Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

SOREL Guillaume

France

Bluebells Wood (Glénat, 2018)

© Isabelle Franciosa

La bande dessinée s’est imposée tout naturellement à cet illustrateur - diplômé des Beaux-Arts de Paris - qui aimait lire et raconter des histoires. Son style révèle une grande admiration pour l’univers gothique et joue sur le contraste et la torture des couleurs. Ce maître du fantastique fait l’objet d’une exposition lors du Festival Étonnants Voyageurs 2018. Les originaux de ses adaptations du Horla, des Derniers jours de Stefan Zweig et d’Alice au Pays des merveilles seront exposés aux côtés de ceux de son dernier album Bluebells Wood, une fable fantastique et délicate sur le deuil d’un artiste.

Diplômé des Beaux-Arts à Paris, Guillaume Sorel démarre sa carrière dans l’illustration de jeux de rôles chez Oriflam, Casus Belli ou encore Descartes. C’est ici qu’il rencontre Thomas Mosdi avec qui il réalise L’Île des morts. Avec Mathieu Gallié, il réalise les aventures d’Algernon Woodcock : une fable à mi-chemin entre les chroniques d’un médecin de campagne écossais et l’imaginaire celtique, le tout mâtiné d’accents de malt bien tourbés. En 2012, il dessine l’adaptation du roman de Laurent Seksik Les Derniers jours de Stefan Zweig. Après un album en solo, Hôtel particulier (2013), ce passionné de littérature fantastique et du XIXe siècle enchaîne avec Le Horla (d’après Maupassant) et Alice au Pays des merveilles. Son style révèle une grande admiration pour l’univers gothique et joue sur le contraste et la torture des couleurs.

Il signe cette année Bluebells Wood, un scénario original, récit fantastique peuplé de sirènes. Une très belle fable fantastique sur le deuil d’un artiste, un sujet fort qu’il transcende avec délicatesse. Ses somptueuses illustrations seront visibles lors du Festival Etonnants Voyageurs, aux côtés des originaux des Derniers Jours de Stefan Sweig, du Horla et d’Alice au Pays des Merveilles, dans l’exposition Guillaume Sorel, un maître du fantastique.


Bibliographie

  • Bluebells Wood (Glénat, 2018)
  • J’ai tué… Abel, scénario de Serge Le Tendre (Vent d’Ouest, 2015)
  • Alice au Pays des Merveilles, d’après Lewis Caroll (Rue de Sèvres, 2014)
  • Le Horla, d’après Guy de Maupassant, (Rue de Sèvres, 2014)
  • Hôtel Particulier (Casterman, 2013)
  • Les derniers jours de Stefan Zweig, d’après Laurent Seksik, (Casterman, 2012)
  • Mâle de mer, scénario Laëtitia Villemin (Casterman, 2009)
  • Algernon Woodcock, scénario Mathieu Gallié, (Delcourt, 2002-2011)
  • Typhaon, scénario de Dieter, 2 tomes, (Casterman, 2000-2001)
  • Mother (Casterman, 2000)
  • Amnésia, scénario de Thomas Mosdi, 2 tomes (Le Téméraire, 1998-1999)
  • Mens Magna, scénario de François Froideval, 3 tomes (Soleil, 1996-1998)
  • Mort à outrance, scénario Thomas Mosdi (Vents d’Ouest, 1995)
  • Le Fils du Grimacier, scénario Mathieu Gallié (Vents d’Ouest, 1995)
  • L’Île des morts, scénario de Thomas Mosdi, 5 tomes (Vents d’Ouest, 1991-1996)
Bluebells Wood

Bluebells Wood

Glénat BD - 2018

Une fable intime, fantastique et somptueuse.

Depuis la disparition de sa femme, William vit reclus dans sa maison située entre une côte brumeuse et une forêt aux allures de conte de fées. Incapable de se reconstruire, il mène une existence solitaire et sans saveur, ne parvenant à se réfugier que dans la peinture. Ses seules visites de l’extérieur sont Victor, son ami et agent, et Rosalie, sa jeune modèle. Jusqu’au jour où William fait la rencontre d’une sirène. Une créature aussi belle que farouche pour laquelle il nourrit des sentiments contradictoires. Est-elle seulement réelle ? Ou ne s’agit-il que d’une illusion venue pour remplacer le fantôme de sa femme disparue ?

Après ses adaptations remarquées de Maupassant ou Zweig, Guillaume Sorel revient à un scénario original en signant cette très belle fable fantastique au cœur de la psyché d’un artiste en plein deuil. Un sujet fort qu’il parvient à transcender avec délicatesse par son sens de l’imaginaire et ses somptueuses illustrations en couleur directe.

Le Horla

Le Horla

Rue de Sèvres - 2014

Le narrateur mène une vie tranquille dans sa maison au bord de la Seine, lorsque d’étranges phénomènes commencent à se produire. C’est la carafe d’eau sur sa table de nuit qui est bue, des objets qui disparaissent ou se brisent, une fleur cueillie par une main invisible... Peu à peu, le narrateur acquiert la certitude qu’un être surnaturel et immatériel vit chez lui, se nourrit de ses provisions. Pire encore, cet être, qu’il baptise le Horla, a tout pouvoir sur lui, un pouvoir grandissant... Du Horla ou de l’homme, l’un des deux doit périr.Le Horla comme les contes fantastiques écrits par Maupassant à la fin de sa vie, alors qu’il sombrait dans la folie, joue délicieusement avec nos nerfs en traitant de thèmes très actuels comme l’angoisse, la hantise du suicide, la peur de l’invisible.


Alice au Pays des merveilles

Alice au Pays des merveilles

Rue de Sèvres - 2014

Guillaume Sorel aborde un autre classique incontournable de la littérature fantastique, sous la forme de l’illustration du texte intégral. Il nous propose une interprétation d’Alice loin de la sage petite fille de Walt Disney, avec une trogne de chipie fidèle au texte de Lewis Caroll. 30 illustrations originales, où l’on retrouve toutes les scènes attendues : la chute dans le terrier, la montée des eaux, les conseils de la chenille, et bien sûr le lapin blanc en retard.


Hôtel particulier

Hôtel particulier

Casterman - 2013

De nos jours, une jeune femme se suicide dans son appartement… mais ce n’est que le début de son histoire. Sous le regard d’un chat complice, manifestement capable de continuer à la voir, elle se met à hanter l’immeuble où elle a vécu, témoin involontaire mais intéressé du quotidien intime de ses anciens voisins. Ici un couple illégitime vit une passion charnelle, avec la complicité un peu perverse du mari trompé, là ce sont des parents dévorés d’angoisse face à la disparition inexplicable de leur petite fille, ou encore ce solitaire apparemment capable de faire surgir d’incroyables bacchanales des trésors de sa bibliothèque – sans oublier un jeune peintre sans le sou pour lequel la défunte ressent manifestement une attirance certaine…
À l’opposé d’un fantastique oppressant, tout en empathie et en délicatesse, _ Guillaume Sorel invite son lecteur à accompagner l’errance de ce séduisant fantôme un peu mélancolique, avec une tonalité poétique très fidèlement transcrite par un dessin au lavis parfaitement maîtrisé. Au terme du voyage, l’amour triomphera de la mort.


Les Derniers jours de Stefan Zweig

Les Derniers jours de Stefan Zweig

Casterman BD - 2012

Le 22 février 1942, exilé à Petropolis au Brésil, l’écrivain autrichien Stefan Zweig se suicide avec son épouse, Lotte. Le désespoir a eu raison du grand humaniste, acteur essentiel de la littérature européenne et témoin majeur de la première partie du XXe siècle. En 2010, conjuguant réel et fiction, le roman de Laurent Seksik revisitait les six derniers mois de la vie du couple, entre nostalgie des fastes de Vienne et appel des ténèbres. Passés successivement par l’Angleterre et les États-Unis après avoir fui l’Autriche, Stefan et Lotte avaient cru fouler au Brésil une terre porteuse d’avenir. Mais c’était sans compter avec l’épouvante de la guerre.
L’évocation romanesque de l’exil brésilien des Zweig, de septembre 1941 à février 1942, devient une bande dessinée, magnifiée par le dessin intense de Guillaume Sorel. Laurent Seksik en a personnellement réalisé l’adaptation.

Un monde fantastique

Saint-Malo 2014

Avec Georges-Olivier Chateaureynaud, Bernard Quiriny, Thomas Day, Renaud Jean et Guillaume Sorel.
Animé par Baptiste Liger.

Programme


Samedi

15h45
Sirènes, licornes, dragon, ces créatures de l’ombre
Maison de l'imaginaire (Chapelle de l'ENSM)

17h05
Signatures
 

Dimanche

16h00
Signatures
 

Lundi

11h20
Signatures