logo
Le dico des auteurs


COUAO-ZOTTI Florent

Bénin

29 janvier 2013.
 

Biographie

 


- Biographie
- Bibliographie
- Présentation de Si la cour du mouton est sale, ce n’est pas au cochon de le dire

Biographie

JPEG - 10.9 ko
Florent Couao-Zotti

Lauréat du Prix Ahmadou Kourouma 2010, l’écrivain et journaliste béninois Florent Couao-Zotti a fait son entrée dans le monde du polar avec son dernier roman : Si la cour du mouton est sale, ce n’est pas au porc de le dire (Le Serpent à Plumes, 2010). Il signe ici un texte truculent où se croisent, dans la folie nocturne de la capitale béninoise, policiers teigneux et « chéries-foutoir trois étoiles », détective privé et homme d’affaire douteux. Crime, drogue, prostitution, corruption… c’est tout l’univers furieux et halluciné de Florent Couao-Zotti que l’on retrouve dans ce nouvel ouvrage traversé par la fulgurance d’une langue baroque et foisonnante, en continuelle réinvention.

Né à Pobé en 1964, Florent Couao-Zotti a d’abord été professeur de français, journaliste, rédacteur en chef au Canard du Golf, puis à Abito, journaux satiriques béninois, avant de se consacrer entièrement à l’écriture. C’est avec une pièce de théâtre, Ce soleil où j’ai toujours soif (L’Harmattan, 1995), qu’il fait ses premières armes en littérature. Avec son premier roman, Notre pain de chaque nuit (Le Serpent à Plumes, 1998) dans lequel il raconte les liaisons tumultueuses d’une prostituée avec son ancien amant boxeur et un politicien véreux, l’auteur béninois obtient une première reconnaissance. Il poursuit cette plongée vertigineuse dans les méandres obscurs de la ville africaine en 2000, avec un recueil de nouvelles, L’Homme dit fou et la mauvaise foi des hommes (Le Serpent à Plumes). Avec Poulet-bicyclette et Cie paru chez Gallimard en 2008 et présenté au festival Étonnants Voyageurs à Bamako la même année, Florent Couao-Zotti continue son œuvre de nouvelliste en évoquant la vie quotidienne de ces hommes et ces femmes pris dans le grouillement trouble des zones frontières.

Écrivain protéiforme et talentueux, Florent Couao-Zotti invente une langue rythmée, fertile, pétrie de néologismes, d’humour, d’audaces grammaticales, de jeux de mots ; une écriture qui absorbe la fièvre du monde qu’elle décrit et qui fait du romancier béninois, une voix majeure de la nouvelle littérature africaine.

Le blog de Florent Couao-Zotti

Le blog consacré à son nouveau roman Si la cour du mouton est sale, ce n’est pas au porc de le dire (Le serpent à Plumes, 2010)

- Retour au sommaire


Bibliographie :

- Si la cour du mouton est sale, ce n’est pas au cochon de le dire (Le Serpent à Plumes, Paris, 2010)
- Poulet-bicyclette et Cie (Gallimard, Paris, 2008)
- Les Fantômes du Brésil (Éditions Ubu, Paris, 2006)

- La Petite Fille des eaux (Éditions Ndzé, Bertoua, 2006)

- Le Cantique des cannibales (Le Serpent à Plumes, Paris, 2005)

- Retour de tombe (Joca Seria, Nantes, 2004) 

- La Sirène qui embrassait les étoiles (Éditions de l’Œil, Paris, 2003) 

- Certifié sincère (Éditions Ruisseaux d’Afrique, Cotonou, 2003)

- L’Homme dit fou et la mauvaise foi des hommes (Le Serpent à Plumes, Paris, 2002) 

- Charly en guerre (Dapper, Paris, 2001)
- La Diseuse de mal-espérance (L’Harmattan, Paris, 2001)
- Notre pain de chaque nuit (Le Serpent à Plumes, Paris, 1998 ; J’ai lu, Paris 2000) 

- Ce soleil où j’ai toujours soif ou La nuit des anges (L’Harmattan, Paris, 1995)

- Retour au sommaire


Présentation de Si la cour du mouton est sale, ce n’est pas au cochon de le dire :

spip_logoIl y a d’abord une miss, belle et longiligne, qu’on retrouve mutilée sur la berge de Cotonou. Il y a ensuite une autre galante, tout aussi irrésistible, qui vient proposer à un homme d’affaires libanais d’échanger de l’argent contre une valise de cocaïne. Il y a enfin un détective privé, contacté par une troisième chérie, qui voudrait un acquéreur pour la même poussière d’ange.

Par-dessus le marché, deux flics de la Brigade des Stupéfiants sont prêts à bousculer les habitudes établies dans la hiérarchie. Ils refusent de faire ami-ami avec les trafiquants et s’engagent dans une course-poursuite contre le principal suspect : Smaïn, l’homme d’affaires.

Mais les nuits à Cotonou ont de multiples saveurs, qu’elles proviennent des fantômes teigneux, des amazones ou des populations elles-mêmes. Des gens qui aiment se rendre justice et charcuter au couteau tous ceux qui, dans leurs quartiers, sont surpris en flagrant délit de « pagaille nocturne ». Pour eux, personne ne peut leur donner de leçon : si la cour du mouton est sale, ce n’est pas au porc de le dire !

De policiers teigneux au détective désargenté, du bandit de dépannage aux chéries-foutoirs à la langue bien pendue, cette histoire saura à la fois faire rire et donner les frissons de la course-poursuite. Pour explorer cet univers, Florent Couao-Zotti régale le lecteur de son écriture jubilatoire, pleine de jeux de mots, inventions lexicales et parlers populaires ; une littérature de toutes les distorsions où l’usage du mot est, avant tout, festif.

Revue de presse
- La littérature comme nouveau gage de développement. La nouvelle tribune, mars 2012.
- Une belle dose d’énergie pas très morale..., Toute la culture.com, mars 2010
- Interview de Florent Couao-Zotti sur Le Temps.ch, mai 2010


Présentation de Poulet-bicyclette et Cie :

Dix nouvelles où la magie du style baroque de Couao-Zotti donne forme tourbillonnante à la vie, nous entraîne au cœur du peuple grouillant des zones frontières, hommes, enfants, femmes en marge de tout et dont l’auteur nous fait partager les fabuleux et diaboliques lambeaux d’humanité. Réalisme étourdissant, vertiges, paniques, beautés : quand les femmes mises au ban de la société deviennent des héroïnes qui font, en franchissant les bornes, courir les enfants blessés et trembler les étoiles.

- Retour au sommaire

Œuvre

 
Si la cour du mouton est sale, ce n’est pas au porc de le dire Il y a d’abord une miss, belle et longiligne, qu’on retrouve mutilée sur la berge de Cotonou. Il y a ensuite une (...)
 

Vidéos

 

 

Les cafés littéraires

Saint-Malo 2010

Polars d’ailleurs

Avec Gary VICTOR, Florent COUAO-ZOTTI, Craig JOHNSON, Ignacio DEL VALLE

 

Les débats audios

 
Saint-Malo 2010

Géographie des littératures africaines

Avec Alain Mabanckou, Florent Couao-Zotti, Moussa Konaté et Emmanuel Dongala. Un débat animé par Baptiste Liger.

 
Saint-Malo 2010

Afrique : ce que nous disent les femmes

Avec Emmanuel Dongala, Emmelie Prophète, Evelyne Trouillot, Florent Couao-Zotti. Un débat animé par Hubert Artus.

 
Saint-Malo 2010

L’Afrique est-elle maudite ?

Quatre auteurs africains, pour débattre à la suite du livre de Moussa Konate "L’afrique noire est-elle maudite ?" : avec Léonora MIANO, Alain MABANCKOU, Moussa KONATE, Florent COUAO-ZOTTI, Emmanuel DONGALA. Animé par Jean-Michel Djian.