logo
accueil > Saint-Malo > Archives > 2011 > Photos/Vidéos/Sons > Le nouveau roman africain : entre exil et mégapole
Saint-Malo Archives : 2011 
 
Les débats Étonnants Voyageurs

Le nouveau roman africain : entre exil et mégapole

14 octobre 2011.

Les enjeux du nouveau roman africain

partager : 
  envoyer :    imprimer : 
 

Une nouvelle Afrique est en train de naître. Son futur se dessine entre Lagos, Kinshasa et Johannesburg : celui d’une Afrique urbaine mue par une force propre, un réseau de méga-agglomérations s’imposant comme le coeur nouveau du continent.

Achille Mbembe, penseur incontournable de l’Afrique post-coloniale, était à Saint-Malo en juin 2011 pour parler de ces villes mouvantes où "tout se déplace" : “La ville se ruralise et le village s’urbanise. Les gens vont et viennent, ils traversent constamment toutes sortes de frontières. Tout est mis en circulation.
(...)Tout ou presque peut être vendu ou acheté. Tout s’échange. Tout est provisoire. Tout peut être rafistolé et recyclé. (...) Tout est négociable et les choses vont dans toutes les directions à la fois, à des rythmes et vitesses elles aussi multiples.”(1)

Dans ce creuset des villes, la culture aussi se réinvente, se créolise. Pour baptiser cette "forme de cosmopolitisme qui marie allègrement apports externes et créations endogènes", Achille Mbembe a crée un nom : afropolitanisme.

Face à ces bouleversements, à ce "foisonnement factuel incroyable" selon les mots de Sami Tchak, la littérature africaine doit faire peau neuve. En novembre 2010, on discutait déjà lors du festival Etonnants Voyageurs de Bamako, de la ville comme nouvel espace romanesque africain. L’enjeu : inventer une littérature qui soit à la hauteur de la réalité africaine contemporaine.

Pour Sami Tchak, le travail reste à faire pour les écrivains du continent noir, à la différence de leurs homologues latino-américains, qui ont réussi à créer une littérature rivalisant avec "toutes les folies" de leur sous-continent.

“Pendant presque 40 ans, la littérature africaine a été assignée à résidence.”

Felwine Sarr revient sur les contraintes idéologiques qui ont pesé jusqu’à aujourd’hui sur l’écriture des auteurs africains, au point de brider leur imaginaire.


Pour écouter le débat "Nouveau roman africain : entre exil et mégapole" dans son intégralité, c’est ici.

Les héritiers d’Aimé Césaire, l’aventure de la revue Présence Africaine : retrouvez tous les débats Etonnants Voyageurs consacrés à l’Afrique.


PDF - 72.8 ko

(1) "Afropolitains", le texte d’Achille Mbembe publié par Le Monde Magazine à l’occasion du festival Étonnants Voyageurs de Bamako en novembre 2010