Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

ROUILLÉ Nicolas

France

Timika (Anacharsis, 2018)

Écrivain et plasticien, Nicolas Rouillé tire de ses différents séjours à Timika, en Papouasie Nouvelle Guinée, la matière de son second roman. Tout à la fois thriller, western, récit ethnographique, ce roman politique explore cette Papouasie occidentale écrasée sous la botte militaire indonésienne ; un monde en proie à un saccage écologique et humanitaire sans précédent, si peu connu des média. Juste et percutant.

Écrivain et plasticien, Nicolas Rouillé prend la tangente après quelques années d’études scientifiques pour partir en voyage. Il trace sa route à travers les anciennes républiques soviétiques, le Pakistan et l’Inde avant de se poser deux ans en Indonésie. À son retour, il bifurque alors vers l’écriture.

Curieux des modes de vie alternatifs, il explore les réseaux associatifs à Toulouse et ailleurs et en tire son premier roman en 2013, Samovar, un récit à la fois brut, lucide et drôle d’un an de la vie d’un squat et de ses occupants.
Nicolas Rouillé tire de ses différents séjours à Timika, en Papouasie Nouvelle Guinée, la matière de son second roman aujourd’hui publié chez Anacharsis.
Tout à la fois thriller et récit documentaire, western, Timika, est fondé sur des événements authentiques. Outre son caractère dramatique, il ouvre à la connaissance de l’un des endroits les plus terribles de la planète, cette Papouasie occidentale dont la population autochtone est écrasée sous la botte militaire ; un monde en proie à un saccage écologique et humanitaire sans précédent, d’autant plus acharné qu’il demeure en dehors des projecteurs médiatiques.
En ce sens, Timika est aussi un roman politique sur une situation dont Nicolas Rouillé expose avec beaucoup de tact et beaucoup de fermeté l’immense complexité.


Bibliographie :

  • Timika (Anacharsis, 2018)
  • Le Samovar (Éditions Moisson Rouge, 2012)
Timika

Timika

Anacharsis - 2018

Sutrisno est l’un de ces humbles migrants qui espèrent faire fortune dans la province indonésienne de Papua, la Papousie occidentale. Riche de rêves et de maigres économies, il va tenter de s’établir comme restaurateur de coin de rue dans la ville portuaire de Timika.
Timika, qui a poussé comme un champignon ultramoderne sur la mangrove originelle, dans l’ombres des gigantesques mines à ciel ouvert d’or et de cuivre creusées dans les montagnes de l’arrière-pays sous l’égide de Freeport, multinationale spécialisée dans l’extraction de minerai à grande échelle.
Timika, débouché des grands pipelines écoulant à travers les jungles d’altitude les métaux précieux, où se côtoient une population hétéroclite venue de tout l’archipel indonésien ainsi que les employés des mines arrivés du monde entier, leurs cadres américains ou canadiens, les malfrats, la police, les prostituées, l’armée, et, toujours là malgré les dévastations, les Papous.
Déracinés depuis des décennies, ils sont venus grossir les bidonvilles de Timika, pour devenir orpailleurs dans les rejets toxiques déversés par la mine. Entassés dans les no man’s land entre les édifices de béton, ils perpétuent ce qu’ils peuvent d’une tradition à l’agonie, et luttent autant pour leur survie quotidienne que pour l’indépendace.
Alfons est de ceux-là. Jeune papou idéaliste élevé dans les maquis clandestins, il passe avec Bambang, trafiquant ambitieux et sans scrupule, un arrangement pour acheter des armes.
Pak Sutrisno, Alfons, Bambang et beaucoup d’autres avec eux, emportés dans les tourbillons implacables de cet hallucinant farwest mélanésien, vont tenter de tirer leur épingle du jeu…

Tout à la fois thriller et récit documentaire, Timika, second roman de Nicolas Rouillé, est fondé sur des événements authentiques. Outre son caractère dramatique, il ouvre à la connaissance de l’un des endroits les plus terribles de la planète, cette Papouasie occidentale dont la population autochtone est écrasée sous la botte militaire ; un monde en proie à un saccage écologique et humanitaire sans précédent, d’autant plus acharné qu’il demeure en dehors des projecteurs médiatiques.
En ce sens, Timika est aussi un roman politique sur une situation dont Nicolas Rouillé expose avec beaucoup de tact et beaucoup de fermeté l’immense complexité.


Revue de presse

"Entre anthropologie, polar et roman politique, on fait l’histoire de ce peuple papou à travers de l’exploitation de la plus grande mine d’or à ciel ouvert du pays, exploitée par une firme américaine. Une ville frontière, d’orpailleurs, pourrie par la corruption, une guerre contre les papoue… un livre documenté et politique. Des personnages de fiction plaqués à un contexte historique et politique bien réels, à savoir l’étouffemet du peuple papou par l’état inonésien. » France Info, À livre ouvert

Programme


Samedi

14h30
L’homme et son environnement
Ecole Nationale Supérieure Maritime – Salle 1

15h50
Signatures
 

Dimanche

16h45
Le sens du voyage
Nouveau Monde - salle 1

17h50
Signatures
 

Lundi

10h30
Signatures

15h15
L’homme et son environnement
Univers (Grande Salle)