la même année avec Habiter la frontière, une compilation des conférences qu’elle a données entre 2009 et 2011 ; un manifeste politique où elle enjoint aux subsahariens réconciliés avec eux-même d’accepter leur responsabilité collective et individuelle afin d’atteindre la liberté.

Elle obtient en 2013 le prix Femina, pour son roman La Saison de l’ombre, un retour vers l’Afrique sub-saharienne de sa première trilogie (Suite africaine) : cette fable poétique sombre et puissante peint l’Afrique pré-coloniale transformée par l’arrivée des Européens, du point de vue des populations bantoues et tout particulièrement des femmes, des mères, à qui l’on a arraché un enfant, un fiancé, un être aimé. Et si, selon les mots de L. Miano, qui aime regarder l’Histoire en face, ce qui préoccupe La Saison de l’ombre, « c’est de saisir le moment du basculement d’un monde à l’autre », c’est aussi l’occasion d’honorer les disparus de la traitre négrière, non sans rappeler une période sombre et toujours délicate, la part de responsabilité des Africains dans les maux dont ils continuent de subir les conséquences.

L’œuvre de Léonora Miano s’attache toujours à donner une voix à ce qui n’en a habituellement pas. Sa stratégie ? Renommer les maux, les expériences, et les injustices pour se les réapproprier : sa littérature fonctionne comme un exutoire de frustrations, elle est fondamentalement cathartique.

En 2014, elle commence à orienter sa réflexion et son écriture autour de la sexualité, masculine d’abord, avec le recueil Première fois (Mémoires d’Encrier, 2014) dans lequel elle invite 10 écrivains subsahariens et afrodescendants à raconter leur première expérience charnelle sans tabou. Avec Volcaniques en 2015, elle fait de même avec des femmes cette fois, et ouvre ainsi une réflexion sur la sexualité dans les cultures africaines et afrodescendantes.

Le corps est également une question centrale dans Crépuscule du Tourment (publié en 2016 chez Grasset) dont le deuxième volet paraît en 2017 sous le titre Héritage. Le premier opus de cette série fonctionne comme un huis-clos à cinq personnages, cinq voix dont l’une reste muette : celle de l’homme. Il est pourtant celui qui rassemble les 4 femmes, il est leur point de convergence, mais dans ce roman, ce sont les femmes, leurs corps, leurs pensées, leurs histoires qui occupent tout l’espace. Les récits sont le lieu d’aveux intimes, de tourments identitaires et de questionnements sur la condition féminine, loin d’être une chose évidente à vivre pour ces femmes. Héritage donne la parole à Amok, l’homme autour duquel gravitent toutes ces vies de femmes, de retour dans ce pays d’Afrique dont le nom est tu, après des années d’exil. Là encore, les questions identitaires, en tant qu’homme, en tant que père, en tant qu’héritier d’une histoire coloniale toujours présente sont au centre de la vie intime de ce personnage.


Liens

Le site internet de Léonora Miano


Bibliographie :

Romans :
- Crépuscule du tourment. II Héritage (2017, Grasset)
- Crépuscule du tourment (2016, Grasset)
- La Saison de l’ombre (Grasset, 2013), Prix Femina 2013
- Ces âmes chagrines (Plon, 2011)
- Blues pour Élise (Plon, 2010)
- Tels des astres éteints (Plon, Paris, 2008)

La trilogie « Suite africaine » :
- Les aubes écarlates “Sankofa cry” (Plon, Paris, 2009)
- Contours du jour qui vient (Plon, Paris, 2006), prix Goncourt des Lycéens 2006
- L’intérieur de la nuit (Plon, Paris, 2005), prix Louis-Guilloux 2006

Nouvelles
- Volcaniques (2015, Mémoire d’Encrier)
- Première fois (2014, Mémoire d’Encrier)

Théâtre :
- Écrits pour la parole (l’Arche 2012)

Autres :
- Habiter la frontière (L’Arche, 2012)
- Pour Haiti (Desnel, 2010)
- Soulfood équatoriale (Nil, Paris, 2009)
- Afropean Soul, et autres nouvelles (Flammarion, 2008)

Actualité

 
Romans

Crépuscule du tourment. II. Héritage

Grasset - 2017

Après des années passées à l’étranger, Amok revient au pays afin d’élever son fils dans un environnement préservé du racisme. Ce retour ravive d’amers souvenirs, des conflits familiaux, l’inconfort d’une appartenance sociale mal assumée.
En proie à un accès de violence, il bat sa compagne Ixora. Horrifié par son geste, il prend la fuite pour affronter son père dont il pense avoir hérité « le fauve caché dans l’âme des hommes de sa lignée ». Dans sa course, il est victime d’un accident de voiture qui le laisse semi-conscient : c’est par l’esprit qu’il traverse ses gouffres intérieurs, revisite son histoire intime et ses blessures secrètes.
Il s’agira pour lui de s’accepter pour être en mesure de transformer son lourd héritage. Épousant la structure d’un thème de jazz, donnant une voix aux vivants et aux morts, ce roman est celui de la reconquête de soi et de la rédemption.
Crépuscule du tourment 1, Melancholy mettait en scène quatre voix de femmes s’adressant au même homme : un chœur convergeant vers un centre muet. Crépuscule du tourment 2, Heritage part de l’intériorité de cet homme, autour duquel gravitent d’autres figures masculines et les femmes de sa vie.


Revue de presse

- "C’est à une extravagante et éprouvante odyssée dans une terre africaine rongée par la colonisation et la démission de ses élites que conduit Léonora Miano. Messagère des fantômes et des ombres, prêtresse des puissances omniprésentes de l’au-delà, terrible mais éclatante pythie d’aujourd’hui. Pour le second tome du Crépuscule du tourment (1) , suite à ce quatuor féminin qui évoquait la figure insaisissable d’Amok — mère, épouse, maîtresse et soeur —, la romancière d’origine camerounaise de 44 ans a choisi de plonger au coeur même de l’identité chaotique du fils, époux, amant et frère, héritier d’une noble lignée et longtemps parti à l’étranger pour s’y former." (Fabienne Pascaud, Télérama)

Oeuvre

 
Après des années passées à l’étranger, Amok revient au pays afin d’élever son fils dans un environnement préservé du racisme. Ce retour ravive d’amers souvenirs, des conflits familiaux, (...)
 

Romans

Crépuscule du tourment

Grasset - 2016
De nos jours, quelque part en Afrique subsaharienne, au Cameroun peut-être, quatre femmes s’adressent successivement au même homme : sa mère, la femme à laquelle il a tourné le dos (...)
 

Nouvelles

Volcaniques. Une anthologie du plaisir

Mémoires d’Encrier - 2015
Douze femmes, auteures du monde noir, évoquent le plaisir féminin. Comment s’écrivent aujourd’hui le corps, la sensualité, la sexualité ? « Volcaniques : une anthologie du plaisir (...)
 

Nouvelles

Première Nuit

Mémoire d’Encrier - 2014
Parlons du corps et de l’intimité avec Alfred Alexandre, Edem Awumey, Julien Delmaire, Frankito, Julien Mabiala Bissila, Jean-Marc Rosier, Insa Sané, Felwine Sarr, Sunjata et (...)
 

Romans

La saison de l’ombre

Grasset - 2013
Nous sommes en Afrique sub-saharienne, quelque part à l’intérieur des terres, dans le clan Mulungo. Les fils aînés ont disparu, leurs mères sont regroupées à l’écart. Quel malheur (...)
 

Romans

Écrits pour la parole

L’Arche - 2012
Couleur J’étais tombé sur l’un des secrets les mieux gardés des Noirs : la plupart d’entre nous n’étaient pas intéressés par la révolte ; la plupart d’entre nous étaient fatigués de (...)
 

Romans

Habiter la frontière

L’Arche Editeur - 2012
« « La littérature parle avant tout d’humanité. C’est donc le monde que j’écris, à partir de mes lieux de référence, à partir de mes personnages subsahariens ou afrodescendants. » Après (...)
 

spip_logo
Romans

Écrits pour la parole

L’Arche Editeur - 2012
Pourquoi Gaston Monnerville n’est-il pas devenu président de la République française ? Pourquoi cet homme politique, président du Sénat de 1959 à 1968, est-il si mal connu dans son (...)
 

Romans

Ces âmes chagrines

Plon - 2011
Né dans l’Hexagone, Antoine Kingué, dit Snow, n’arrive pas à surmonter la rancoeur qu’il nourrit envers sa mère, coupable de ne l’avoir pas assez aimé. Elle l’a laissé en pension (...)
 

Deux frères que tout oppose profondément cherchent à obtenir leur rédemption en échappant à leur destin familial. Né dans l’Hexagone, Antoine Kingué, dit Snow, n’arrive pas à (...)
 

Romans

Blues pour Elise

Plon - 2010
"Qu’est-ce qui fait courir les personnages de Blues pour Élise ? C’est l’amour ! Celui qu’on désespère de trouver, comme Akasha qui ne se remet pas d’une peine de cœur. Celui qu’on (...)
 

Autres

Pour Haiti

Desnel - 2010
 

Blues pour Elise

Plon - 2010
"Qu’est-ce qui fait courir les personnages de Blues pour Élise ? C’est l’amour ! Celui qu’on désespère de trouver, comme Akasha qui ne se remet pas d’une peine de cœur. Celui qu’on (...)
 

Pour Haiti

Desnel - 2010
Coordonné par Suzanne Dracius Cet ouvrage collectif réunit des textes inédits en prose et en poésie d’écrivains et poètes du monde entier en solidarité avec Haïti. Le bénéfice des (...)
 

Autres

Soulfood équatoriale

Nil Editions - 2009
Un « Exquis d’écrivains » qui restitue les saveurs et les atmosphères d’une Afrique loin des clichés. En nous faisant humer et palper une pierre à écraser imprégnée de senteurs (...)
 

Romans

Les Aubes écarlates

Plon - 2009
Enrôlé comme enfant soldat, Epa a fui les troupes d’Isilo, le chef de guerre. Il a traversé le Mboasu pour échouer à ’La Colombe’, un centre qui recueille les enfants abandonnés. Là, (...)
 

Après L’intérieur de la nuit et Contours du jour qui vient, le troisième livre de Léonora Miano consacré à l’âme de l’Afrique. A travers les aventures d’Epa, enfant soldat, une étrange (...)
 

Nouvelles

Afropean Soul : Et autres nouvelles

Flammarion - 2008
L’un est âgé de neuf ans. C’est encore un enfant. Pourtant, il comprend : la misère, la solitude et la relégation sociale de sa mère, diplômée en lettres mais condamnée à n’être (...)
 

Léonora Miano écrit ici le blues de l’immigration, le roman des identités frontalières introuvables, si dures à construire, et si multiples dans leur perpétuelle évolution. Dans (...)
 

Après la guerre qui a ravagé le Mboasu, cet état imaginaire et ô combien réel d’Afrique, le pays est exsangue. Les parents, incapables de prendre soin de leurs enfants, les chassent (...)
 

A travers les yeux d’une jeune femme revenue de France, une exploration de l’Afrique et de ses énigmes. Ayané était venue étudier en France. Quand elle retourne à Eku, le village (...)
 

Vidéos

 

Les grands débats en vidéo

Saint-Malo 2013

L’avenir du roman

Débat ouvert par Michel Le Bris, dans le cadre de l’Edinburgh World Writer’s Conference

 

 

Les cafés littéraires

Saint-Malo 2014

Territoires de l’ombre

Avec Drago JANCAR, Hubert MINGARELLI, Leonora MIANO, Ron RASH.

 
Saint-Malo 2007

Aux frontières du réel (1)

Avec Céline MINARD, Céline CURIOL, Enki BILAL, Léonora MIANO

 
Saint-Malo 2012

Quête de soi


Avec Dinaw Mengestu, Lyonel Trouillot, Léonora Miano, Igor Stiks

 
Saint-Malo 2011

Dans le creuset des villes


Avec Brian Chikwava, Léonora Miano et Alfred Alexandre

 
Saint-Malo 2010

Enfances volées

Avec Léonora MIANO, Mahi BINEBINE, Wielfried N’SONDE et Lyonel TROUILLOT

 

Les débats audios

 
Saint-Malo 2013

Jazz et écriture

Avec Saul WILLIAMS, Teju COLE, Léonora MIANO, Michel LE BRIS, Diana EVANS.

 
Saint-Malo 2012

En quête d’origines

Avec Léonora Miano, Nadifa Mohamed, Tash Aw et Dinaw Mengestu

 
Saint-Malo 2012

La poésie des romanciers

Avec Lyonel Trouillot, Léonora Miano, Jean-Marie Blas de Roblès, Hubert Haddad

 
Saint-Malo 2012

Faut-il encore décerner des prix littéraires au XXIème siècle ?

Avec Cécile Coulon, Patrick Rambaud, Claude Villers, Léonora Miano, Carole Martinez, Dany Laferrière, Alain Mabanckou et Claude Esclatine

 
Saint-Malo 2011

Lectures croisées

avec : Mari-Célie AGNANT, MIANO Léonora

 
Saint-Malo 2011

Pour le plaisir des mots

Slam session avec le collectif 129H et les participants à l’atelier d’écriture de la maison de quartier La Découverte
avec : ROUDA, Jacques DARRAS, LYOR, NEOBLED, MIANO Léonora, Alain MABANCKOU, Yvon LE MEN, RIM, IDO Jacky

 
Saint-Malo 2011

Les enfants d’Aimé Césaire

Le Cahier d’un retour au pays natal ? “Ça m’a fumé la tête." Léonora MIANO

 
Saint-Malo 2010

Goût d’Afrique, goût des Caraïbes

Quand les saveurs entre dans les mots des écrivains… direction l’Afrique avec Léonora Miano et les Caraïbes avec Dany Laferrière, une rencontre suivie d’une lecture apéritive de leur ouvrage respectif.

Goût d’Afrique, goût des Caraïbes
 
Saint-Malo 2010

Vingt mille saveurs sous les mers

Avec Olivier Roellinger, Léonora Miano, Taras Grescoe, Elisabeth Vallet. Animé par Christine Ferniot.

Vingt mille saveurs sous les mers
 
Saint-Malo 2010

L’Afrique est-elle maudite ?

Quatre auteurs africains, pour débattre à la suite du livre de Moussa Konate "L’afrique noire est-elle maudite ?" : avec Léonora MIANO, Alain MABANCKOU, Moussa KONATE, Florent COUAO-ZOTTI, Emmanuel DONGALA. Animé par Jean-Michel Djian.

 
Saint-Malo 2008

Patries Imaginaires

Avec : Anya ULINICH, Leonora MIANO, Yasmine CHAR, Boualem SANSAL, Santiago GAMBOA

 
Saint-Malo 2008

L’Afrique, demain

Avec : Moussa KONATE, Leonora MIANO, Gilbert GATORE, Gaston KELMAN