Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

AGOUDJIAN Antoine

France

Le Cri du silence (Flammarion, 2015)

© Christina Galstian

Enfant de parents arméniens et petit-fils de rescapés du génocide de 1915, il décide de rejoindre une ONG suite au tremblement de terre en Arménie de 1988, et entame un projet photographique autour de la mémoire de ce peuple arménien, qui devient un livre en 1992 avec l’aide de Robert Doisneau. Il intègre l’Agence Rapho se spécialise dans le tirage argentique noir et blanc. Il poursuit son travail photographique sur la mémoire, à Jérusalem, au Liban, en Syrie, en Turquie, en Irak, en Iran… Il a publié aux éditions Flammarion Le cri du silence pour «   immortaliser la mémoire afin qu’elle n’appartienne pas qu’au passé ». Son reportage sur Mossoul, publié dans le Figaro Magazine, a remporté le prix du public du festival de Bayeux en 2017.

Petit-fils de rescapés du génocide de 1915, Antoine Agoudjian s’est lancé très jeune à la recherche des lieux imprégnés de l’histoire de son peuple. Après l’Arménie et le Caucase, il poursuit son travail photographique sur la mémoire à Jérusalem, au Liban, en Syrie, en Turquie, en Irak, en Iran…
Par la puissance esthétique de ses photographies comme par l’intégrité de sa
démarche, Antoine Agoudjian se pose en témoin, questionne et transmet un message d’espoir, celui de la puissance indomptable de l’esprit humain. La photographie, devenue vecteur de ses émotions, a su donner tout son sens à sa quête identitaire.

Antoine Agoudjian, né en 1961 à Saint-Maur, découvre la photographie à 25 ans alors qu’il travaille dans un labo photo, aux États-Unis. Deux ans plus tard, au lendemain du séisme survenu en décembre 1988 en Arménie, il se consacre entièrement à l’aide humanitaire dans son pays d’origine, durant un an.
D’abord logicien et interprète, il s’investit ensuite dans la création d’un centre de vacances pour les enfants mutilés et les orphelins, au bord du lac Sevan. Les photographies qu’il prend alors, durant toute cette année passée en Arménie, constituent un formidable témoignage vivant qui aboutira à la parution de son premier livre, Le feu sous la glace, aux éditions Parenthèses (1990).

De retour en France, Antoine Agoudjian poursuit son travail au service des plus défavorisés. II réalise bénévolement un reportage noir et blanc sur l’œuvre de Coluche et rencontre Robert Doisneau qui l’aidera à mettre en forme son deuxième livre, Portrait des Restos du coeur, publié en 1992 par Calmann Lévy. Il entre ensuite à l’Agence Rapho et commence une vie partagée entre deux activités puisqu’il intègre au laboratoire Pictorial Service une unité de tireurs de prestige, tout en continuant à vivre sa passion du reportage.

Il réalise, en 1993, un reportage sur la situation sociale pendant le blocus imposé par l’Azerbaïdjan à l’Arménie puis en 1996. Un an plus tard, après avoir terminé un important travail photographique sur Istanbul paru aux éditions Parenthèses, il part au Nagorny-Karabagh d’où il rapporte des images saisissantes. l accomplit par la suite (en novembre 1998) un nouveau reportage dans le Sud de la Géorgie, au Djavakhk et au Karabagh.

L’un des Lauréats du prix Oscar Barnack, il réalise en 1999 une exposition sur le toit de la Grande Arche de la Défense et publie son quatrième livre regroupant 10 années de reportage sur l’Arménie et les arméniens du Caucase : Rêves Fragiles, chez Actes Sud.

Il entame alors son projet sur la mémoire des Arméniens au Moyen-Orient : Jerusalem, le Liban, la Syrie, L’Arménie, L’Anatolie, L’Asie Mineure, L’Irak pendant la guerre et L’Iran.

En 2006 paraît Les Yeux brûlants préfacé par Atom Egoyan, publié dans la collection Photopoche initiée par Robert Delpire.

En 2011, il est le premier photographe depuis le génocide de 1915 à exposer sur la mémoire des Arméniens en Turquie.

En 2015 paraît Le Cri du silence, à l’occasion du centenaire du génocide arménien. C’est l’œuvre d’une vie, dont l’histoire de son peuple constitue le fil directeur, tout en devenant le reflet des luttes contemporaines face à l’intolérance. Comme l’affirme l’auteur, « il faut immortaliser la mémoire afin qu’elle n’appartienne pas qu’au passé. »
En avril 1015 il expose dans l’Est de la Turquie à Diyarbakir dans un espace magique (Keci Burcu),invité par la municipalité. Evénement majeur d’une portée symbolique, politique et artistique.

En avril 2017 il part en Irak, à Mossoul, puis en 2018 dans le chaos syrien, afin de poursuivre sa quête de mémoire : pour lui, « montrer la souffrance des autres peuples, c’est évoquer celle dont je suis l’héritier, reconstituer ce puzzle image par image car tous les lieux que j’ai sillonné depuis 30 années en partent la trace. Je suis parti en Irak pour photographier le chaos engendré par la guerre. Retrouvant tous les thèmes appartenant tragiquement à mon héritage mémoriel, accompagnant durant un mois les militaires irakiens sur la ligne de front. » Son travail à Mossoul, publié dans le Figaro magazine, a remporté le prix du Public du festival de Bayeux des Correspondants de Guerre 2017.


Site officiel d’Antoine Agoudjian


Bibliographie

  • Le Cri du silence (Flammarion, 2015)
  • Les yeux brûlants, préface d’Atom Egoyan (Actes Sud, 2007)
  • Rêves fragiles, préface de Gérard Guéguan (Actes Sud, 1999)
  • Portraits des Restos du Cœur, préface de Frédéric Dard (Calmann Lévy, 1992)
  • Le Feu sous la glace, préface d’Alberto Moravia (Editions Parenthèses, 1990)
Le Cri du silence

Le Cri du silence

Flammarion - 2015

Il y a 27 ans, Antoine Agoudjian, petit-fils de rescapés du génocide de 1915, s’est lancé à la recherche des lieux imprégnés de l’histoire de son peuple. Après l’Arménie et le Caucase, il poursuit son travail sur la mémoire à Jérusalem, au Liban, en Syrie, en Turquie, en Irak, en Iran...
Par la puissance esthétique de ses photographies comme par l’intégrité de sa démarche, Antoine Agoudjian se pose en témoin, questionne et transmet un message d’espoir, celui de la puissance indomptable de l’esprit humain.

La photographie, devenue vecteur de ses émotions, a su donner tout son sens à sa quête identitaire.
A l’occasion du centenaire du génocide arménien, il publie l’œuvre d’une vie, dont l’histoire de son peuple constitue le fil directeur, tout en devenant le reflet des luttes contemporaines face à l’intolérance.
Comme l’affirme l’auteur, « il faut immortaliser la mémoire afin qu’elle n’appartienne pas qu’au passé. »

©Electre 2015

Mémoire et Histoire

Avec Antoine Agoudjian et Pierre-Yves Vandeweerd - Saint-Malo 2018

Rencontre avec Antoine Agoudjian et Pierre-Yves Vandeweerd, animée par Marie-Madeleine Rigopoulos.


Aux côtés des Kurdes

avec Stéphane Breton, Olivier Weber, Azad Ziya Eren, Antoine Agoudjian - Saint-Malo 2018

Animé par Jean-Pierre Perrin
Avec Stéphane Breton, Olivier Weber, Azad Ziya Eren et Antoine Agoudjian.


Écrire la guerre

Avec Antoine Agoudjian, Sinan Antoon, Carsten Jensen et Pierre-Yves Vandeweerd - Saint-Malo 2018

Rencontre avec Antoine Agoudjian, Sinan Antoon (traduit par Catherine Laurent), Carsten Jensen (traduit par Marguerite Capelle) et Pierre-Yves Vandeweerd. Animé par Yann Nicol


Le cri du silence

Avec Antoine Agoudjian - Saint-Malo 2015


Avec Antoine Agoudjian, une rencontre animée par Willy Persello


Passeurs de mémoire

Saint-Malo 2015

Avec Antoine Agoudjian et Elise Fontenaille-N’diaye, rencontre animée par Willy Persello

Programme


Samedi

16h00
Résilience. Projection de photographies d’Antoine Agoudjian
La Grande Passerelle - Salle 2 (234 places)

16h15
Mémoire et histoire
La Grande Passerelle - Salle 2 (234 places)

17h35
Signatures
 

Dimanche

14h00
Signatures

17h15
Aux côtés des Kurdes
Cinéma Vauban – Salle 1 (300 places)

18h30
Résilience - Projection de photographies d’Antoine Agoudjian
Cinéma Vauban – Salle 1 (300 places)
 

Lundi

10h30
Signatures

15h15
Écrire la guerre
Salle Maupertuis