logo
accueil > Saint-Malo > Archives > 2011 > Films > Toutes les avant-premières 2011
Saint-Malo Archives : 2011 
 

Toutes les avant-premières 2011

6 juin 2011.
partager : 
  envoyer :    imprimer : 
 

- Chronique d’un Iran interdit
de Manon Loizeau (Arte/ Magnéto Presse, 2011, 80’)

Entre l’Iran et la France, entre 2009 et 2011, Manon Loizeau est parvenue à recueillir clandestinement des témoignages de l’intérieur sur deux années de révolte et de répression.

Alors qu’un vent de liberté souffle sur le monde arabe, que les peuples prennent leur destin en main et font tomber les dictateurs, la jeunesse iranienne attend. C’est pourtant elle qui a été la première à se révolter en juin 2009 contre un pouvoir monolithique, demandant plus de liberté, la fin de la corruption et surtout le respect de son vote. Des slogans que l’on a retrouvés en Tunisie, en Égypte, et aujourd’hui en Libye, au Yémen, en Algérie. Les jeunes Iraniens ont aussi été les premiers à filmer leur révolte avec leurs téléphones portables, à envoyer leurs images sur Internet par YouTube, à témoigner sur Twitter ou Facebook de la répression qu’ils subissaient.

Aujourd’hui l’Iran se referme, et Manon Loizeau, comme la plupart des journalistes occidentaux, ne peut plus s’y rendre. Comment, depuis « l’extérieur », raconter ce qui se passe « à l’intérieur » ? N’ayant jamais cessé de dialoguer à distance avec les gens qu’elle y avait rencontré, la réalisatrice mêle les vidéos clandestines qu’ils lui ont fait parvenir malgré les risques, des images YouTube, des témoignages de militants réfugiés en France, et ses propres images, tournées au plus fort de la « révolution verte ».

« Transmettre les voix de ceux que l’on n’entend pas » : avec cette « obsession », et grâce aux images tournées clandestinement pendant deux ans, avec des téléphones portables et des petites caméras envoyées à des Iraniens qui ont pris le risque de filmer, Manon Loizeau est parvenue à défier la chape de plomb que le régime iranien fait peser sur son peuple. Là-bas, une mère dont le fils étudiant a été tué lors des manifestations de juin 2009, une jeune rappeuse, des étudiants… racontent courageusement leur quotidien. Ici, un jeune manifestant arrêté puis violé à plusieurs reprises en prison, aujourd’hui réfugié en France, témoigne à visage découvert de ce qu’il a subi. À travers leurs mots, leur colère, leurs espoirs et leurs épreuves, ces lettres d’Iran donnent un écho vibrant à une révolte muselée, mais bien vivante.


- Six mois de cabane au Baïkal (Avant-première France 5)
Sylvain Tesson et Florence Tran (Bô Travail ! avec la participation
France Télévisions pôle France 5, 2011, 52’)

Pour assouvir son besoin de liberté, Sylvain Tesson
a trouvé une solution radicale... s’enfermer
seul dans une cabane, en pleine taïga sibérienne,
pendant six mois. Caméra à l’épaule, il rapporte
les images de ses péripéties, de sa vie dans cette
cabane et des paysages éblouissants qui l’entourent.
Journal de bord d’un retour aux sources.
Projection suivie d’une rencontre avec Sylvain
Tesson.

Samedi 11 juin, vauban 1, 15h15. rediffusion
le dimanche 12 juin, chapelle école de Marine
Marchande, 11h.


- Lamarela, l’ultime combat
Jean-Michel Corillion (Kwanza/France Télévisions pôle France 5 /2010/52’)

Sur une petite île à l’Est de l’Archipel indonésien,
quelques irréductibles pratiquent encore la
pêche à la baleine. Des représentants du WWF
tentent de trouver des alternatives pour protéger
la vie marine. Mais comment remettre en
cause cette pratique ancestrale qui fait la fierté
des habitants ? J.-M. Corillion capte des images
époustouflantes de ces derniers harponneurs
de baleines. Projection suivie d’une grande rencontre
avec le réalisateur autour de son oeuvre.

Dimanche, Vauban 5, 14h30


- L’Épervier (avant-première France 3)
Projection du premier épisode de la série (6 x 52’) d’après la BD culte de Patrice Pellerin

Lou Doillon et Martin Lamotte dans les rôles principaux. Aux yeux des uns, il est Yann de Kermeur,
noble Chevalier breton au passé obscur. Pour les autres, c’est L’Epervier, corsaire prestigieux du roi
de France et ancien pirate. Pour tous, il est redoutable. Mais accusé à tort du meurtre du père de sa
fiancée, il se retrouve, seul, face à la haine de ses accusateurs...

Samedi 11 juin théâtre Chateaubriand,
À 11h00 en présence du réalisateur, des acteurs et de Patrice Pellerin.


- La Montagne
Magique, sur les
chemins du Kailash

de Florence Tran et Simon Allix (Sombrero & Co avec la
participation de France Télévisions pôle France 5/ inédit
2011/52’)

Au coeur de l’Himalaya, le Mont Kailash, sculpté
comme un diamant, est le lieu de pèlerinage
ultime pour les Hindouistes et les Bouddhistes.
Des centaines de pèlerins viennent accomplir un
périple initiatique qui sera le plus important de
leur vie : 54 km de marche entre 4 600 et 5 600
mètres d’altitude. Sur cette terre de légende,
deux voyageurs venus d’Occident témoignent de
cette épopée spirituelle...

Samedi 11 juin, Auditorium, 19h, en présence des
réalisateurs. rediffusions le dimanche 12 juin,
chapelle de l’Ecole de Marine Marchande, 14h30
et lundi 13 juin, Vauban 1, 10h15

Voir des images du film sur la fiche complète.


- Lieve Joris, Au-delà du Miroir
de Rita Mosselmans (VRT Productions/2011/52’)

Quand elle part en voyage, Lieve Joris
emporte dans sa valise ce talent
rare de faire de la littérature à partir
de la vie. Au Moyen-Orient, en
Afrique, elle s’imprègne à chaque
fois de la culture locale, à la recherche
de ce qui se trouve au-delà
du miroir. C’est aussi sous un jour
plus personnel que l’on découvre
dans ce film l’écrivain-voyageur,
lauréate du Prix Nicolas Bouvier
2005.

Dimanche, théâtre Chateaubriand, 18H00. rediffusion lundi 13 juin, vauban
3, 10h00, suivie d’une rencontre à 11h15 Avec Lieve Joris.


- Rajasthan, l’âme d’un prophète
de Benoit Ségur Franck Vogel (Gédéon Programmes avec la participation France Télévisions pôle France 5/2011/52’)

La communauté des Bishnoïs,
dans le désert du Thar en Inde,
vit en symbiose complète avec la
nature et est prête à tout pour la
préserver. Leur guide spirituel, Jambheshwar,
qui a vécu au XVè siècle,
aurait eu une vision apocalyptique
mettant en scène l’Homme détruisant
la nature.

Samedi, Vauban 5, 16h45