Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

COULON Cécile

France

Le cœur du Pélican (Viviane Hamy Éditions, 2015)

© Antoine Rozès
Cécile Coulon

Jeune prodige du roman français, Cécile Coulon signe à dix-sept ans à peine son premier roman, inspiré de L’éducation sentimentale de Flaubert, Le Voleur de vie. Son style bref, incisif, lui permet de dépeindre de façon réaliste le microcosme humain, saisissant les émotions les plus sombres, parfois avec ironie, toujours avec justesse, comme dans son dernier livre Le Cœur du Pélican.

Après un passage en hypokhâgne et khâgne à Clermont-Ferrand, Cécile Coulon étudie les lettres modernes et consacre une thèse au thème "Sport et Littérature". En parallèle à ses études, cette étudiante prolifique écrit des romans, fait des piges pour des magazines et travaille aussi dans la restauration. Elle ne se revendique pas complètement écrivain, expliquant qu’« être écrivain n’a rien à voir avec le fait d’écrire des livres. Aujourd’hui, être écrivain c’est devenu une figure, un fantasme. »
Grande lectrice de littérature américaine, elle est très marquée par John Steinbeck (A l’est d’Eden, Des souris et des hommes…), qui « attrape au vol des choses qui paraissent totalement insignifiantes et qui finalement sont absolument sublimes ». Elle retrouve chez les auteurs américains ce qu’elle apprécie chez les poètes français : les plus grandes émotions passent par la brieveté de la langue. Dans l’écriture, les deux choses qui lui importent le plus l’humain, matière première de ses œuvres, et l’histoire, qui doit constituer un véritable récit, à la fois narratif, thématique et stylistique.
Après son premier roman Le Voleur de vie et le recueil de nouvelles Sauvages, elle se fait véritablement remarquer en 2010 avec Méfiez-vous des enfants sages, dans lequel elle retrace le passage de l’enfance à l’adolescence, d’une façon poétique et parfois cruelle qui n’est pas sans rappeler L’Attrape-cœurs de J.D. Salinger, donnant à voir cette période où la candeur doit apprendre à faire face à la désillusion. Dans Le roi n’a pas sommeil son troisième roman, couronné du Prix Mauvais Genres France Culture / Le Nouvel Observateur 2012, elle fait le récit d’un mauvais choix et de la part sombre d’individus ordinaires. Après avoir à plusieurs reprises planté ses histoires dans l’Amérique contemporaine, elle change d’ambiance et propose une réalité alternative avec Le rire du grand blessé, une fable d’anticipation puissante sur la place de la littérature dans notre société.

Elle signe donc avec Le Cœur du Pélican son cinquième roman, un « portrait saisissant d’une vie bâclée » retraçant l’histoire d’un homme en prise à ses désirs et aux non-dits. De la gloire à la chute, du sport à la souffrance, il n’y a qu’un pas, dans ce récit porté par une extrême émotion.



Bibliographie :

  • Le coeur du Pélican (Viviane Hamy, 2015)
  • Le rire du grand blessé (Viviane Hamy, 2013)
  • Le roi n’a pas sommeil (Viviane Hamy, 2012)
  • Méfiez-vous des enfants sages (Viviane Hamy, 2010)
  • Sauvages (Broché, 2008)
  • Le Voleur de Vie (Broché, 2007)
Le coeur du Pélican

Le coeur du Pélican

Viviane Hamy Editions - 2015

Anthime, un adolescent inséparable de sa sœur Helena, vient d’emménager dans une banlieue de province avec toute sa famille. Il craint de ne pas s’intégrer dans cette nouvelle communauté où personne ne l’attend.

Pourtant, il va vite trouver le moyen de se distinguer et de se faire connaître. Lors d’une kermesse, il s’illustre par sa rapidité au jeu de quilles. Il n’en faut pas plus à Brice, un entraîneur obèse et bonhomme, pour l’enrôler dans la course à pied. Anthime, surnommé le Pélican, excelle dans cette discipline et devient un exemple et un symbole pour toute la région. Sa voisine Joanna l’adule mais le coureur n’a d’yeux que pour Béatrice, une camarade de classe, belle et charnelle, et qui ne reste pas, elle non plus, insensible à son charme… La veille d’une course déterminante, ils échangent un baiser qui scellera leur relation devenue désormais impossible à cause de la chute d’Anthime, qui s’effondre aux portes de la gloire…
http://www.franceculture.fr/oeuvre-...
Vingt ans plus tard, alors qu’il a tout abandonné, désormais bedonnant, et qu’il vit un amour médiocre avec Joanna, Anthime reçoit un électrochoc. Il sort de sa torpeur lorsque ses anciens camarades de classe lui lancent le défi de traverser le pays en courant.

Le Pélican retrouvera-t-il en lui la force de redevenir un champion et combler, par la même occasion, son orgueil ?

Porté par une extrême émotion, Le Cœur du Pélican nous parle de la gloire et de sa fragilité, du sport et de sa souffrance. Il raconte le courage et la destinée à la fois banale et extraordinaire d’un homme qui réussit, connaît le succès, tombe et se relève. Cécile Coulon parvient formidablement à incarner ses personnages aux prises avec leurs désirs et aveuglés par les non-dits.


Revue de presse

« Raconter l’histoire d’un homme qui tombe n’est pas à la portée de n’importe qui. Il faut y mettre le ton, fouailler l’âme et serrer l’intrigue. C’est très exactement ce que parvient à faire, remarquablement, Cécile Coulon dans un roman vif et dense, asphyxiant comme un polar et oxygénant comme un road-movie. [...] Cécile Coulon brosse le portrait saisissant d’une vie bâclée. Anthime, surnommé "le Pélican" parce que, semblable à l’oiseau, il s’arrache le cœur pour l’offrir à son public, est un héros de tragédie mais aussi notre semblable à tous. Son errance, servie par l’écriture survoltée d’une romancière désormais confirmée, est un pur morceau de bravoure. » (François Busnel, L’Express)

Le rire du grand blessé

Viviane Hamy Editions - 2013

Dans un pays sans nom dirigé par Le Grand, les « Manifestations À Haut Risque » – lectures publiques hebdomadaires et payantes ayant lieu dans les stades – sont la garantie de l’ordre social. En retirant son caractère privé à la lecture, les élus ont transformé un certain type de livres en outil de parfaite manipulation. Dans l’arène, des Liseurs « surjouent » des histoires préécrites – et destinées à rester inédites – devant un public captif, haletant, qui absorbe ce qu’il croit ne jamais pouvoir posséder. Et le spectacle commence dans les rangées des consommateurs : dûment encadrées par les Gardes, les passions et les émotions, la rage et le désespoir, l’hystérie collective ont droit de cité pendant une heure, le temps, pour chaque citoyen, d’atteindre un semblant d’assouvissement. Jusqu’à la prochaine Manifestation. 1075, né dans les campagnes abandonnées en périphérie de la ville, est, lui, parfaitement analphabète. Pour exister, la Société ne lui propose qu’une issue : intégrer l’élite des Gardes au service du système. Formés dans des conditions extrêmes, ces jeunes gens ont pour unique et simple règle de ne jamais apprendre à lire. 1075 devient le meilleur des Agents. Sa vie bascule, pourtant, le jour où, mordu par un molosse, il découvre qu’un animal féroce est bien plus efficace et rentable qu’un Garde. À l’hôpital, où il s’ennuie, il s’en veut de ne pas avoir été à la hauteur de sa tâche, à la hauteur de ce que l’on attendait de lui. Jusqu’à ce qu’un hasard facétieux lui permette d’assister à la curieuse leçon d’alphabet qu’une jeune femme donne à l’étage où sont parqués les enfants. Le désir comme le besoin de comprendre sont des pièges délectables... On se repaît de cette fable grinçante, jubilatoire et déstabilisante, qui tape à bras raccourcis sur une société qui muselle la conscience par le divertissement et désigne l’imagination comme l’ennemi public n°1. Le Rire du grand blessé est un hommage vibrant rendu à la pensée et à l’imaginaire qui ouvrent à la littérature, quelles que soient les dénominations dans lesquelles on l’enferme : française, étrangère, classique, moderne, contemporaine, d’anticipation…


Le roi n’a pas sommeil

Viviane Hamy Editions - 2012

« Ce que personne n’a jamais su, ce mystère dont on ne parlait pas le dimanche après le match, autour d’une bière fraîche, cette sensation que les vieilles tentaient de décortiquer le soir, enfouies sous les draps, ce poids, cette horreur planquée derrière chaque phrase, chaque geste, couverte par les capsules de soda, tachée par la moutarde des hot-dogs vendus avant les concerts de blues ; cette peur insupportable, étouffée par les familles, les écoliers, les chauffeurs de bus et les prostituées, ce que personne n’a pu savoir, c’est ce que Thomas avait ressenti quand le flic aux cheveux gras était venu lui passer les bracelets, en serrant si fort son poignet que le sang avait giclé sur la manche de sa chemise. » Ce roman a été couronné Prix Mauvais Genres - France Culture Le Nouvel Observateur 2012.


Méfiez-vous des enfants sages

Viviane Hamy Editions - 2010

« Je n’ai pas rêvé cette nuit-là. Mon chagrin grandissait dans mon sommeil. Je me souviens du réveil, avec l’impression de manque, et mes parents dans l’encadrement de la porte. J’ai pris mon pantalon qui traînait par terre. Dehors, il faisait déjà chaud, mais je ne suis pas allée à l’école. La maison d’Eddy était fermée. Je me suis assise sur les marches en me disant que Kristina ne serait jamais au courant, que Freak ne pourrait pas me dire ce qu’il en pense. J’ai arrêté de croire en Dieu, j’ai arrêté de croire qu’il y avait d’honnêtes gens sur Terre, j’ai arrêté de sourire pour rien, et je me suis dit que je devais faire comme lui, au moment où j’en aurais envie, et dire aux gens d’aller se faire mettre, une bonne fois pour toutes. »


Sauvages

Revoir - 2008

Un jour, la peur prendra le dessus, et je ne dirai plus "je peux me défendre" mais "je ne veux pas mourir maintenant". Je ne suis pas malade


Le Voleur de Vie

Revoir - 2007

Le voleur de vie, c’est l’histoire d’un jeune homme perdu, rattaché au souvenir d’une femme qu’il n’a pas vu depuis quinze ans. A La recherche de son amour perdu, Joko découvrira vite que la vie vaut finalement la peine d’être vécue, même si les choses n’arrivent pas forcément quand on le souhaite...

Besoin de Héros ?

Avec Cécile Coulon et Benoît Heimermann. - Saint-Malo 2015

Avec Cécile Coulon et Benoît Heimermann. Rencontre animée par Eduardo Castillo


Romans noirs, USA

Avec Cécile Coulon et Karim Madani - Saint-Malo 2012

Une rencontre avec Cécile Coulon et Karim Madani, animée par Margot Loizillon


Faut-il encore décerner des prix littéraires au XXIème siècle ?

Avec Cécile Coulon, Patrick Rambaud, Claude Villers, Léonora Miano, Carole Martinez, Dany Laferrière, Alain Mabanckou et Claude Esclatine - Saint-Malo 2012

Avec Cécile Coulon, Patrick Rambaud, Claude Villers, Léonora Miano, Carole Martinez, Dany Laferrière, Alain Mabanckou et Claude Esclatine, débat animé par Hubert Artus