BOFANE In Koli Jean

Belgique - Congo

La belle de Casa (Actes Sud, 2018)

Lauréat en 2009 du grand prix littéraire de l’Afrique noire, du prix Jean-Muno et du prix littéraire de la SCAM, avec le singulier Mathématiques congolaises, son premier roman, In Koli Jean Bofane s’impose comme une nouvelle voix de la littérature congolaise. Immigré en Belgique en 1960, de retour au Zaïre en 1983, il fonde les Editions de l’Exodes lorsque Mobutu amorce un processus de démocratisation en 1991. Deux ans plus tard, la répression des milieux intellectuels le pousse à nouveau à l’exil. Son second roman, Congo Inc., saississant portrait du Congo contemporain, est salué en 2015 par le Prix des 5 continents de la francophonie. En 2018, il offre une plongée dans un quartier populaire de Casablanca par la voix d’un jeune Congolais fraîchement débarqué au Maroc, est le prétexte adéquat pour dénoncer la corruption des puissants, les magouilles immobilières, la précarité des migrants et la concupiscence masculine.

Né à Mbandaka (RDC) en 1954, arrive en Belgique en 1960 pendant les troubles de l’indépendance. Après des aller-retour entre le Congo et l’Europe, quelques péripéties et des études en publicité et communication, il rentre au Zaïre en 1983. Il travaille à Kinshasa dans le milieu de la publicité jusqu’en 1991, lorsque le processus démocratique mis en place par le Maréchal Mobutu lui permet de créer une maison d’édition, Publications de l’Exocet, qui publie des bandes dessinées satiriques et des enquêtes journalistiques où le pouvoir est mis à mal. Les pillages de 1991 et 1993 ainsi que la répression dans le milieu de la presse et de l’édition compliquent les choses et poussent Bofane à quitter le Zaïre en juin 1993.

De retour en Belgique, il se lance dans la littérature Jeunesse en publiant aux éditions Gallimard Pourquoi le lion n’est plus le roi des animaux (1996), une parabole sur la dictature qui annonce, un mois avant l’arrivée de Laurent-Désiré Kabila, la fin du régime de Mobutu. Ce livre, publié dans une demi douzaine de pays, obtient le prix de la Critique de la Communauté française de Belgique. Poursuivant son travail en direction de la jeunesse, il publie en 2000 Bibi et les canards, qui aborde les questions d’immigration et d’intégration et anime des ateliers d’écriture et des débats pédagogiques autour de la citoyenneté et de la prévention des conflits.

Actes Sud publie en 2008 son premier roman, Mathématiques congolaises, dont les 10 chapitres savoureux nous plongent au cœur d’un Kinshasa tentaculaire, dont la population est manipulée au gré du cynisme et des fantasmes de gouvernants exerçant leurs pouvoirs sur les âmes et les corps de leurs concitoyens. Macabre, plein d’humour et de trouvailles, ce livre nous entraîne dans un univers fantasque et grinçant, où la mort semble pouvoir surgir à chaque coin de rue.

En 2014, avec Congo Inc., il nous lance sur le périple d’un jeune Congolais, Isookanga, en route pour Kinshasa. L’occasion pour In Koli Jean Bofane de dépeindre son pays natal, aux prises avec la mondialisation.

Avec La belle de Casa, paru en 2018, l’écrivain ne dépasse pas encore le détroit de Gibraltar, choisit de planter son intrigue au Maroc. Il signe un roman percutant, qui retrace la vie qu’un groupe issu d’un milieu populaire de Casablanca où l’on retrouve le corps d’une femme désirée de tous. Par sa plume virtuose et sa poésie irréfutable, l’auteur nous dépeint une fresque où se côtoient et se mêlent l’intime et le Monde, l’infime et la foule, dans le microcosme d’un quartier populaire d’une mégapole du XXIè siècle.


Bibliographie sélective

  • La belle de Casa (Actes Sud, 2018)
  • Congo Inc. (Actes Sud, 2014)
  • Mathématiques congolaises (Actes Sud, 2008)
  • Pourquoi le lion n’est plus le roi des animaux (Gallimard, 1996)

Prix

  • Prix des cinq continents de la francophonie (2015) pour Congo Inc.
  • Grand prix du roman métis (2014) pour Congo Inc.
  • Grand prix littéraire d’Afrique noire (2009) pour Mathématiques congolaises
La belle de Casa

La belle de Casa

Actes Sud - 2018

Qui a bien pu tuer Ichrak la belle, dans cette ruelle d’un quartier populaire de Casablanca ? Elle en aga­çait plus d’un, cette effrontée aux courbes sublimes, fille sans père née d’une folle un peu sorcière, qui ne se laissait ni séduire ni importuner. Tous la convoi­taient autant qu’ils la craignaient, sauf peut-être Sese, clandestin arrivé de Kinshasa depuis peu, devenu son ami et associé dans un business douteux. Escrocs de haut vol, brutes épaisses ou modestes roublards, les suspects ne manquent pas dans cette métropole du xxie siècle gouvernée comme les autres par l’argent, le sexe et le pouvoir. Et ce n’est pas l’infatigable Chergui, vent violent venu du désert pour secouer les palmiers, abraser les murs et assécher les larmes, qui va apaiser les esprits…
Avec sa lucidité acérée et son humour féroce, In Koli Jean Bofane dénonce la corruption immobilière, la précarité des migrants et la concupiscence mascu­line. Par son talent de conteur, son art du dialogue et des portraits, il bouscule joyeusement une réalité contemporaine tout à fait accablante – la truculence du désespoir.


  • « Dans cette quête, au gré d’un dédale de ruelles et d’avenues empruntées, de quartiers et de cafés fréquentés, l’écrivain réinvente la magie de cette métropole, revisite sa mythologie romanesque. » Marianne.net
  • « Radiographie colorée d’un quartier populaire de Casablanca, ce récit dénonce aussi quelques travers de la société marocaine. » La tête en noir
  • « Si de prime abord, le roman semble être un récit policier, il est en fait une comédie sociale dépeignant de nombreux maux africains, à savoir corruption, partage inégal des richesses et migration des peuples vers les contrées européennes. Une sorte de conte dépaysant avec cet humour irrésistible propre à la littérature africaine. » Le Huffington Post Maghreb
Congo Inc.

Congo Inc.

Actes Sud - 2014

Le jeune Isookanga quitte sa forêt et son village pygmée pour faire du business à Kinshasa. Sur son chemin, de nombreux personnages – des plus pauvres aux plus puissants, des plus vils aux plus naïfs – composent un sai- sissant tableau du Congo contemporain aux prises avec la mondialisation.

Après Mathématiques congolaises (prix Jean Muno, grand prix littéraire de l’Afrique noire, prix littéraire de la SCAM, près de 20 000 exemplaires vendus), In Koli Jean Bofane n’a rien perdu de son énergie, de son humour ni de sa lucidité politique.


Mathématiques congolaises

Mathématiques congolaises

Actes Sud - 2008

Dans un Kinshasa secoué de remous de toutes sortes, Célio aurait pu traîner sa galère encore longtemps, n’eût été sa rencontre avec le directeur d’un bureau aux activités très confidentielles, attaché à la présidence de la République. La ville ne fait pas de cadeau, le jeune homme le sait, il saisit donc l’occasion qui lui est ainsi offerte de rejoindre le cercle très fermé des sorciers modernes qui manipulent les individus et la vie quotidienne. Orphelin de guerre, celui qu’on surnomme Célio Mathématik conserve comme une bible un vieux manuel scolaire qui appartenait à son père. C’est grâce à des théorèmes et à des définitions qu’il espère influer sur le destin dont il ne veut pas être le jouet. De là à enterrer tout sens moral, la tentation est réelle... C’est avec une plume trempée dans l’humour le plus acerbe qu’In Koli Jean Bofane campe la fresque réaliste d’un Congo déchiré, où règnent l’absurdité et la violence. Grave et roboratif à la fois, son roman palpitant comme un polar vaut le meilleur des reportages, le plaisir en plus.


Revue de presse :

  • « Un roman dont la puissance évocatrice place désormais In Koli Jean Bofane au rang des grands écrivains, parmi ceux qui, dépassant le cercle de la littérature dite "francophone", aspirent à une reconnaissance internationale hautement justifiée par leur talent. » Alain Brezault, Africulture
  • « Pas de pleurnicheries pour autant, mais le regard le plus pertinent : celui du vrai romancier qui peut, mieux que personne, à travers son expérience, son sens de l’humour et sa créativité, camper une réalité de chair échappant au convenu du discours ou aux faux-semblants de l’anecdote. » Ghislain Cotton, Le Vif / L’Express
  • « Ce roman est le plus bel hommage jamais rendu au petit peuple de Kinshasa, injustement décrié. », Colette Braeckman, Le Soir
  • « Remarquabement mis en scène et construit comme un roman policier, son récit peut être perçu comme une fresque grinçante du microcosme politique de certains pays africains […], plus réaliste que les nombreuses études sociales, économiques et politiques que l’on a pu lire… » Vitraulle Mboungou, Afrique Asie
  • « In Koli Jean Bofane est un virtuose des situations ubuesques. […] Une écriture du quotidien, qui tient en haleine jusqu’au vertige. » Continental

Dans un monde corrompu

Avec Qiu Xiaolong, In Koli Jean Bofane et Sami Tchak - Saint-Malo 2012

Une rencontre entre Qiu Xiaolong, In Koli Jean Bofane et Sami Tchak, animée par Géraldine Delauney.


Congo

Congo

Avec Colette Braeckman, Alain Berenboom, In Koli Jean Bofane et David Van Reybrouck - Saint-Malo 2012

Congo, une rencontre autour des auteurs belges Colette Braeckman, Alain Berenboom, In Koli Jean Bofane et David Van Reybrouck, animée par Yves Chemla.


Bruxelles, ville monde

Avec David Van Reybrouck, In Koli Jean Bofane, Jean-Pierre Verheggen, Benoît Peeters, Alain Berenboom - Saint-Malo 2012

Avec David Van Reybrouck, In Koli Jean Bofane, Jean-Pierre Verheggen, Benoît Peeters, Alain Berenboom. Une rencontre animée par Jacques De Decker