Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

BELL Madison Smartt

Etats-Unis

La ballade de Jesse W. : Anything Goes (Actes Sud, 2009)

Haïti, 2007
© Gael Le Ny

Romancier américain, Madison Smartt Bell est aujourd’hui mondialement connu. Traduit aux quatres coins du monde, ses romans se vendent du Japon au Brésil, des Etats-Unis à l’Espagne en passant bien sûr par la France. Finaliste en 1995 du National Book Award, l’un des plus prestigieux prix littéraire aux USA, Le soulèvement des âmes, a remporté l’année suivante le Anisfield-Wolf Award du meilleur livre de fiction de l’année. Cet ouvrage, premier volet d’une trilogie historique sur Haïti, était son huitième roman. Il en a publié quatre autres depuis dont le dernier, La ballade de Jesse W., vient de paraître.

Né en 1957, il grandit dans une ferme du comté de Williamson au Tennessee. Diplômé de Princeton et de la Hollin University (Virginie), il passe plusieurs années entre New-York et Londres avant de s’installer à Baltimore où il vit désormais avec sa femme Elizabeth Spires, poète, et sa fille. Soucieux de partager sa passion, il participe à de nombreux programmes de "creative writting" et enseigne actuellement l’Anglais au Goucher College, une école spécialisée dans les arts liberaux au Nord de Baltimore. Critique littéraire, il publie aussi régulièrement des chroniques dans différents magazines américains de réference tels que Harper’s, le New York Review of Books ou le New York Times Book Review.

in English


Bibliographie :


Présentation de La ballade de Jesse : Anything goes :

Jesse a vingt ans, d’amers souvenirs familiaux, Kurt Cobain pour héros et la musique comme unique compagne. A la suite de la défection brutale, juste avant le début d’une nouvelle tournée, du bassiste du groupe, Perry le manager des Anything Goes, engage Jesse en catastrophe. Plus âgés que lui, les autres musiciens tiennent bientôt lieu à Jesse (le "melungeion", le métis) de famille d’adoption. Sur la route qui les mène tout au long de la côtes est, au fil des concerts donnés dans les bars minables qui sont leur lot, le jeune homme fait l’expérience de la scène, des rivalités sur fond de bourbon et de bière, des chambres de motel pouilleuses, des conquêts d’un soir, et des rencontres avec des spécimens d’humanité passablement cabossés par l’existence quels que soient leur sexe ou leur âge.
Avec ce road-novel dont la "bande-son" fait entendre les standards des grandes années du rock, de la country et du blues (de Hendrix à Clapton, des Rolling Stones à Nirvana ou de Joni Mitchell à Emmylou Harris, entre autres), Madison Smartt Bell met en scène un microcosme humain dont l’aventure collective, sur les routes d’un Deep South qui n’en a pas fini avec le racisme et le cynisme ordinaires, permet à un jeune métis au destin fracassé de se réconcilier enfin avec sa vie et le regard des autres à travers la musique. Dans cet émouvant "portrait de groupe" aux accents autobiographiques, Madison Smartt Bell laisse libre cours à une forme de simplicité et de tendresse jusqu’alors inédite dans son œuvre et révèle, pour la première fois, le musicien, le chanteur et l’auteur de chansons qu’il est également.

Présentation de Toussaint Louverture :

Né dans l’esclavage, artisan de la première – et de la seule – révolution d’esclaves de toute l’Histoire, contemporain de la Révolution française puis de Napoléon Ier, Toussaint Louverture, personnalité complexe, fut assurément l’une des plus fascinantes figures de l’Histoire du Nouveau Monde. Madison Smartt Bell rend justice à ce personnage trop peu connu dans cette magistrale biographie où le talent du romancier s’allie à une érudition sans faille.
En 1791, l’île de Saint-Domingue était la plus riche des colonies de tout l’hémisphère occidental. Elle était, aussi, celle qui était régentée de la manière la plus cruelle : plus d’un tiers des esclaves en provenance d’Afrique trépassaient dans les quelques années qui suivaient leur arrivée. Treize ans plus tard, les rebelles haïtiens proclamaient leur indépendance vis-à-vis de la France après la première – et la seule – révolution d’esclaves de toute l’Histoire. Le succès de ce soulèvement peut en grande partie être attribué à un homme, Toussaint Louverture – dont il est surprenant que le destin soit à ce point encore méconnu.

La couleur de la nuit

Actes Sud - 2011

De l’initiation sexuelle et criminelle dispensée par les sectes “mansoniennes” à la fin des années 1960, à la réactivation, chez l’une de leurs anciennes adeptes, d’une fascination pour la destruction au moment de l’effondrement des tours du World Trade Center, une variation sur les séductions de la dépravation et de la barbarie, où Madison Smartt Bell, à travers le personnage d’une Médée des temps modernes, convoque les mythes archaïques ayant fait le lit des cultes dionysiaques, pour, entre “terreur et pitié”, cartographier, au temps présent, les ténébreux enfers de la souffrance quand celle-ci se mue en extase de la catastrophe. Une mise en abyme nécessaire à l’heure où la violence tend à modifier les facultés de représentation dont toute civilisation est tributaire. Après sa journée de travail dans un casino planté en lisière du désert du Nevada, où elle côtoie les desperados du jeu et quelques tueurs à gages occasionnels qu’elle méprise, Mae a pour habitude, une fois sa passion pour les viandes outrageusement saignantes assouvie, de regagner sa caravane. D’où elle ressort, fusil en main, afin de se livrer à de nocturnes équipées solitaires dans les paysages désolés et peuplés de coyotes qui forment son environnement immédiat… Depuis la récente attaque contre le World Trade Center, s’est cependant substitué à ce “passe-temps” le visionnage compulsif de vidéos du désastre, Mae ayant reconnu sur l’une d’entre elles le visage convulsé de Laurel, son amour de jeunesse, perdue de vue depuis trente ans. Sur l’incandescente histoire d’amour qui a jadis lié les deux jeunes femmes et sur les expériences extrêmes qu’elles ont partagées au sein d’une secte à la fin des années 1960, Mae, s’adressant au lecteur comme depuis les Enfers, a édifié un mythe aussi personnel que définitif : elle se perçoit comme la descendante en ligne directe d’un culte dionysiaque dont la secte n’a jamais constitué qu’un avatar. En s’imprégnant de souffrance puis en infligeant cette souffrance à autrui (comme elles le firent jadis sous la férule de D., leur gourou) – dit-elle à Laurel qu’elle a enfin réussi à joindre par téléphone – toutes deux se sont à jamais séparées de leur semblables. Mais de tels propos n’atteignent plus une Laurel devenue mère, qui enseigne dans une école privée de New York et a tiré un trait définitif sur ce passé… Face au déni de sa bien-aimée et complice d’autrefois, au fil de scènes troublantes d’intensité et de cruauté, aux limites de l’onirisme, Mae se souvient : après avoir passionnément étanché l’une avec l’autre les pulsions homosexuelles qu’elles se sont découvertes, les deux jeunes femmes ont été les victimes plus ou moins consentantes d’abus sexuels ritualisés au sein d’un groupe fédéré tant par D., le gourou, que par la figure charismatique de O., un musicien révéré par tous les membres de la secte, féminins comme masculins. Jalousie, affects délirants, états seconds et rapports de pouvoir aidant, Mae et Laurel, mettant à contribution les enseignements sanguinaires et orgiaques prodigués par D. à coups de manipulation sexuelle, de télépathie et de substances hallucinogènes diverses, ne tardent pas à rentabiliser l’expérience pour leur propre compte en recourant à une pratique toujours plus décomplexée de la violence – avant de s’entre-déchirer et de mettre en pièces leur propre “association”. La folle insistance de Mae, son fol amour, conduisent bientôt Laurel, qui n’a pas perdu tous ses réflexes d’antan, à mandater un tueur à gages pour éliminer son ancienne compagne. Traquée, Mae abat son poursuivant et s’enfuit dans l’intention de provoquer l’ultime face-à-face avec Laurel, dans les parages de Ground Zero… Dans cette variation très personnelle sur les cultes dionysiaques, Madison Smartt Bell réactive et reconfigure une mythologie plus récente : celle qui accompagna le parcours, de sinistre mémoire, de la “famille Manson” (lequel culmina avec la barbarie de l’assassinat perpétré sur la personne de l’actrice Sharon Tate, épouse de Roman Polanski, alors enceinte d’un enfant, ainsi que sur quatre autres victimes). Portant un regard pénétrant sur le statut de la violence aux Etats-Unis – sur le plan collectif comme individuel – l’écrivain crée, avec Mae, un personnage d’une complexité puissamment inédite, dont le rêve de sanctuaire amoureux aux allures de cauchemar se structure autour de failles psychiques béantes, et d’une aliénation par la souffrance qui l’a radicalement marginalisée et chez qui les images du 11 Septembre exercent un pouvoir de fascination fondé sur un érotisme du carnage et du cataclysme. Depuis son tout premier roman The Washington Square Ensemble (publié en 1983 et inédit en français), Madison Smartt Bell explore la nature de la violence et les séductions de l’anarchie. Son œuvre regorge de personnages d’outsiders et de nihilistes qui incarnent une implacable méditation sur le Mal, laquelle trouve sans doute son aboutissement romanesque avec le personnage de Mae. Au fil de La Couleur de la nuit, Madison Smartt Bell sonde en effet les profondeurs empoisonnées où l’Eros se soutient de la souffrance d’autrui. En explorant une aspiration récurrente de l’homme à se délivrer de sa conscience, à appartenir à un groupe et à suivre des “leaders” susceptibles de sanctifier jusqu’à la dépravation, il met l’accent sur une archaïque propension (bien avant Charles Manson ou les attentats-suicides) à s’adonner à l’ivresse et à la barbarie ritualisées, sous les espèces de cultes mystérieux. De Médée à Orphée, d’Euridyce aux Ménades, le roman convoque, sous d’autres noms et d’autres cieux, les éternels voyageurs au pays du chaos et de la mort, où la destruction crée l’extase et où l’illusion façonne l’enfer au sein d’une fable impressionnante qui parlera aux lecteurs de James Ellroy et de Cormac McCarthy.


Le maître des carrefours

Actes Sud - 2004

Sur la route

Saint-Malo 2009
Lundi : 16h00 - Sur la route
Eric Sarner, Madison-Smartt Bell. Animé par Géraldine Delauney

Leurs Amériques

Saint-Malo 2009
Dimanche : 14h00 - Leurs Amériques
avec Jake Lamar, Madison-Smartt Bell, Richard Lange et Craig Johnson

Musique des lettres

Saint-Malo 2009
Samedi : 14h00 : Musique des lettres
Madison-Smartt Bell, Arni Thorarinsson, Richard Lange, Michel Dintrich. Animé par Jean-Claude Lebrun