Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

BORDES Rémi

France

Le chemin des humbles (Plon, 2017)

©-Bruno-Klein

Maître de conférence à l’INALCO où il enseigne le népali, Rémi Bordes est un anthropologue peu commun. Parti récolter les épopées de tradition orale au Népal entre 1998 et 2006, il nous offre à travers Le Chemin des humbles un incroyable récit de voyage. Plus qu’une simple enquête ethnologique, il nous transporte au cœur d’un pays méconnu à travers rencontres, moments inattendus, atmosphères étonnantes... Le récit passionnant d’un voyage où il plonge corps et âme.

Rémi Bordes est maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), où il enseigne la langue népali et l’anthropologie. Ses recherches ont porté principalement sur les traditions orales de l’Ouest du Népal, ainsi que sur la littérature népalaise moderne, dont il a traduit certaines œuvres. Il a publié également des travaux comparatifs en anthropologie de la santé sur le mythe et la thérapeutique. Il se rend régulièrement au Népal depuis 1998.

Ces séjours ont donné naissance au Chemin des humbles, une véritable mise à l’épreuve de la conception classique de l’enquête de terrain . Même s’il reconnaît au début du livre que « beaucoup des faits relatés ici n’ont qu’un lien indirect avec des travaux d’ethnographe, ce ne sont souvent même pas de véritables événements, mais de simples moments, des atmosphères, des détails minuscules. » Le Chemin des humbles est donc tout à la fois un récit de voyage et une enquête ethnographique, où Rémi Bordes ne se donne aucune feuille de route. Tentant de vivre la vie des népalais, sans traducteur ni guide, il en vient à ne plus "chercher" rien de particulier au Népal : « Cela tombait bien, car on y trouve à peu près tout. » Et c’est bien là tout le charme de son livre !

Le chemin des humbles

Le chemin des humbles

Plon - 2017

Un récit de voyage et une enquête ethnographique sur les traditions et les modes de vie au Népal.
" Je suis entré une première fois au Népal un peu par hasard, ne sachant tout à fait ce que j’allais y chercher. Sur cette bande de terre serrée entre les deux géants de l’Asie, d’innombrables microcosmes s’étagent entre les forêts humides du Sud et les hautes montagnes qui hérissent le Nord de leur chaîne grandiose. La population qui l’habite est à l’avenant : parmi elle, les langues foisonnent, et les modes de vie peuvent diverger du tout au tout. On rencontre aussi bien le résidu de peuples nomades vivant presque comme à la préhistoire qu’une bourgeoisie cosmopolite toujours entre deux avions, tandis que la majorité, elle, vit les pieds dans la glèbe.
J’ai vécu à de nombreuses périodes dans des villages de l’ouest du pays, à l’écoute de leurs traditions et de leurs rites. J’ai recueilli notamment des épopées, chants d’un passé lointain déclamés encore aujourd’hui par une caste de musiciens-narrateurs.
"Ethnologue’, "anthropologue’, sans doute, mais il faut aussi savoir n’être qu’un passant, qu’un patient, qu’un marcheur, qu’un amant... La matière première du chercheur de terrain, ce ne sont pas des archives ou des tests de laboratoire, mais bien des personnes et des lieux.
Le présent livre est né d’une nécessité, d’une impossibilité de plus en plus grande à servir ces rhétoriques convenues qui s’adressent à un infime lectorat de spécialistes. Le monde dont il est fait témoignage ici est à la fois le lieu d’une certaine permanence, et aussi celui où se font sentir les premiers frémissements de la crue. Ces récits sont à la charnière entre ces deux moments, derniers instants d’une société qui craquelle." Rémi Bordes

Revue de Presse

  • Rémi Bordes, maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales, nous offre un formidable récit et une enquête ethnographique sur les traditions et les modes de vie au Népal. (RFI)
  • Dans « Le Chemin des humbles », l’anthropologue raconte, en antihéros, son immersion chez des villageois au pied de l’Himalaya. (…) Le récit qu’il livre s’apparente à une mise à l’épreuve de sa conception de l’enquête de terrain. Pour ce maître de conférences, « tant qu’on n’a pas partagé la nourriture, essayé les remèdes, bu l’eau, emprunté les véhicules de la même manière que la moyenne des autochtones, on restera un étranger. (Anne Both, Le Monde)
  • Il a multiplié les longs séjours en s’efforçant d’être plus qu’un simple observateur car, selon lui, " la matière première du chercheur de terrain, ce ne sont pas des archives ou des tests de laboratoire, mais bien des personnes et des lieux (France Culture)
  • Le savoir est-il une clé pour ouvrir le réel ou une grille qui l’écrase et l’enferme ? En choisissant d’écrire la chronique quotidienne de sa vie népalaise, mélange d’observation savante et de récit souvent drolatique des aventures d’un jeune homme apprenant à vivre la vie des autres, Rémi Bordes fait le pari de l’immensité, d’un savoir aussi large et divers que la vie humaine. Un réjouissant éloge de l’expérience concrète comme modalité de la connaissance. (Le Monde des livres)
  • Le travail du chercheur est minutieux, laborieux, fait de rencontres quotidiennes qui n’excluent pas quelques envolées littéraires. (…) Il avertit, en préambule, que « beaucoup des faits relatés ici n’ont qu’un lien indirect avec des travaux d’ethnographe, ce ne sont souvent même pas de véritables événements, mais de simples moments, des atmosphères, des détails minuscules ». Ce qui fait toute la richesse et la saveur du livre. (Didier Arnaud, Libération)

Programme


Samedi

14h30
L’homme et son environnement
Ecole Nationale Supérieure Maritime – Salle 1

15h50
Signatures
 

Dimanche

15h00
Signatures

18h00
Terre humaine
Théâtre Chateaubriand
 

Lundi

10h30
Signatures

14h30
Signatures