Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

AUTISSIER Isabelle

France

Passer par le nord, la nouvelle route maritime (Paulsen, 2016)

Première femme à faire le tour du monde à la voile en solitaire, elle est aussi une remarquable écrivain. Amoureuse de la mer, elle utilise l’écriture pour sensibiliser le grand public à la richesse de l’environnement marin. Son livre, Kerguelen, le voyage du pays de l’ombre lui vaut le prix Gens de Mer en 2006. Avec Passer par le nord, elle revient narrer les aventures de ceux qui ont ouvert ce passage au cours des siècles, explique les enjeux géopolitiques, économiques et écologiques de cette partie du monde et nous rappellent que notre avenir se joue aussi au pôle Nord.

Ses premiers contacts avec la navigation, Isabelle Autissier les fait à 6 ans sur les côtes bretonnes, en compagnie de ses parents. Plus tard, après un diplôme d’ingénieur agronome, elle rejoint le port de La Rochelle pour y enseigner à l’école Maritime et aquacole. C’est à ce moment que s’accentue son goût pour la navigation et qu’elle construit son premier bateau, "Paroles" pour une première traversée de l’Atlantique en solitaire en 1987.

Connue pour être la première femme à réaliser un tour du monde en course, elle participera à des expériences telles que le Vendée Globe en 1996, ainsi que Around Alone en 1999 mais les dangers qu’elle rencontra lors de cette dernière course en solitaire la firent abandonner la compétition.

Amoureuse de la mer, elle s’efforce depuis de nombreuses années de sensibiliser le grand public à la richesse de l’environnement marin, grâce à sa nouvelle activité d’écrivain, mais aussi à son investissement dans des expériences telles que l’association École de la mer. Au long de sa carrière vont peu à peu s’entrecroiser cette passion pour la mer avec la découverte de l’écriture.

En 1994, elle fait escale au large de Kerguelen, et part sur les traces de Yves Joseph Marie de Kerguelen de Trémarec (1734-1797). Elle raconte les aventures de ce périple maritime dans son livre Kerguelen, le voyage du pays de l’ombre (A vue d’œil, 2007). Cette expérience lui a valu l’obtention du prix Gens de Mer - Hurtigruten 2006. La même année, elle part à nouveau pour un voyage de deux mois en Antarctique, en compagnie d’Erik Orsenna, conseiller d’état et ancien conseiller culturel de François Mitterand, connu aussi pour son profil d’écrivain voyageur. De cette mission scientifique et artistique depuis Ushuaia en Argentine vers la Péninsule Antarctique naît le livre Salut au grand Sud (LGF, 2007), un journal aux regards croisés sur le plaisir de la découverte de territoires sauvages.

Aujourd’hui Isabelle Autissier vit à La Rochelle et anime également une chronique, le dimanche matin sur France inter, "Carnet de bord", occasion de récits, de portraits pour des passionnés de la mer. En 2008, aux éditions Grasset, elle publie un nouveau livre consacré à son aventure en Géorgie du Sud avec Lionel Daudet, Versant océan, l’île du bout du monde. Une fois encore, l’union de deux passions, l’alpinisme et la navigation donne naissance à une expérience hors du commun et à une réflexion sur le respect et la protection d’espaces encore vierges et isolés de l’influence humaine.

En 2009, elle publie Seule la mer s’en souviendra, s’inspirant de son expérience de navigatrice en solitaire autant que d’un célèbre fait divers. Isabelle Autissier raconte avec fascination l’affrontement entre un homme et l’océan, entre la raison et la folie. Avec L’Amant de Patagonie, elle nous entraîne sur les traces d’une jeune écossaise envoyée en Patagonie à la découverte de la beauté sauvage du détroit du Beagle. Sa vie bascule à la rencontre d’un jeune autochtone... Une histoire passionnante sur fond d’anthropologie naissante, de colonisation des terres par les Blancs et d’affrontements entre tribus.
En 2013, avec La Terre pour horizon, Entretien avec Isabelle Autissier et Chroniques au long cours, l’auteure revient sur son parcours de navigatrice, ses courses, ses voyages et par-dessus tout son amour de la mer.

Isabelle Autissier confirme son talent de romancière en relatant dans Soudain, seuls l’histoire d’un couple qui échoue sur une île, des Robinson Crusoe contemporains. Par un rythme soutenu, l’intrigue frappe par son réalisme. Ce récit nous emmène d’abord à l’autre bout de la planète, dans une nature hostile, puis nous ramène en France, où le monde des hommes n’est pas moins violent.

Après leur voyage dans le Grand Sud, en 2006, Isabelle Autissier et Erik Orsenna ont exploré le Grand Nord. Ils retracent dans Passer par le nord, publié cette année, les aventures de ceux qui ont ouvert ce passage au cours des siècles, ils expliquent les enjeux géopolitiques, économiques et écologiques de cette partie du monde et nous rappellent que notre avenir se joue aussi au pôle Nord.


Bibliographie :

  • Passer par le nord, la nouvelle route maritime (Paulsen, 2016)
  • Soudain, seuls ( Stock, 2015)
  • Chroniques au long cours (Arthaud, 2013)
  • La Terre pour horizon, Entretien avec Isabelle Autissier (Presses d’Île-de-France, 2013)
  • L’Amant de Patagonie (Grasset, 2012)
  • Seule la mer s’en souviendra (Grasset, 2009) Prix Amerigo Vespucci remis lors du 20e Festival international de géographie
  • Versant océan, l’île du bout du monde (Grasset, 2008 - avec Lionel Daudet)
  • Salut au grand Sud (Stock, juillet 2006 - avec Erik Orsenna)
  • Kerguelen, le voyage du pays de l’ombre (Grasset, 2006)
  • Seuls autour du monde (Ouest-France, 2000 - avec Benoît Heimermann)
  • Une solitaire autour du monde (Arthaud, 1998 – avec Eric Coquerel)
Passer par le nord

Passer par le nord

Gallimard Folio - 2016

Après leur voyage dans le Grand Sud, en 2006, Isabelle Autissier et Erik Orsenna ont exploré le Grand Nord, cette région du monde où, dans un contexte de réchauffement climatique, les richesses naturelles, les routes commerciales et les gigantesques ports en construction aiguisent les appétits, tandis que la faune en est la première victime.
À trois reprises, ils sont partis dans ces froides contrées.

Ils ont suivi la route maritime du Nord, qui permet de relier l’Atlantique au Pacifique en longeant les côtes de la Sibérie, et qui est aujourd’hui le plus court chemin navigable entre l’Europe et l’Asie. Un passage forcément très convoité…
Ils retracent ici les aventures de ceux qui ont ouvert ce passage au cours des siècles, ils expliquent les enjeux géopolitiques, économiques et écologiques de cette partie du monde et nous rappellent que notre avenir se joue aussi au pôle Nord.


Revue de presse

« Un récit édifiant, instructif, passionnant, bref un indispensable. » RTL

Pourquoi pas l'Antarctique

Pourquoi pas l’Antarctique

(Joël Calmettes, Chiloé Productions, France 5, Planète Thalassa, 2006, 52’) -
Eric Orsenna et Isabelle Autissier en mer de Weddell
© J. Calmettes

Sept semaines en voilier avec Isabelle Autissier et Erik Orsenna à la découverte de l’antarctique...

Projection précédée d’un débat avec Erik Orsenna, Isabelle Autissier et Joël Calmettes (10h30)

Soudain, seuls

Stock - 2015

Louise est une alpiniste chevronnée, Ludovic est un jeune homme baraqué. Ils n’ont pas froid aux yeux, ils lâchent leur appartement parisien pour tenter l’aventure : traverser le monde sur leur bateau Jason, tous les deux. L’île qu’ils ont accostée au sud des Cinquantièmes hurlants les saisit par sa beauté sauvage : pics enneigés, cratères glacés, lac sec. Il y a juste un petit nuage noir qui apparaît au loin…
La tempête arrive, la tempête dévaste tout, leur bateau disparaît. Ils se retrouvent, soudain, seuls.
Pour compagnie, ils peuvent compter sur des manchots, des otaries, des éléphants de mer, des rats. Et sur une station baleinière, abandonnée depuis des décennies.
L’aventure amoureuse vire au cauchemar. Comment survivre dans une nature si étrange et étrangère ? Pour combien de temps ? Comment lutter contre la faim et l’épuisement ?
Et si on survit, comment revenir chez les hommes ? Comment raconter l’inénarrable ?


Chroniques au long cours

Arthaud - 2013


Chroniques au long cours Navigatrice d’exception, première femme à avoir bouclé un tour du monde en solitaire, Isabelle Autissier a sillonné les mers du monde et passé des milliers d’heures à scruter les flots, les icebergs et les constellations de tous les cieux. Cette amoureuse de la mer et de la nature sauvage a publié plusieurs ouvrages dont Kerguelen, Salut au grand Sud avec Erik Orsenna, Seule la mer s’en souviendra et L’Amant de Patagonie. Ces Chroniques au long cours, rédigées pour la revue Bateaux, nous entrainent dans le sillage poétique de cette femme d’exception. Ces textes aux saveurs de grand large et d’horizons lointains sont les cadeaux d’une passeuse de mots, revenue sur terre avec « un peu de ces embruns, de ces douceurs ou colères océaniques, de ces territoires que l’on n’aborde que par la mer ».


La Terre pour horizon, Entretien avec Isabelle Autissier

Presses Idf - 2013

Lire Isabelle Autissier, c’est respirer une grande bouffée d’air marin. Son goût de la liberté, sa curiosité vivifiante, sa volonté de ne pas se laisser arrêter par les peurs, invitent à partir au large. Mais cette liberté n’est pas la liberté égoïste du chacun pour soi. Elle s’appuie sur les règles de la mer et sur celles de la communauté humaine qui partage une même terre. Pour avoir parcouru maintes fois la planète, Isabelle Autissier en connaît les beautés et les limites, les richesses et les atteintes. Des peuples rencontrés, elle a appris le respect de l autre dans sa différence. Dans cet entretien, Isabelle Autissier livre ce qui fonde ses engagements, rappelle que rien n’est écrit à l’avance et que, dans une société complexe, il est grand temps d’éduquer les jeunes à s’engager et avoir foi en l’avenir. Parce qu’Isabelle Autissier est une femme de conviction, elle est un témoin stimulant pour nous tous, citoyens du monde, désireux d habiter autrement la planète.


L’Amant de Patagonie

Grasset - 2012

1880, Ouchouaya, Patagonie. Orpheline farouche, Emily l’écossaise a 16 ans, de longs cheveux bouclés, les yeux verts. En cette période d’évangélisation du Nouveau Monde, Emily est envoyée en Patagonie en tant que « gouvernante » des enfants du Révérend. Quelle étrangeté soudaine ! Elle qui ne sait rien de la vie découvre à la fois la beauté sauvage du détroit de Beagle, l’alliance des gris, bleus, verts et blancs, les saisons de froid intense et de soleil lumineux, toute l’âpre splendeur des peuples de l’eau et des peuples de la forêt, les baleines et les orques, au bout du Monde. La si jolie jeune fille, encore innocente, découvre aussi le corps d’Anaki, autochtone Yamara, dont elle tombe amoureuse. Alors, sa vie trop sage bascule. Réprouvée, en marge des codes et des lois de la civilisation blanche, Emily fugue, rejoint Anaki et croit vivre une passion de femme libre. Jusqu’au drame. Peut-on faire table rase de ses origines ? Doit-on s’oublier pour renaître dans la peau d’une autre ? Une magicienne ou une étrangère ? Sur fond d’anthropologie naissante, de colonisation des terres patagonnes par les blancs, d’affrontements sanglants entre les tribus Yamara et Alakaluffs, de croyances scandées, le roman d’Isabelle Autissier puise à la fois aux sources du réel et de la fiction : qui connaît mieux que la navigatrice les mers du Grand Sud et leurs histoires ? Mais il fallait le talent de l’écrivain pour incarner ces Roméo et Juliette des terres australes, Emily et Anaki…


Aventuriers du monde : Les grands explorateurs français sous l’oeil des premiers photographes (1866-1914)

L’Iconoclaste - 2012

Ils s’appelaient Brazza, Charcot, Pavie... Une poignée d’aventuriers rêveurs, réfractaires, têtes brûlées parfois, que la France lança à la conquête du monde. Vingt-cinq expéditions de légende racontées par de grands écrivains, sous la direction de Pierre Fournié. Du Cap Horn aux plaines de Mongolie, du désert de Tombouctou au Tibet interdit, à pied ou en bateau, le long du Niger ou du Mékong. Chaque expédition a été reconstituée pas à pas avec les documents originaux de l’époque ? : le lecteur revit ces folles épopées comme s’il y était, avec les photographies, les cartes, les manuscrits et les objets qu’ont eu en main les explorateurs. Sur les traces d’Arthur Rimbaud (1880-1890). Pour la première fois sont reconstituées les expéditions de Rimbaud dans la Corne de l’Afrique, avec ses lettres originales et les photographies inédites de Jules Borelli et Edouard Bidault de Glatigné qui l’accompagnaient ? : au jour le jour, la vie méconnue du poète, à la découverte de l’Ethiopie, entre trafiquants d’armes et rivalités coloniales. Archiver la planète. Les "opérateurs" d’Albert Kahn (1912-1914) . Les rares photos couleur du monde avant la première guerre mondiale ? : un reportage saisissant mené par les envoyés d’Albert Khan. Des visages et des paysages comme on n’en reverra jamais plus, avec la subtilité de l’autochrome, depuis les Balkans jusqu’au Tonkin, en passant par l’Anatolie.


Versant Océan. L’île du bout du Monde

Grasset - 2008

Elle est marin, il est alpiniste. Ensemble, ils ont imaginé une aventure inédite. Mi-maritime, mi-montagnarde. Parce que les différences gagnent toujours à être additionnées. Isabelle Autissier et Lionel Daudet sont partis en Géorgie du Sud, aux marges de l’Antarctique, à 2 000 kilomètres à l’est d’Ushuaia, sans esprit de conquête mais avec cœur. Par-delà une mer sauvage à l’envi, au gré d’une île isolée à l’extrême. Soutenus par deux autres marins et deux autres alpinistes, ils ne se sont pas contentés d’explorer un sanctuaire d’exception, peuplé de millions de manchots et d’otaries, ils ont aussi arpenté ses territoires méconnus et gravi ses sommets. Chemin faisant, ils ont réfléchi à la santé de nos océans, au futur de notre planète, au devenir de l’esprit d’aventure.


Seule la mer s’en souviendra

Grasset - 2008

En 1969, Peter March, un père de famille, bon marin et amateur de défis, se lance dans l’aventure : participer à sa première course en solitaire, autour du monde et sans escale. Pas seulement pour y inscrire le nom de Sailahead, le trimaran révolutionnaire que cet électronicien fantasque a construit de ses mains. Mais pour la gloire. Pour s’inventer un destin. De déceptions en accidents, seul face à la mer, Peter March fabrique le plus fascinant des mensonges commis sur un voilier : il invente sa position. S’inspirant de son expérience de navigatrice en solitaire autant que d’un célèbre fait divers, Isabelle Autissier raconte l’affrontement fascinant entre un homme et l’océan, entre la raison et la folie.


Salut au grand sud

Grasset - 2007

Antarctique. La terre la plus australe et la plus mystérieuse, grande comme vingt-six fois la France. Antarctique. Un continent longtemps protégé de la curiosité des hommes par la brume, les tempêtes, les courants et les glaces. Antarctique. Grand repaire du froid, essentiel à notre climat. Mémoire des temps les plus anciens. Point de vue irremplaçable pour tous les scientifiques. Antarctique. [...] Le 8 janvier 2006, sur le fier voilier Ada, nous avons d’Ushuaia levé l’ancre. Cap au 180. Deux mois plus tard, nous sommes revenus. Nous allons tout vous raconter.


Kerguélen

Grasset - 2006

Agé seulement de 38 ans, le chevalier Yves Joseph Marie de Kerguelen de Trémarec (1734-1797) fut désigné par le roi de France, Louis XV, pour aller découvrir la Terra Australis, la face encore cachée du monde, continent qui, d’après les théories en vogue à l’époque, devait équilibrer la masse des terres émergées de l’hémisphère nord. L’expédition qui part de l’île de France le 16 janvier 1772, est composée de la flûte La Fortune, commandée par Kerguelen, et du Gros Ventre, commandé par Saint-Allouarn. Le 14 février 1772, apparaît au loin « un petit pâté d’un brun violacé sur l’horizon » qu’ils ne peuvent explorer à cause d’une violente tempête. Convaincu qu’il s’agit de « la masse centrale du continent antarctique » dont il fera imprudemment une description idyllique, Kerguelen obtient le commandement d’une mission aux moyens sans précédents. L’expédition tourne mal : à bord, l’accusation d’inconduite, Kerguelen ayant embarqué avec lui sa très jeune maîtresse Louison, le scorbut, les tempêtes de glace, la putréfaction des hommes et des marchandises, mènent le navire au bord de la mutinerie. A terre, ce sont les intrigues et les jalousies qui auront grâce du trop rêveur breton. Ce découvreur sera traduit en conseil de guerre, puis condamné à vingt ans de forteresse. Avec Isabelle Autissier, nous rêvons de ce que fut ce temps où les cartographes inventaient le monde. Exceptionnel, ce récit tresse avec virtuosité, histoire maritime, biographie et romanesque. L’expérience d’Isabelle Autissier, qui a navigué sur les traces de l’explorateur en décembre 1994, confère à Kerguelen une force rare : « La mer est une émotion, mais c’est aussi une connaissance sans laquelle il n’y a pas de navigation possible. Découvrir les lois qui régissent cette nature, c’est aussi apprendre à l’apprécier et y construire sa liberté. »


Seuls autour du monde

Ouest-France Editions / Edilarge - 2000

Les spécialistes les appellent les CIRCUMNAVIGATEURS solitaires. Une manière un rien académique pour désigner des hommes et des femmes qui ont simplement pris le parti d’aller voir de l’autre côté de l’horizon si leurs désirs immédiats étaient à la hauteur de leurs rêves de jeunesse. Qu’ils soient aventuriers ou explorateurs, écrivains ou philosophes, épicuriens ou sportifs, les navigateurs de l’extrême ne sont SEULS AUTOUR DU MONDE qu’en apparence. A tout instant les éléments - les routes les plus improbables et les tempêtes les plus imprévisibles - les invitent à adhérer au parti de la modestie. Leurs mérites n’en sont que plus grands et leur message d’autant plus séduisant. Dans le sillage de Slocum, Chichester, Moitessier, Kersauson, Gautier on Auguin, le commun des mortels comprend que la frontière de l’impossible n’est pas totalement fermée. Il apprend aussi que l’avenir appartient en priorité aux forts et aux passionnés. Parue une première fois en 1990, la présente version de SEULS AUTOUR DU MONDE a totalement été révisée et revisitée. Elle a, en outre, été agrémentée de quatre nouveaux chapitres.


Une solitaire autour du monde

Arthaud - 1998

" Peut-être y en aura-t-il d’autres des Horn, des beaux, des colériques, des tendres. Le premier Horn, pourtant, seul est le bon, qui donne le droit de porter l’anneau d’or et de cracher au vent. Il est le signe qu’un jour on a tutoyé son rêve, que l’on a pu, que l’on a su venir ici, dans ce bout du monde où se rejoignent l’imaginaire et la réalité. Passer le Horn n’est pas seulement doubler un cap, pas uniquement en finir avec les peurs du Sud ; ce n’est pas toujours un plaisir, mais pas forcément une agonie. Passer le Horn, c’est regarder la carte, monter sur le pont, regarder le caillou et sentir que quelque chose est arrivé. " Janvier 1997. Isabelle Autissier passe le Horn pour la troisième fois. Engagée dans le Vendée Globe, tour du monde à la voile, en solitaire, sans escale et sans assistance, elle vient de vivre des moments douloureux et inoubliables, ceux qui forgent l’âme d’une solitaire autour du monde. Cet ouvrage - dont le texte ci-dessus est tiré - est un récit à deux voix, celle d’Isabelle Autissier et celle d’Eric Coquerel. Ces voix se conjuguent entre émotions, souvenirs et réflexions sur ce Vendée Globe mais également sur les autres circumnavigations de l’auteur faisant surgir ainsi un tour du monde emblématique.

Prix Gens de Mer

Avec Loïc Josse, Vincent Denby Wilkes, François Bellec, Isabelle Autissier. - Saint-Malo 2015

Avec Loïc Josse, Vincent Denby Wilkes, François Bellec, Isabelle Autissier.


Voyages au bout du froid

Avec Isabelle Autissier, Charlie Buffet et Benoît Heimermann. Rencontre animée par Gérarldine Delauney - Saint-Malo 2015

Avec Isabelle Autissier, Charlie Buffet et Benoît Heimermann. Rencontre animée par Gérarldine Delauney


Rêveurs de confins

Saint-Malo 2014

Avec : Isabelle Autissier, Guillaume Staelens, Philippe Grenier
Animé par : Josiane Guéguen


Demain, îles englouties ?

Avec Isabelle Autissier, Serge Coatmeur et Jean-Louis Étienne - Saint-Malo 2012

Une rencontre entre Isabelle Autissier, Serge Coatmeur et Jean-Louis Étienne, animée par A / R Magazine.


Renaître dans la peau d’un autre

Avec Isabelle Autissier et François Garde - Saint-Malo 2012

Une rencontre entre Isabelle et François Garde animée par Josiane Gueguen


Coureurs d’océans, en quête de paradis

Avec Isabelle Autissier et de Jean-Michel Barrault - Saint-Malo 2012

Coureurs d’océans, en quête de paradis, une rencontre autour d’Isabelle Autissier et de Jean-Michel Barrault animée par Noëlle Breham.


Les empires du froid

Avec Isabelle Autissier, Jean-Luc Coatalem, Luis Sepulveda et Daniel Mordzinski - Saint-Malo 2012

Une rencontre avec Isabelle Autissier, Jean-Luc Coatalem, Luis Sepulveda et Daniel Mordzinski, animée par Josiane Guéguen


Rencontre avec Karel Prokop, réalisateur de "L’homme de la route du Rhum", et Isabelle Autissier

Saint-Malo 2011

Rencontre avec Karel PROKOP et Isabelle AUTISSIER animée par Margot Loizillon


Remise du prix Gens de Mer

Saint-Malo 2010
En présence des membres du jury, Claude VILLERS FICHES, François BELLEC, Isabelle AUTISSIER, Loïc JOSSE, Marc HERTU, Michel LE BRIS, Michèle POLAK, Vincent DENBY-WILKES et du lauréat Carsten JENSEN.

Pour saluer Tabarly

Saint-Malo 2009
Dimanche : 15h45 - Pour saluer Tabarly
Jean-Michel Barrault, Isabelle Autissier, Pierre Marcel. Animé par Josianne Guéguen

La mer demain

Saint-Malo 2009
Lundi : 13h45 - La mer demain
avec Isabelle Autissier, Vincent Demby Wilkes, Jérôme Bignon, Philippe Marchand, Hervé Moulinier et Eric Satin

Prix Gens de mer

Saint-Malo 2009
Dimanche : 11h45 - Prix gens de mer
avec Claude Villers, Isabelle Autissier, Michèle Polak, Loîc Josse, Marc Hertu, Vincent Demby-Wilkes, Charles Ploudreau, le Contre-Amiral François Bellec et Karsten Lund

Programme


Samedi

15h30
Signatures

18h00
Rencontre autour des prix Gens de Mer
Ecole Nationale Supérieure Maritime – Salle 2
 

Dimanche

15h00
France Inter : Le Grand Atelier de Vincent Josse
Rotonde Surcouf