logo
Le dico des auteurs


ALEXAKIS Vassilis

Grèce

14 mars 2013.
 

Biographie

 


- Biographie
- Bibliographie
- Présentation de L’enfant grec

JPEG - 20.6 ko
Vassilis ALEXAKIS
© Marielle Pteroudis

« J’ai le même rapport avec ces ouvrages (les dictionnaires) que l’aveugle avec son chien : ils ont la gentillesse de me conduire là où je veux me rendre. »
Vassilis Alexakis

Biographie

Architecte de la langue, l’écrivain d’origine grecque Vassilis Alexakis effectue d’incessants va-et-vient entre le français et sa langue maternelle, fier de pouvoir jongler entre ces deux prestigieuses traditions écrites. Lecteur insatiable, féru de linguistique, prisant la « logique farfelue des dictionnaires », l’écrivain a bâti toute son œuvre autour du langage et de la langue, fasciné par le mystère et le pouvoir des mots.

Né à Athènes en 1944 d’un père comédien, arrivé en France à 17 ans pour effectuer ses études, Vassilis Alexakis travaille d’abord en tant que dessinateur humoristique avant de devenir journaliste, notamment pour Le Monde. La dictature des colonels qui sévit à l’époque ne lui permet pas d’envisager une carrière littéraire en Grèce. Il commence donc dès 1967 à écrire ses textes en français, travaillant sans relâche à s’approprier cette langue, jusqu’à la faire totalement sienne. Traversé par un questionnement sur la langue et les origines, son roman La langue maternelle est récompensé par le prix Médicis en 1995. Installé à Paris, Vassilis Alexakis a depuis publié une dizaine de romans érudits et fantasques, aux forts accents autobiographiques, dont Ap. J.-C., grand prix du roman de l’Académie Française en 2007 .

En 2012, l’écrivain déploie ses talents de conteur dans L’enfant grec, un vrai-faux ouvrage autobiographique dans lequel Jean Valjean, D’Artagnan et d’autres grandes figures littéraires accompagnent un narrateur convalescent, errant dans les jardins du Luxembourg. Ce roman fou et jubilatoire s’inscrit dans la lignée de l’ensemble de l’œuvre de Vassilis Alexakis, couronnée en 2012 par le Prix de la langue française.

- Retour au sommaire


Bibliographie

- Sandwich (Stock, 2013) - réédition
- L’enfant grec (Stock, 2012)
- Le premier mot (Stock, 2010)
- Ap. J.-C. (Stock, 2007)
- Avant (Stock, 2006)
- La langue maternelle (Stock, 2006)
- L’aveugle et le philosophe (Editions Quiquandquoi, 2006)
- Paris-Athènes (Stock, 2006)
- Je t’oublierai tous les jours (Stock, 2005)
- Talgo (Stock, 2003)
- Les mots étrangers (Stock, 2002)
- La langue maternelle (Fayard, 1995 - prix Médicis en 1995)

- Retour au sommaire


Présentation de L’enfant grec :

C’est l’histoire d’un va-et-vient incessant entre deux jardins, celui de l’enfance, situé dans le quartier de Callithéa à Athènes, et le jardin du Luxembourg, où le narrateur erre péniblement, soutenu par ses béquilles. Il vient de subir une grosse opération, mais qui n’intéresse plus personne, sauf la dame qui tient les toilettes du jardin, un clochard nommé Ricardo, la directrice du théâtre de marionnettes et un vieil homme à cheveux blancs qui ressemble à Jean Valjean.
La solitude fait peu à peu surgir autour de lui tous les héros de son enfance, ceux qui ont réellement fréquenté le Luxembourg, comme Jean Valjean et les trois mousquetaires, mais aussi Tarzan qui ne comprend pas pourquoi on construit des maisons autour des jardins alors qu’il y a tant de places dans les arbres, des orphelins, des pirates, des Indiens et Richelieu qui surveille tout ce petit monde à travers les fenêtres du Sénat. Il y a aussi la mort, représentée par une marionnette géante vêtue de blanc qui a des pattes de poulet à la place des mains et une belle Italienne coulée dans du bronze.
Le bruit du monde parvient assourdi jusqu’au jardin : on entend les cris des jeunes gens qui manifestent place de la Constitution à Athènes, on apprend que Zorba a dansé dans le Bundestag devant les députés allemands. Comme les romanciers aiment bien envoyer leurs personnages sous terre, dans les égouts ou dans les terriers, l’histoire finira dans les catacombes. Jean Valjean aura la bonté de porter le narrateur sur son dos. On aura deviné que le personnage central du roman est la littérature.


Revue de presse :

- « En refermant ce roman tout fou et jubilatoire, nous vient le désir de replonger dans tous les livres qui bercèrent notre enfance et de faire comme l’auteur : saluer d’Artagnan d’une vigoureuse poignée de main et embrasser Elvire. Ou le contraire. »
Christine Ferniot, Telerama

- « Il y a du sourire, une douce autodérision, et une nostalgie de l’avenir chez notre guide grec qui n’a jamais aussi bien rendu hommage à Paris et à la France. Ne dit-il pas « le jardin du Luxembourg est devenu mon nouveau « pays » ? »
Mohammed Aïssaoui, Le Figaro

- « Ce qui est séduisant chez Vassilis Alexakis, c’est son art d’épingler de petites choses curieuses et drôles, de les tisser ensemble dans une chronique pince-sans-rire, douce-amère, émouvante et charmante... »

Bernard Pivot, le Journal du Dimanche

- Retour au sommaire


Présentation de Le premier mot :

Est-il vrai que le « ou » exprime la lourdeur comme le pense Victor Hugo et que le « r » évoque l’écoulement de l’eau comme l’affirme Platon ? Quelle est la durée moyenne de vie d’un mot ? Pourrait-on écrire un roman français en utilisant exclusivement des mots d’origine étrangère ? Pourquoi les grands singes utilisent-ils trois cris différents pour prévenir d’un danger ?
Une foule d’interrogations secondaires apparaissent autour de la question principale : quand les hommes ont-ils parlé ? Et qu’est-ce qu’ils ont dit quand ils ont parlé ? Quel a été le premier mot ?
Le problème fait d’autant plus rêver qu’il est difficile à résoudre. Il fallait donc un roman pour l’aborder. Le premier mot est avant tout l’histoire d’un homme, Miltiadis, né en Grèce, professeur de littérature comparée à Paris, qui aimerait, avant de mourir, connaître ce mot. Hélas, il meurt avant de l’avoir découvert. C’est sa soeur, une femme d’une soixantaine d’années, qui se chargera d’élucider l’énigme. Elle rencontrera des scientifiques de tous bords, qui lui parleront du cerveau humain, du langage des bébés, des chimpanzés et de l’homo sapiens, de Darwin et des créationnistes, de Rousseau et d’un roi d’Égypte qui avait fait élever ses enfants loin du monde pour voir dans quelle langue ils s’exprimeraient spontanément.
On verra évoluer autour d’elle plusieurs personnages ; Aliki, la femme du disparu, Théano, sa fille, Jean-Christophe, son ami de toujours, Bouvier, son vieux maître, un professeur de linguistique américain qui meurt dans les bras d’une femme dont il ne connaît pas la langue, une mendiante roumaine qui apprend le français sous la couverture qui lui sert d’abri, et Audrey, une jeune fille sourde, qui se prépare à participer à une représentation d’Antigone en langue des signes. Il semble que nos ancêtres gesticulaient beaucoup avant de commencer à parler, comme d’ailleurs nous continuons à le faire.
La passion que met cette femme à mener son enquête jusqu’au bout donne la mesure de sa détresse. Comme elle ne peut pas échouer, elle réussira.

- Retour au sommaire

Œuvre

 

Le sandwich

Stock - 2013
« Le Sandwich était le titre de mon premier roman, qui n’a jamais été réédité, ce qui est bien regrettable. Je me souviens que je donnais la longueur exacte de l’avenue des (...)
 

L’enfant grec

Stock - 2012
C’est l’histoire d’un va-et-vient incessant entre deux jardins, celui de l’enfance, situé dans le quartier de Callithéa à Athènes, et le jardin du Luxembourg, où le narrateur erre (...)
 

Le premier mot

Stock - 2010
Est-il vrai que le « ou » exprime la lourdeur comme le pense Victor Hugo et que le « r » évoque l’écoulement de l’eau comme l’affirme Platon ? Quelle est la durée moyenne de vie d’un (...)
 

Ap. J.-C.

Stock - 2007
L’histoire commence aujourd’hui, à Athènes, chez Nausicaa, une dame de quatre-vingt-neuf ans, qui demande à l’étudiant qu’elle héberge de mener une enquête sur les moines du Mont (...)
 

Avant

Stock - 2006
Avant. Ici, les gens distinguent le jour de la nuit uniquement grâce au bruit du métro de la station la plus proche. Mais proche de quoi ? Tous s’épuisent à creuser une galerie. (...)
 

La langue maternelle

Stock - 2006
Pavlos est rentré à Athènes sans raison précise et sans même réserver son billet de retour pour Paris où il vit et travaille depuis plus de vingt ans. Il redécouvre une ville, une (...)
 

L’aveugle et le philosophe

Quiquandquoi - 2006
 

Paris-Athènes

Stock - 2006
Ce sont les mots, bien sûr, qui occupent le devant de la scène dans cette autobiographie aux allures de roman : les mots appris à Athènes et à Santorin il y a longtemps, les mots (...)
 

Un homme, qui ressemble à Vassilis Alexakis, s’adresse à une personne qu’il connaît bien, une femme qui lui manque et à laquelle il a besoin de se raconter. Il lui plaît de délivrer (...)
 

Talgo

Stock - 2003
Éléni, une jeune Athénienne, évoque la fin de sa liaison avec Grigoris - Grec installé à Paris - leur première rencontre, leurs retrouvailles à Barcelone, puis encore cette rupture (...)
 

Les mots étrangers

Stock - 2002
Tout a commencé par un constat, une sensation, un sentiment. Le narrateur des mots étrangers qui ressemble à Vassilis Alexakis comme un frère s’est demandé s’il n’avait pas épuisé (...)
 

Vidéos

 

Les grands débats en vidéo

Saint-Malo 2013

L’avenir du roman

Débat ouvert par Michel Le Bris, dans le cadre de l’Edinburgh World Writer’s Conference

 

 

Les cafés littéraires

Saint-Malo 2013

Comment tout a commencé

Participants : Vassilis ALEXAKIS, Mark BEHR et Pete FROMM

 

Les débats audios

 
Saint-Malo 2013

Sport et littérature : des histoires d’amours

Avec Benoît HEIMERMANN, Bernard CHAMBAZ, Frédéric ROUX, Vassilis ALEXAKIS, Maylis DE KERANGAL, Adrien BOSC.

 
Saint-Malo 2013

Fous de foot

Avec Vassilis Alexakis et Charles Juliet.

 
 
Ses festivals

Saint-Malo

  • 1993
  • 1998
  • 2003
  • 2013


  • Bamako

  • 2003


  •