HEIMERMANN Benoît

France

Le Marquis des stades (Le Castor Astral, 2017)

© Didier Pruvot

Chez ce grand reporter à L’Équipe, le commentaire sportif prend vite des allures d’envolée lyrique. Il réalise plusieurs documentaires de télévision et publie de nombreux ouvrages sur le sport et l’aventure. Il signe Le Marquis des stades, une anthologie du cycliste Tristan Bernard, au Castor Astral.

Dans la bouche de Benoît Heimermann, le commentaire sportif prend vite des allures d’envolée lyrique. Qu’il soit question de football, de cyclisme ou d’alpinisme, ce grand reporter à L’Équipe Magazine considère le sport comme un langage universel. Aux yeux de ce véritable passionné, les points communs entre un écrivain et un sportif sont plus nombreux qu’on le croit : goût de l’effort, perfectionnisme, volonté de dépasser ses limites, difficulté à achever les dernières pages d’un livre autant que les derniers kilomètres d’une course...

Président de l’Association des Écrivains Sportifs (créée en 1931 par Tristan Bernard), grand reporter à L’Équipe, Benoît Heimermann a réalisé plusieurs documentaires de télévision et a publié de nombreux ouvrages sur le sport et l’aventure. Quatre ans après la tragique disparition de Tabarly, il s’est attaqué au mythe et a reçu le Grand Prix de la littérature sportive pour sa biographie. Il a également reçu le prix de la fondation Mumm pour sa biographie de Muhammad Ali.

En 2006, il publie L’aventure guidait leurs pas, consacré aux grands alpinistes, suivi deux ans plus tard d’Aventuriers, un ouvrage dans lequel il évoque treize grands hommes qui ont marqué leur temps par leurs exploits.

À l’occasion du centenaire du Tour de France, Benoît Heimermann publie en 2013 un ouvrage intitulé Ils ont écrit le Tour de France : la Grande Boucle vue par les écrivains qui prolonge la réflexion sur la mythologie sportive amorcée en 2006 dans Plumes et crampons : Football et littérature.
Benoît Heimermann traite un autre pan de l’Histoire : l’Allemagne du IIIe Reich, dans Les Champions de Hitler, le reporter dresse le portrait des grands sportifs du régime hitlérien et montre comment la glorification de l’exploit physique faisait partie intégrante de l’idéologie nazie.

Dans son dernier ouvrage Femmes des pôles, il s’intéresse aux destins de huit femmes hors du commun qui ont engagé un combat pour s’embarquer dans des aventures de navigations et qui se sont illustrées dans l’histoire des expéditions polaire. Il dresse le portrait de ces femmes de caractères qui incarnent la volonté féminine de s’inscrire dans tous les domaines en dépit des barrières qui leurs ont été imposées.

Directeur de collection chez Stock, il publie en 2017 un ouvrage intitulé Scène de boxe, un roman d’Elie-Robert Nicoud (alias Louis Sanders).

Il signe cette année Le Marquis des stades, une anthologie du cycliste Tristan Bernard au Castor Astral.


En savoir plus :


Bibliographie :

  • Le Marquis des stades (Le Castor Astral, 2017)
  • Femmes des pôles (Éditions Paulsen, 2015)
  • Les Champions de Hitler (Stock, 2014)
  • Ils ont écrit le Tour de France : la Grande Boucle vue par les écrivains (Flammarion, 2013)
  • Aventuriers (Grasset, 2008)
  • Plumes et crampons : Football et littérature (Editions de La Table Ronde, 2006)
  • Parlons sport ( Editions du Panama, 2007)
  • L’aventure guidait leurs pas (Grasset, 2006)
  • L’Everest (Guérin, 2005)
  • Foot, les 100 photos (Editions du Chêne, 2004)
  • Prisonnier de l’Annapurna (avec Jean-Christophe Lafaille, Guérin, 2003)
  • Tabarly (Grasset, 2002)
  • L’Equipe, un siècle de sport (L’Equipe, 2000 - avec Patrice Delbourg)
  • L’aéropostale : la fabuleuse épopée de Mermoz, Saint-Exupéry, Guillaumet (Arthaud, 1999 - avec Olivier Margot et Jean-Claude Killy)
  • L’ABCdaire de la voile (avec Philippe Joubin, Flammarion, 1999)
  • Football et Littérature : Une anthologie de plumes et de crampons (Stock, 1998)
  • Les combats de Muhammad Ali (Le Castor Astral, 1998)
  • Les routes du ciel (Gallimard, 1995)
  • Titaÿna : 1897-1966 (Flammarion, 1994)
  • Charcot, le gentleman des pôles (Ouest-France, 1991)
  • Les gladiateurs du nouveau monde : histoire des sports aux Etats-Unis (Gallimard, 1990)
  • Suez et Panama : la fabuleuse épopée de Ferdinand Lesseps (Arthaud, 1980)
Le Marquis des stades

Le Marquis des stades

Le Castor Astral - 2017

Tristan Bernard était de bonne famille mais de mauvaise composition. Du moins rechignait-il à considérer le travail comme quelque chose de prioritaire. Ce qui lui importait avant tout c’était de se moquer du monde en plaçant le dilettantisme au rang de vertu obligatoire et en raillant les travers de ses semblables avec constance. Dix romans, cent pièces, des milliers de chroniques et d’articles y suffirent à peine. Encore convient-il d’ajouter que le préposé à la satire mena son entreprise de démolition avec délicatesse. Prolixe et gai, Tristan Bernard (1866-1947) était d’abord désopilant. “ L’homme le plus spirituel de la terre ” d’après Léon Blum son ami et contemporain.

Au bout du bout, il est une seule chose que ce voltigeur prenait au sérieux : le sport. Cavalier, boxeur, cycliste, Tristan Bernard arbitra Georges Carpentier avec précision, dirigea le vélodrome Buffalo avec méthode et suivit le Tour de France avec enthousiasme. Une façon pour lui de donner le change ? “ Il y a dans tout écrivain, un sportman qui s’ignore. ” : entendez par là un créateur qui, trop souvent, se prend au sérieux et un athlète qui, trop facilement, s’estime dérisoire… Pour “ le champion de France de l’humour ” la tête ne pouvait aller sans les jambes et inversement. Cette anthologie (inédite) le prouve au détour de chaque page.

Tour de France, la légende du siècle

Tour de France, la légende du siècle

Benoît HEIMERMANN et Jean-Christophe ROSE (Compagnie des Phares et Balises, Eklektik Productions, RTBF/2013/52’) -

En 1903, le journal « l’Auto » crée le tour de France, soutenu par les grands industriels de l’automobile et de la bicyclette pour stimuler les réclames indispensables à la vie du journal. Depuis, la compétition a bien changé... De la mort du britannique Tom Simpson sur les pentes du mont Ventoux, à la performance du miraculé Lance Amstrong, le film revient, de manière chronologique et précise, sur les 110 années d’histoire de la Grande Boucle.

Femmes des pôles

Femmes des pôles

Editions Paulsen - 2015

“Femmes de” d’abord, puis commanditaires d’expédition (parfois), la gent féminine s’est illustrée dans l’histoire de l’aventure polaire. Comme les hommes, elles ont affronté le froid, le blizzard et les privations. Mais leur combat commence bien avant le voyage. Pour faire accepter leur départ, parfois, elles ont le courage de se travestir pour embarquer, souvent elles passent outre le refus de leur famille et des autorités.
De Jeanne Baret, première femme à faire le tour de monde, à Louise Boyd qui a survolé le pôle nord en avion, en passant par Lady Franklin qui commandita des expéditions pour retrouver son mari, Benoît Heimermann s’est passionné pour huit destins hors du commun, des vies rares, faites de volonté et de persévérance.


Revue de presse

  • Femmes des pôles de Benoît Heimermann retrace le courage social, humain de ces aventurières corsetées par les mœurs de l’époque. On partagera aussi dans un sourire, la créativité dont elles ont fait preuve pour s’embarquer au milieu des hommes. Une lutte contre les éléments polaires et les carcans, tous deux inhospitaliers.” (Le Dauphiné)

Les champions de Hitler

Les champions de Hitler

Stock - 2014

“ Qu’est-ce donc, au fond, que le sport, sinon la lutte des forces au service de la Patrie ? ” Cette phrase de Eckart Hans von Tschammer und Osten, Reichsportführer de 1933 à 1943, caractérise bien le rôle du sport sous le IIIe Reich. Le culte du corps, ses perpétuelles mises en scène et mises à l’épreuve, font partie intégrante de l’idéologie nazie. Dans Les champions de Hitler, Benoît Heimermann explore l’histoire de ces athlètes et de ces aventuriers allemands qui, d’exploits physiques en surpassements de soi, ont joué les éclaireurs d’un régime lui-même obsédé de surenchère. Des alpinistes, des pilotes, des boxeurs, des footballeurs, des tennismen chargés de prendre les devants pour mieux anticiper des conquêtes autrement préjudiciables. Mais à l’image de Lutz Long battu par le noir américain Jesse Owens dans le cadre des Jeux de 1936, les Bernd Rosemeyer, Gottfried von Cramm, Ernst Udet, Heinrich Harrrer, et autres Max Schmelling ont tous échoué et failli, funestes messagers d’un avenir plus cataclysmique encore. Les portraits de ces héros, tour à tour glorifiés puis sacrifiés sur l’autel de la performance, donnent du régime nazi une autre perspective. Le sport tel que le définissait von Tschammer und Osten est, sans équivoque, un sport utile, codifié, instrumentalisé, fer de lance d’une pensée peu encline à composer avec l’aléatoire et à promouvoir les incertains.


Ils ont écrit le Tour de France : la Grande Boucle vue par les écrivains

Flammarion - 2013

En 2013, le Tour de France dispute sa centième édition. Télévisée dans 170 pays de part le monde, la traditionnelle « Fête de juillet » est, avec les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de football, l’un des événements sportifs les plus suivis et les plus plébiscités qui soient. Et les récentes et nombreuses affaires de dopage ne changent rien à l’affaire.

Hier cantonné à l’Hexagone, puis à l’Europe occidentale, le Tour ne cesse de gagner en popularité, de la Colombie à l’Australie, du Kazakhstan aux États-Unis. Partout, le Tour est plus fort que le Tour. Partout, ce chemin de ronde si particulier conserve ses prérogatives initiales : il fait lien entre le public et ses représentants, réunit sur le pas de leurs portes les publics les plus divers et fait découvrir au plus grand nombre jusqu’aux régions les plus éloignées de France.

Cet ouvrage, par la voix d’un peloton d’écrivains* inégalés, balaie tous les âges du Tour, ses paysages, ses héros, son folklore, ses mythes, et tous les moyens de les chanter et de le rapporter (roman, article de presse, polar, poésie, chanson).
Parce que son déroulé a longtemps été imperceptible (la télévision n’est apparue dans le sillage des coureurs qu’au mitan des années 1950), parce qu’il compose avec la géographie multiple de notre pays au mépris de données météorologiques souvent changeantes, parce qu’il relève pour chacun d’entre nous du souvenir d’enfance, parce qu’il exige de ses participants des efforts et des sacrifices sans cesse recommencés, parce qu’il nourrit l’épopée et la fable, le Tour est une matière romanesque d’exception.

Cette anthologie le confirme : le Tour se lit tout autant qu’il se voit.

Benoît Heimermann est grand reporter à L’Équipe Magazine, écrivain et auteur de documentaires. Il est également président de l’Association des écrivains sportifs.

*Alphonse Boudard, Philippe Delerm, Jean d’Ormesson, Erik Orsenna, Georges Pérec, Charles Trenet, Lucien Bodard, François Cavanna, Bernard Clavel, Raymond Queneau, Tristan Bernard, Antoine Blondin, Pierre Mac Orlan, Henri Troyat, Louis Aragon, René Barjavel, Roland Barthes, Régis Debray, André Gide, Jean Rouaud, Patrick Cauvin, Bernard Chambaz, Jean-Louis Ezine, Eric Fottorino, Maurice Leblanc, Louis Nucéra, Jean-Bernard Pouy, Colette, Annie Ernaux, Julian Barnes, Tristan Garcia, Albert Londres, Marcel Aymé, Didier Daeninckx, Frédéric Dard, Jean-Paul Dubois, Michel Le Bris, Robert Sabatier.


Titayna l’aventurière des années folles

Arthaud - 2011

Titaÿna L’aventurière des Années folles Star du journalisme, coqueluche du Paris mondain, féministe avant l’heure, elle a visité la planète entière avant de se perdre. « Titaÿna » (1897-1966) - de son vrai nom Élisabeth Sauvy - est la soeur d’Alfred, le célèbre démographe. Égoïste et impulsive, elle va toujours de l’avant et vit dans un véritable tourbillon. Tour à tour, elle est dame de compagnie de la soeur de l’empereur du Japon, écrit plusieurs romans, se lance dans le grand reportage, se passionne pour l’aviation, visite la Chine et le Mexique, rencontre Mustapha, Kemal et Mussolini. Ses amis s’appellent Cocteau, Giono ou Mac Orlan. Elle est riche, elle est célèbre. Mais la Seconde Guerre mondiale lui est fatale. Mauvaises relations et mauvais choix. Emprisonnée un an à la Libération, puis assignée à résidence, elle s’enfuit aux États-Unis après la mort de son mari. Elle y mourra, oubliée de tous. S’il retrace une destinée romanesque au tempérament de feu, éprouvée à l’enclume de l’Histoire, Titaÿna est d’abord un grand récit d’aventures.


Antoine Blondin le muscle et la plume

L’Equipe - 2011

Antoine Blondin (1922-1991) a marqué l’histoire de la littérature française par ses romans (Un Singe en hiver, L’Europe buissonnière, Les Enfants du Bon Dieu, L’Humeur vagabonde). Mais ses nombreuses chroniques, et tout particulièrement ses chroniques sportives, n’étaient pas moinsremarquables. Vingt ans après sa disparition, Le Muscle et la plume propose un florilège de textes oubliés, méconnus voire inédits. Un feu d’artifice de bons mots et de croquis trempés qui évoque de grands noms (Bobet, Anquetil, Hinault…), des événements remarquables (les 24 heures du Mans, le Tour de France Auto, les Jeux Olympiques…), mais qui balaie surtout toutes époques (de 1947 à 1983) et tous les sports (de la natation au ski). Si Blondin s’y entendait en matière d’écriture et de littérature, il vouait au sport et aux activités physiques des vertus à peine moins essentielles.


Aventuriers

Grasset - 2008

Ils ont pris les dimensions de la terre. Escaladé les plus hautes montagnes, convergé vers les pôles, visité les abysses, traversé les océans, volé au-delà des nuages. Ils ont aussi écrit quelques unes des plus belles pages de l’aventure moderne. Heinrich Harrer, Thor Heyerdahl, Chuck Yeager, Alain Bombard, Edmund Hillary, Jacques Piccard, Walter Bonatti, Buzz Aldrin, Reinhold Messner, Peter Blake, Borge Ousland, Bertrand Piccard, Steve Fossett ne se sont pas contenté d’accumuler les exploits et les performances, ils ont surtout été dignes dans leurs démarches et généreux dans leurs accomplissements. Pendant une demi-douzaine d’années, Benoît Heimermann, grand reporter à L’Equipe Mazgazine, est allé au devant de ces pionniers, aux Etats-Unis, en Autriche, en Italie, en Norvège ou en Nouvelle Zélande. De rencontres en découvertes, il a appris à mieux connaître ces chevaliers de « l’inutile », discerné leurs motivations, apprécié leurs convictions, partagé leurs préoccupations. Et constaté, au bout du compte, que tous ces apôtres du risque calculé, tous ces missionnaires de l’enthousiasme partagé parlaient d’une même voix. Celle de l’humilité et de l’authenticité que les amateurs de surenchères qui leur ont emboîté le pas gagneraient sûrement à écouter davantage.


Parlons sport

Panama (Ed du...) - 2007

B. H. : " Je souhaiterais bavarder de sport avec vous... " Woody Allen, décontenancé : " De sport ? " Un temps d’arrêt, trois pas en direction de la fenêtre puis un regard périphérique comme pour se prémunir d’éventuelles oreilles indiscrètes : " Mais vous êtes une bénédiction ! Un cadeau tombé du ciel ! Dieu soit loué ! Installez-vous, mettez-vous à l’aise, prenez votre temps... "


Plumes et crampons : Football et littérature

La Table Ronde - 2006

Depuis 1998, Football et Littérature semblent s’être réconciliés. La victoire de l’équipe tricolore " black, blanc, beur " a, en quelque sorte, légitimé auprès des et récurrente activité de beaux manchot. De Homère à Pierre Desproges, de Jean Giraudoux à Frédéric Dard, de Pier Paolo Pasolini à Anthony Burgess, en passant par Vladimir Nabokov, Antoine Blondin, Umberto Eco, sans oublier Albert Camus, Jean-Paul Sartre, Marguerite Duras, Georges Haldas, Gunther Grass, tous ces monuments se proposent de rapprocher Plumes et crampons sur le terrain de la pure émotion et du style à panache. Fragments de romans, de pièces de théâtre, d’essais ou de poèmes font ici la part belle aux experts et aux passionnés, sans oublier les dilettantes, les transis de l’amour foot, les iconoclastes, les décalés, et la belle majorité des rêveurs d’enfance.


L’aventure guidait leurs pas

Grasset - 2006

Benoît Heimermann a réalisé plusieurs documentaires de télévision et écrit de nombreux livres, dont la biographie d’Eric Tabarly chez Grasset (2002), qui a obtenu le Grand Prix de la littérature sportive. Ils ont pris les dimensions de la terre. Escaladé les plus hautes montagnes, convergé vers les pôles, visité les abysses, traversé les océans, volé au-delà des nuages. Ils ont aussi écrit quelques unes des plus belles pages de l’aventure moderne. Heinrich Harrer, Thor Heyerdahl, Chuck Yeager, Alain Bombard, Edmund Hillary, Jacques Piccard, Walter Bonatti, Buzz Aldrin, Reinhold Messner, Peter Blake, Borge Ousland, Bertrand Piccard, Steve Fossett ne se sont pas contenté d’accumuler les exploits et les performances, ils ont surtout été dignes dans leurs démarches et généreux dans leurs accomplissements. Pendant une demi-douzaine d’années, Benoît Heimermann, grand reporter à L’Equipe Mazgazine, est allé au devant de ces pionniers, aux Etats-Unis, en Autriche, en Italie, en Norvège ou en Nouvelle Zélande. De rencontres en découvertes, il a appris à mieux connaître ces chevaliers de " l’inutile ", discerné leurs motivations, apprécié leurs convictions, partagé leurs préoccupations. Et constaté, au bout du compte, que tous ces apôtres du risque calculé, tous ces missionnaires de l’enthousiasme partagé parlaient d’une même voix. Celle de l’humilité et de l’authenticité que les amateurs de surenchères qui leur ont emboîté le pas gagneraient sûrement à écouter davantage.


L’Everest

Editions Guérin - 2005

C’est sur le papier que Sir George Everest, le géographe, a pointé le toit du monde. Il l’a calculé, ne l’a jamais vu, mais il a donné aux Britanniques, la folle envie de le gravir. Après une douzaine de tentatives, souvent mortelles, c’est Edmund Hillary, l’apiculteur néo-zélandais qui gagne enfin le sommet avec son compagnon de cordée, Tenzing. Mais le plus inconcevable, à l’époque, c’est que le bon Hillary a fait de son Sherpa, son alter ego. Voilà plus de cinquante ans que cela dure : " La montagne tellement haute qu’aucun oiseau ne peut voler dessus ", inspire le dépassement de soi comme les épopées les plus scabreuses...


Foot, les 100 photos

Le Chêne - EPA Editions - 2004

Peuplé d’actions spectaculaires, de joueurs légendaires, d’équipes de rêve, de supporters déchainés, de victoires inespérées, d’échecs cuisants et de stades mythiques, le football est un sport riche en images inoubliables. Voici les 100 plus marquantes, les 100 « icônes » qui sont restées dans les mémoires des afficionados, commentées par les meilleurs spécialistes - dont les joueurs eux-mêmes -, et réunies ici pour célébrer une discipline faite de personnalités, beaux gestes et coups d’éclats. Voici Ronaldinho et Papin détaillant la « bicyclette » de Pelé ; Bernard Pivot maudissant les poteaux carrés du match Saint-Étienne-Bayern ; Battiston évoquant l’agression de Schumacher ; Anthony Burgess disséquant la tragédie du Heysel ; Maradona défendant lui-même sa « mano de Dios » ; Trézéguet racontant son but en or ; Drucker célébrant le style de Zidane ; Aimé Jacquet analysant la fête sur les Champs-Élysées, au soir du 13 juillet 1998. Voici des footballeurs (Ginola, Raï, Kopa, Rocheteau, Best, Barbosa, Pelé, Cruijff, Boli, Dugarry, Cissé, Deschamps, Thuram et bien d’autres), des entraîneurs, des arbitres, des journalistes, des écrivains, des sociologues et des historiens du sport évoquant ensemble, chacun à leur tour, chacun à leur manière, ces moments forts, insupportables ou magnifiques qui font toute l’âme du football.


Prisonnier de l’Annapurna

Editions Guérin - 2003

Écrit avec Benoît Heimermann, ce livre fait pénétrer le lecteur dans l’aventure insensée qu’est l’alpinisme en Himalaya. Une seconde pour voir disparaître son compagnon de cordée quand un rappel s’arrache et précipite Pierre Béghin dans la face sud de l’Annapurna. Cinq jours pour désescalader sans matériel cette paroi, ce qui constitue l’une des plus étonnantes histoires de survie de l’alpinisme. Mais le pire est à venir, dans le regard des autres au retour, dans la culpabilité puis dans la dépression. Dix ans pour pouvoir en parler : le temps qu’il lui faudra pour remonter sur ce sommet et sortir, par le courage, d’un drame personnel. Prisonnier de l’Annapurna est le roman vrai d’un homme qui a su prendre sa revanche sur le destin. Que signifie s’engager en solitaire dans des voies techniques qui sortent à plus de huit mille mètres ? Comment profiter des progrès de la météo ? Que sait-on sur les réactions de l’organisme à très haute altitude ? Pourquoi la course au quatorze plus hauts sommets du monde paraît-elle à la fois banale et fascinante ? Et la vie de famille dans tout ça ? Sans fausse pudeur, Jean-Christophe Lafaille aborde toutes les questions (y compris les questions d’argent) que soulève une carrière dans le secteur le plus en pointe et le plus mystérieux de l’alpinisme moderne. « L’histoire est fabuleuse. C’est un livre court qu’on lit d’une traite et dont on se dit qu’il s’arrête trop vite. Ce n’est pas un roman mais bien un récit vrai, bien écrit, très émouvant (…) C’est un grand livre. » Vertical


Tabarly

Grasset - 2002

Grand reporter à l’Equipe Magazine depuis douze ans. Il est l’auteur, entre autres, de Les combats de Muhamad Ali (Prix Mumm) et Un siècle de sport (Calmann-Lévy). Le Livre : Juillet 1998. Un coup de gîte au large de l’Irlande précipite Eric Tabarly dans une eau à 11 degrés, par une nuit noire, alors que l’affolement règne à bord. Le navigateur - qui figure de son vivant dans la mythologie de la voile - fut la victime de ce qu’il aura le plus adoré : la mer. « Eric a été jeté à l’eau par son merveilleux gréement comme on peut être mordu par son propre chien » résume Bertrand Poirot-Delpech. Des funérailles nationales sont organisées où l’homme de 67 ans est veillé par tout ce qui compte du monde de la voile, de la politique, des média. Un mort au-dessus de tout soupçon ? Un succès sans mystères au terme duquel la mer prend l’homme ? La biographie de Benoît Heimerman, après laquelle il sera difficile de débusquer de nouveaux éléments tant il a croisé la route de centaines de témoins (de Kersauson au moindre skipper), reconstitué le calendrier d’une vie, numéroté les échecs et les miracles, veut nous apprendre qui se cache sous le silence granitique de Tabarly. Sait-on que le baroudeur aux larges épaules fut le fils élevé au martinet d’une bourgeoisie aisée dont il gardera toujours une fermeté de principe ? Sait-on que l’élève-officier de marine fut l’éternel protégé d’un corps d’origine qui lui accorda subsides et faveurs ? Que le vainqueur à 33 ans d’une Transat en solitaire, auréolé d’une gloire française, connut bien des échecs, des traîtrises, des frères ennemis ? Que l’inventeur d’un Pen Duick mondialement connu s’employa à sauver le moindre franc ? Que ce monomaniaque de la mer fût un piètre financier, un indifférent en politique, un célibataire rêveur qui se maria sur le tard ? Que le père d’une génération de marins accordait avec réticence son temps, et plus encore, sa confiance ? A l’heure où le spectacle du sport rime avec finances et flirte avec les media, l’auteur ressuscite ici une figure pure, héroïque, amoureuse du sport. Mais sans rien oublier de la part d’ombre que même un Tabarly portait en lui.


L’Equipe, un siècle de sport

L’Equipe - 2000

Voilà un livre fantastique que tout le monde appréciera à sa juste valeur. Ils sont 100. Ils se sont réunis pour un immense hommage au sport. Toutes disciplines confondues, tous pays confondus, chacun est présenté à travers ses performances. Les portraits sont accompagnés des biographies sportives des champions et retracent l’essentiel de l’histoire et de la carrière de chacun d’entre eux. Anecdotes, humeurs, victoires, ces instantanés de sport sont toujours replacés dans leur contexte historique et géographique. Le coffret Un Siècle de sport comprend deux ouvrages : d’un côté les champions qui ont écrit l’histoire du siècle, et de l’autre un formidable cadeau de l’éditeur : cent photos, tantôt noir et blanc, tantôt couleur, rangées dans une pochette au titre évocateur : 100 photos pour un siècle de sport. On redécouvre avec un plaisir non dissimulé Nadia Comaneci, Emil Zatopek, Michel Platini, bref des champions de tous horizons... À la fin, une carte du monde retrace les origines des sportifs et les auteurs tirent leur révérence à tous ceux qui auraient pu figurer dans ce merveilleux ouvrage à la cent unième place... Un livre à ne pas manquer ! —Géraldine Adam


L’aéropostale : la fabuleuse épopée de Mermoz, Saint-Exupéry, Guillaumet

Arthaud - 1999

L’Aéropostale La fabuleuse épopée de Mermoz, Saint-Exupéry, Guillaumet... Aviateurs ou poètes, les acteurs de la Ligne et de l’Aéropostale sont devenus des modèles presque malgré eux. Parce qu’ils ont vécu, entre ciel et terre, la plus folle des aventures, parce qu’ils ont triomphé des déserts africains, de l’Atlantique sud et des Andes, et parce qu’ils ont élevé leur sacerdoce jusqu’au sacrifice, Mermoz, Guillaumet, Saint-Exupéry et tant d’autres demeurent aujourd’hui encore de parfaits exemples de courage et de volonté. L’aventure est belle et édifiante. Parce qu’elle relève tout à la fois de l’épopée mécanique et de la conquête technologique, parce qu’elle exigea de ses principaux acteurs mille et un sacrifices et des audaces sans cesse recommencées, parce qu’elle est, d’abord, la plus belle histoire d’hommes que l’on puisse rêver, l’Aéropostale n’en finit pas de perpétuer sa légende. Entre 1918 et 1936, l’aventure aérienne qui fit de Toulouse la banlieue de Santiago du Chili (ou l’inverse) a marqué les esprits au-delà de l’imaginable. Par-delà le désert saharien, l’Atlantique sud et le massif des Andes, Pierre-Georges Latécoère et Marcel Bouilloux-Lafont, initiateurs et pères du projet, Jean Mermoz, Antoine de Saint-Exupéry, Henri Guillaumet, Paul Vachet, Marcel Reine et cent autres héros et interprètes du drame, ont élevé si haut l’idée que l’on peut se faire du courage et de l’obstination, de la générosité et de l’amitié que leur message conserve, aujourd’hui, toute sa force.


L’ABCdaire de la voile

Flammarion - 1999

Football et Littérature : Une anthologie de plumes et de crampons

Stock - 1998

Non, tous les intellectuels ne boudent pas le sport, tous les écrivains ne se désintéressent pas du football. On ne compte plus les passerelles qu’ont suggérées ces mondes en apparence antagonistes. L’histoire littéraire mondiale fourmille d’exemples révélateurs que cette anthologie s’est efforcée de rassembler et de commenter. Extraits de romans ou de pièces de théâtre, d’essais ou de poèmes composent ce florilège hétéroclite qui fait la part belle aux auteurs passionnés, mais qui n’exclut ni les dilettantes, ni les femmes, ni bien sûr, les esprits critiques.


Les combats de Muhammad Ali

Le Castor Astral - 1998

"Amis champions en herbe ou en rêve, Pierre de Coubertin avait coutume de dire que les « athlètes ont besoin d’un excès de liberté » et nul mieux que Cassius Clay ne le démontra lors de la seule olympiade à laquelle il participa, à Rome, en 1960. Le jeune homme de dix-huit ans n’avait alors qu’une seule peur dans la vie : voyager en avion. S’il n’avait pu surmonter sa phobie, sans doute ...


Les routes du ciel

Gallimard - 1995

Un petit siècle sépare le cerf-volant des frères Wright des engins supersoniques qui sillonnent aujourd’hui le ciel. Cent ans pour passer de zéro à l’infini... au gré des inventions les plus folles et à la faveur d’un formidable âge d’or, 1909-1939, qui, de Louis Blériot à Howard Hughes, de la Manche au premier tour du monde, a permis à l’aviation de franchir les océans et de tracer les routes du ciel. Védrines, Garros, Costes et Bellonte, Lindbergh, Mermoz et Saint-Exupéry, le temps d’une génération seulement, ont permis à l’aviation de devenir adulte. Benoît Heimermann retrace ces « trente glorieuses » au cours desquelles les pilotes ont inventé un monde où l’esprit de conquête était la seule raison d’être.


Titaÿna : 1897-1966

Flammarion - 1994

Charcot, le gentleman des pôles

Ouest-France Editions / Edilarge - 1991

Les gladiateurs du nouveau monde : histoire des sports aux Etats-Unis

Gallimard - 1990

Depuis les jeux des Indiens jusqu’au base-ball et au football, en passant par le basket, la boxe, le golf ou le tennis, les sports américains cultivent leurs particularismes avec complaisance mais aussi avec passion. Harnachés comme des gladiateurs, les sportifs du Nouveau Monde ont toujours fait preuve d’un net penchant pour l’exploit, le spectacle... et l’argent ! C’est pour cela qu’ils nous fascinent.


Suez et Panama : la fabuleuse épopée de Ferdinand Lesseps

Arthaud - 1980

A travers obstacles politiques, scandales financiers et passions scientifiques, la réalisation des rêves de progrès d’un visionnaire.

Débat : Sport, miroir du monde

Débat : Sport, miroir du monde

Avec Pascal Blanchard, Marc Cheb Sun et Benoît Heimermann. - Saint-Malo 2015
Avec Pascal Blanchard, Benoît Heimermann et Marc Cheb Sun

Avec Pascal Blanchard, Marc Cheb Sun et Benoît Heimermann. Rencontre animée par Eduardo Castillo


Besoin de Héros ?

Avec Cécile Coulon et Benoît Heimermann. - Saint-Malo 2015

Avec Cécile Coulon et Benoît Heimermann. Rencontre animée par Eduardo Castillo


Voyages au bout du froid

Avec Isabelle Autissier, Charlie Buffet et Benoît Heimermann. Rencontre animée par Gérarldine Delauney - Saint-Malo 2015

Avec Isabelle Autissier, Charlie Buffet et Benoît Heimermann. Rencontre animée par Gérarldine Delauney


Du sport et du pouvoir

Saint-Malo 2014

Avec : Lola Lafon, Benoît Heimermann, Bernard Chambaz
Animé par : Emmanuelle Dancourt


Fous de foot

Saint-Malo 2014

Avec : Jean-Paul Delfino, Benoît Heimermann, Luiz Ruffato
Animé par : Hubert Arthus


Sport et littérature : des histoires d’amours

Avec Benoît HEIMERMANN, Bernard CHAMBAZ, Frédéric ROUX, Vassilis ALEXAKIS, Maylis DE KERANGAL, Adrien BOSC - Saint-Malo 2013

Avec Benoît HEIMERMANN, Bernard CHAMBAZ, Frédéric ROUX, Vassilis ALEXAKIS, Maylis DE KERANGAL, Adrien BOSC. Animé par Hubert ARTUS