logo
accueil > Saint-Malo > Archives > 2011 > La rime, vraiment, dans tous ses états, à Saint-Malo !
Saint-Malo Archives : 2011 
 

La rime, vraiment, dans tous ses états, à Saint-Malo !

16 juin 2011.
partager : 
  envoyer :    imprimer : 
 

Cela a commencé comme un murmure, entre deux phrases ciselées par Alexis Gloaguen, deux rumeurs des grandes villes qui parsèment le monde et montent encore plus haut dans le ciel. C’était le sujet du festival et nous y sommes entrés de plain pied, de plain chant. Alexis nous apporta aussi l’archipel de Saint Pierre et Miquelon dont son ami Eugène Nicole a raconté, en mille pages de belle prose, la vie entre terre et mer, rires et larmes. Cela s’est propagé vers le sud, vers Haïti en passant par le Mali, la Bretagne, le Congo, Les États-Unis, la Palestine, la Grèce, la Tunisie et la Belgique.

JPEG - 87.4 ko

Et nous avons entendu par la bouche de Tahar Bekri la souffrance de Gaza, l’espérance de la Tunisie ; par celle de Sylvia, les paroles enchantées de Jacques Lacarrière, son mari. Nous avons entendu ce qui ne s’oublie pas, les strophes tristes et drôles de Corbière, les vers infinis de Whitman et les pages non moins infinies de Stevenson infiniment racontées par Michel Le Bris et Jacques Darras. La poésie de Luc Bérimont et d’Andrée Chédid dont Jean-Pierre Siméon nous rappela la lucidité et la bonté. Nous avons écouté les rimes et les cris que fait Haïti dans les cœurs des exilés Anthony Phelps et Louis Philippe Dalembert. Nous avons écouté les Belges Serge Delaive, Karel Logist et le lauréat tout juste couronné du Prix Ganzo, l’inénarrable Jean Pierre Verheggen qui nous a littérairement plié en quatre et en quatrains.
Nous avons tendu l’oreille aux premiers pas de diseur de Jules Puibaraud sur les traces de Blaise Cendrars à bord du Transsibérien. Aux chansons à fleur de peau d’Elie Guillou et de Wilfried N’Sonde. Et nous avons mélodié aux rythmes des slams et raps de Souleymane Diamanka, Rouda et Amkoullel.

JPEG - 94.7 ko


Nous avons mis la rime dans tous ses états et le public chaleureux de Maupertuis avec elle. Nous avons heureusement échangé nos générations. Nos énergies. Nous avons donné un coup de jeune au poème, à Saint-Malo, ces trois jours-là.

Yvon Le Men, à la veille de l’été 2011

JPEG - 99.7 ko