Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

MONENEMBO Tierno

Guinée

Le Terroriste noir (Seuil, 2012)

Tierno Monénembo © John Foley

Né en 1947 à Porédaka en Guinée, Tierno Monénembo quitte la Guinée en 1969 pour fuir la dictature de Sékou Touré, il passe par le Sénégal et la Côte d’Ivoire et arrive en France en 1973 pour poursuivre ses études. Après une thèse en biochimie pour laquelle il est nommé docteur ès sciences, il part enseigner au Maroc et en Algérie. Tierno Monénembo est un des écrivains africains francophones qui ont la plus grande réputation.
Il a publié au Seuil neuf romans parmi lesquels L’aîné des orphelins qui a connu un grand succès en France et à l’étranger ainsiq eu le tout récent Le roi de Kahel, qui reçoit le Prix Renaudot 2008.


Bibliographie :

  • Le Terroriste noir (Seuil, 2012)
  • Le Roi de Kahel (éd. du Seuil, Paris, 2008) Prix Renaudot 2008
  • La Tribu des gonzesses (Cauris éd., Paris, 2006)
  • Peuls (Le Seuil, Paris, 2004)
  • L’aîné des orphelins (Le Seuil, Paris, 2000)
  • Cinéma (éd. du Seuil, Paris, 1997)
  • Pelourinho (éd. du Seuil, Paris, 1995)
  • Un attiéké pour Elgass (Paris, éd. du Seuil, 1993)
  • Un rêve utile (éd. du Seuil, Paris, 1991)
  • Les Écailles du ciel (éd. du Seuil, Paris, 1986)
  • Les Crapauds-brousse (éd. du Seuil, Paris, 1979)

Présentation du Terroriste noir :

couverture Tout commence en lisière de la forêt des Vosges, un jour de 1940, quand un père et son fils partis cueillir des champignons tombent par hasard sur un « pauvre nègre » endormi au pied des arbres. Conduit au village, ce jeune Guinéen adopté en France à l’âge de 13 ans, à la fois austère et charmeur, y fera sensation. Il saura enflammer les cœurs, s’attirer des protections. Mais ce n’est qu’un début : en 1942, il entre en contact avec la Résistance et crée un des premiers maquis de la région. Lancés sur ses traces, les Allemands l’appelleront « le terroriste noir ».

Qui a trahi Addi Bâ ? Une de ses nombreuses amantes ? Un collabo professionnel ? Ou tout simplement la rivalité opposant deux familles aux haines séculaires ? À travers cette figure fascinante, c’est tout un pan méconnu de notre histoire qui défile : ceux que l’on appelait les tirailleurs sénégalais. C’est aussi la vie quotidienne de la population des Vosges, évoquée par Tierno Monénembo avec une verve irrésistible… comme s’il s’agissait d’un village africain.

Présentation de Le roi de Kahel :

Au début des années 1880, Aimé Victor Olivier, que les Peuls appelleront Yémé et qui deviendra le vicomte de Sanderval, fonde le projet de conquérir à titre personnel le Fouta-Djalon et d’y faire passer une ligne de chemin de fer. On a presque tout oublié de lui aujourd’hui : il fut pourtant un précurseur de la colonisation de l’Afrique de l’Ouest et ses aventures faisaient le régal des gazettes de l’époque. Au cours de ses cinq voyages successifs, Sanderval parvient à gagner la confiance de l’almâmi, le chef suprême de ce royaume théocratique qu’était le pays peul, qui lui donne le plateau de Kahel et l’autorise à battre monnaie à son effigie.
De ce personnage haut en couleur, Tierno Monénembo nous offre une foisonnante biographie romancée. L’épopée solitaire d’un homme, Olivier de Sanderval, qui voulut se tailler un royaume au nez et à la barbe de l’administration française... et des Anglais.

Le Terroriste noir

Seuil - 2012

Le Terroriste noir est une fiction construite autour de la véritable histoire, aussi méconnue qu’extraordinaire, d’Addi Bâ. Addi Bâ est un jeune Guinéen né vers 1916, adopté en France à l’âge de 13 ans, et qui, devenu soldat pendant la Seconde Guerre, est affecté dans le 12e régiment des tirailleurs sénégalais. Capturé après la bataille de la Meuse, Addi s’évade, erre dans les forêts, avant d’être recueilli par le maire du village de Romaincourt. Élégant et mystérieux, à la fois austère et charmeur, il y fera sensation, mais ce n’est qu’un début : en 1942, il entre en contact avec la Résistance et crée le premier maquis des Vosges. Les Allemands le surnommeront « le terroriste noir ». L’affaire est racontée 60 ans plus tard, dans un français mâtiné de patois vosgien, par celle qui n’était qu’une jeune fille à l’époque ; c’est chez ses parents que le tirailleur venait écouter Radio-Londres, c’est chez eux qu’il prenait ses repas et faisait laver son linge. Qui a trahi Addi Bâ ? Une de ses nombreuses amantes ? Un collabo professionnel ? Ou tout simplement la rivalité opposant les Tergoresse et les Rapenne, deux familles aux haines séculaires ? Parce qu’il était noir, ce combattant de la France libre n’a reçu la médaille de la Résistance qu’en 2003, soit 60 ans après son exécution.


Un rêve utile

Seuil - 1991