logo
accueil > Saint-Malo > Invités 2017 > EREN Azad Ziya
Invités 2017


EREN Azad Ziya

Turquie

4 avril 2017.
 

Biographie

 
JPEG - 46.3 ko
© Ubeyd Aaslan

Azad Ziya Eren est l’un des rares jeunes poètes de Turquie dont l’œuvre passe les frontières. On le découvre aussi essayiste et romancier, dessinateur, peintre et photographe, il a même des idées de films, qui se concrétiseront peut-être bientôt aux États-Unis où une fondation culturelle vient de lui allouer une bourse.

D’origine arménienne et kurde, Azad Ziya Eren est né le 27 octobre 1976 en Turquie. Diplômé de biologie et instituteur de profession, il est également poète et illustrateur, il commence à publier ses écrits dans des revues à partir de 1997. Il fonde les revues Pitoresk Sanat (Art pittoresque, NDLR) et Palto Sanat (Art paletot, NDLR) dédiées à la peinture et à la poésie. Il est l’auteur de nombreux recueils de poèmes dont beaucoup ont été traduits en allemand, anglais, arabe, arménien, français, kurde et syriaque.

En 2009, il reçoit le prix de poésie Metin Atliok. Cette même année, il est l’invité de l’association rochelaise Larochellivre et réside au Centre Intermondes pour la saison de la Turquie. Peintre et photographe, Azad Ziya Eren présente la même année en France une exposition de toiles intitulée La nudité et la poésie. Après un long séjour en France il expose ses photographies en Turquie en 2010 sous l’intitulé Le Tour de France en 80 jours. Il est l’auteur de monographies sur Paris et les villes turques Diyarbakır et Mardin.

Azad Ziya Eren a perdu son emploi d’instituteur comme des milliers d’autres, soupçonnés d’être opposants au régime après la tentative de coup d’État de juillet 2016. L’armée a été envoyée à Diyarbakir où résident le poète et sa famille. Alors qu’il se rendait en France pour une résidence à Saint-Pourçain-sur-Sioule, son passeport et ceux de sa famille ont été confisqués à l’aéroport le 19 décembre 2016. Le Maire de La Rochelle Jean-François Fountaine est intervenu à plusieurs reprises auprès des autorités françaises en Turquie afin qu’elles intercèdent auprès de leurs homologues turques et l’autorisent à se déplacer. Ils sont logés depuis leur arrivée dans un appartement appartenant à la Ville de La Rochelle.

Dans le cadre du Printemps des Poètes, une exposition lui est consacrée intitulée Un fil tendu vers Azad Ziya Eren. En hommage à la liberté d’expression, le collectif Divagation Poétique réalisera des installations plastiques, sonores et poétiques dans les jardins d’Intermondes.
Le travail d’Azad Ziya Eren est découvert en France grâce aux éditions Bleu autour. Il y publie d’ailleurs cette année Instituteur de campagne en Anatolie, la chronique du village turc de Sakizköy, où il prend ses fonctions en 2002 au sortir de l’université. Il mêle la description d’un monde archaïque aux réflexions que lui inspirent ses lectures.


Bibliographie sélective en langues étrangères :

- Instituteur de campagne en Anatolie (Bleu Autour, 2017)
- Graine à queue récit d’enfance, Italique, poème extrait du receuil Yitik Baykus, (éd. Noktürn, 2012), parus dans le receuil de récits inédits Une enfance turque, éd. Bleu Autour, 2015.
- Sur les chemins mystérieux, Portrait d’un philosophe, La formation obligatoire, Élections et subsistance, extraits du Journal de Sakizköy (YKY 2004) parus dans L’autre Turquie (reportages littéraires), éd. Galaade, Paris 2014)
- Poème (Eau-robuste) pour Ilhan Berk, (YKY 2009), J’ai vu la mer, revue Siècle 21 n°15, 2009 et repris revue Confluences poétiques, juin 2012.

Actualité

 
Récit

Instituteur de campagne en Anatolie

Bleu Autour - 2017

De la neige jusqu’au ventre, la dépouille d’un loup fichée sur un poteau, une classe qui prend l’eau, des briquettes de bouse séchée pour le poêle, l’hiver 2002 est rude à Sakızköy, village à flanc de montagne où débarque de l’université le jeune instituteur Azad. Il est poète, aussi. Ses vers ont été lus par un éditeur d’Istanbul qui lui suggère d’écrire la chronique de ce village proche de la Syrie et la publiera dès 2003. La voici en français, nourrie de ses lectures (Jack London, René Char…), de son humour, de ses réflexions. Elle nous ouvre à un monde archaïque et désuni. Ici un campement de nomades, là des femmes kurdes au turc hésitant, ailleurs des Yézidis fidèles à l’ange Paon, dans le ciel la guerre du Golfe qui gronde et dans la classe, bien au chaud, un élève qui s’oublie. Un rare et dense témoignage qui fait écho, un demi-siècle plus tard, au fameux récit de Mahmut Makal, Bizim Köy (1950), paru sous le titre Un village anatolien dans la collection “Terre humaine” (Plon, 1963), où il demeure le seul ouvrage consacré à la Turquie.

Oeuvre

 
Récit

Instituteur de campagne en Anatolie

Bleu Autour - 2017
De la neige jusqu’au ventre, la dépouille d’un loup fichée sur un poteau, une classe qui prend l’eau, des briquettes de bouse séchée pour le poêle, l’hiver 2002 est rude à Sakızköy, (...)