Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

DE BRANCION Paul

France

L’Ogre du Vaterland (Bruno Doucey)

©Murielle Szac

Rédacteur en chef de la revue Sarrazine, il est l’auteur de plusieurs romans et receuils poétiques, dont un diptyque autour des figures de la mère et du père : Ma Mor est morte et L’Ogre du Vaterland (2017), dernier receuil en date.

Né en 1951, Paul de Brancion a longtemps enseigné la philologie romane et la littérature. Rédacteur en chef de la revue Sarrazine, il est l’auteur de plusieurs romans, dont Le château des étoiles : étrange histoire de Tycho Brahé (Phébus, 2005) et de recueils poétiques : Vent contraire (Dumerchez, 2003), Le Marcheur de l’oubli (LansKine, 2006) et Tu-rare (LansKine, 2008). Il partage son temps entre Paris et Nantes où il organise des rencontres consacrées à la littérature et à la poésie. Il a publié, aux Éditions Bruno Doucey, un diptyque autour des figures de la mère, avec Ma Mor est morte (2011) et du père, avec L’Ogre du Vaterland (2017).


Bibliographie

ROMANS

  • L’Enfant de Cederfeld (Albin Michel, 1991)
  • Le Lit d’Alexandre (A Contrario, 2004)
  • Le Château des Étoiles, étrange histoire de Tycho Brahé, astronome et grand seigneur (Phébus, 2005. Rééd. 2016)

POÉSIE

  • Vent contraire (Dumerchez, 2003)
  • Le Marcheur de l’oubli (Lanskine / Accademia di i vagabondi, 2006)
  • Tu-rare (Lanskine, 2008)
  • Alors… musique (Nu(e), 2008)
  • Temps mort (Lanskine, 2010)
  • Ma Mor est morte (Éditions Bruno Doucey, 2012)
  • Qui s’oppose à l’Angkar est un cadavre (Lanskine, 2013)
  • Concessions chinoises (Lanskine, 2016)
  • Rupture d’équilibre (La Passe du Vent, 2017)
  • Petit Fennec et autres lapins (LansKine, 2017)
En 2011, par urgence vitale de s'éloigner d'une...

En 2011, par urgence vitale de s’éloigner d’une...

2017

En 2011, par urgence vitale de s’éloigner d’une mère dévoratrice et de la langue maternelle, Paul de Brancion écrivait en trois langues Ma Mor est morte. Cinq ans plus tard, il revient à cette histoire familiale en s’attachant à la figure haute en couleur de son père. Comme le premier volet de ce diptyque parental, L’Ogre du Vaterland est un texte singulier, inclassable, souvent jubilatoire, où se mêlent deux niveaux de narration : d’un côté, « l’incroyable histoire de Léon Jacques S. », père effroyable dont l’écrivain brosse un portrait sans complaisance, révélant les secrets qui ont empoisonné son enfance ; de l’autre, le soubassement onirique, somme toute très ironique, des contes de Perrault, véritable chambre noire des révélations de l’auteur. Un livre sardonique et salutaire, qui égratigne violemment l’image de l’autocratie paternelle.


Revue de presse

  • Un peu de poésie (…) C’est un gamin blessé qui parle : pas assez aimé, bousculé dans un monde d’adultes à la fois brutaux et distants, plongé dans les sales affaires de famille. Mais le détour par le conte permet aussi de dégonfler la douleur et de dénoircir le récit. (Guillaume Lecaplain, Libération)
  • Depuis l’explosion dans nos sociétés narcissiques de la littérature du moi nous ne manquons pas d’ouvrages pour continuer d’instruire l’interminable procès des familles et retracer les combats plus ou moins insidieux que se livrent leurs membres. Il en est cependant peu à ma connaissance qui atteignent l’originale efficacité de ceux que le romancier et poète Paul de Brancion, a consacrés en 2011 à la mort de sa mère d’abord puis tout récemment, sous le titre de L’Ogre du Vaterland, à « l’incroyable histoire de Léon Jacques S. » son père. (Georges Guillain, Les Découvreurs)
  • Ce livre à l’écriture plaisamment bigarrée, qui conjugue émotion, drôlerie et véhémence est une vivifiante invitation à s’affranchir de la peur de tous les ogres paternels. (Jean-Luc Jaunet, Mobilis)
Petit Fennec et autres lapins

Petit Fennec et autres lapins

LansKine - 2017

Un lapin mâchouillant un pissenlit, un petit chevreuil zézayant, un poussin héroïque et sa maman poule, un petit fennec dans le désert blanc ou bien un chat transformiste ? Paul de Brancion crée un étrange bestiaire dans des poèmes de un, deux, trois, jusqu à six syllabes. Jeu de mots, jeu de sons, jeu de sens chaque texte s amuse à jouer une musique vive et rythmée, à inventer une langue vivante et moqueuse. Ces textes s adressent aux enfants dès l âge de trois ans mais peut aussi intéresser les plus grands car ce livre permet de comprendre, de manière ludique, certains des enjeux de la poésie contemporaine. Les aquarelles douces et pleine d humour de Diane Morel ajoutent une dimension onirique aux textes. De 3 ans à 99 ans, vous ne pourrez plus vous en passer...

Programme


Samedi

14h30
Les ogres
Salle Sainte Anne

16h00
Petit fennec et autres lapins
Salle Canada - Hôtel Chateaubriand

16h45
Signatures

18h00
Signatures
 

Dimanche

10h30
Signatures

15h30
Le cheval et moi
Ecole Nationale Supérieure Maritime – Salle 1

16h35
Signatures
 

Lundi

10h30
Signatures

15h00
Écrits de nature
Salle Sainte Anne

16h20
Signatures