logo
Le dico des auteurs


EL ASWANY Alaa

Égypte

20 mars 2015.
 

Biographie

 

Biographie

JPEG - 30.3 ko
© Marc Melki

Figure phare de la révolution égyptienne de janvier 2011, l’écrivain Alaa El Aswany s’est fait connaître en 2002 avec L’Immeuble Yacoubian, véritable best-seller dans le monde arabe. Vendue à plus de 100.000 exemplaires dans son édition arabe, cette fresque sociale sur la vie égyptienne, d’abord traduite en langue anglaise, est publiée en France en 2006, au moment où sort sur les écrans l’adaptation produite par Adel Dib.

Alors qu’il exerce encore son premier métier de dentiste au centre du Caire, en janvier 2011, le Printemps Arabe tire Alaa El Aswany de son cabinet. Héraut de la démocratie, il s’illustre lors de la révolution égyptienne, aussi bien dans les médias qu’aux côtés des Égyptiens sur les estrades de la place Tahir. "Hier, j’ai parlé devant 5 000 personnes, la télé a dit qu’il y en avait 100. On ne peut plus faire ça aujourd’hui. La dictature la plus fermée au monde serait moins bête", confie-t il aux envoyés spéciaux de Télérama le mercredi 1er février 2011. Les médias égyptiens lui accordent une place de choix dans les mois qui suivent : le 2 mars 2011, il affronte le premier ministre par intérim nommé par Moubarak, Ahmed Chafik, lors d’un débat télévisé. Ce dernier donnera sa démission du gouvernement le lendemain. Très marqué par Gabriel García Márquez et son Automne du Patriarche, il prédit en janvier 2011 aux médias étrangers que Moubarak suivra la même trajectoire que le héros du roman, passant du déni de la contestation à la fuite précipitée en avion.

Avec Chroniques de la Révolution égyptienne, Alaa El Aswany revient sur les mois de révolte et le vent de liberté qui a soufflé sur l’Égypte en 2011. Au travers d’une série de textes publiés dans des journaux égyptiens, ce recueil offre au lecteur français un recul appréciable sur les événements, analysant en profondeur les impasses de la société égyptienne et les rouages de la dictature, invitant notamment à regarder la condition des femmes comme un symptôme des blocages de la société égyptienne. Le livre se ferme enfin sur l’évocation d’une dernière menace anti-démocratique.
Alors que les Égyptiens goûtent peu à peu à la démocratie, ils décident de confier leur destin aux Frères Musulmans en leur accordant près de 47% des sièges de l’Assemblée Nationale en janvier 2012. Jamais à court de combats, c’est dans la lutte contre les valeurs de l’Islam Wahhabite et Salafiste, dans leur perversion de la religion, que la révolution égyptienne doit continuer : "comme si Dieu avait révélé l’islam dans le seul but de couvrir les cheveux des femmes, et non d’établir la justice, la liberté et l’égalité." Alaa El Aswany termine ainsi chacune de ses chroniques par la phrase "La démocratie est la solution" : une réponse au slogan des Frères musulmans "l’Islam est la solution".

L’auteur revient en 2014 à la forme romanesque avec Automobile Club d’Egypte, qui nous plonge dans l’Egypte de la fin des années 40. Pour Alaa El Aswany, revenir au passé est une autre façon de parler du présent : "toutes les questions humaines qui ont conduit à la révolution actuelle sont déjà dans le roman", déclare-t-il. Le club dont il est question ici est un microcosme de la société égyptienne avant la venue au pouvoir de Nasser ; une élite, liée à la monarchie, se vautre dans le luxe tandis que le peuple est asservi. Une façon pour l’auteur de dresser un parallèle entre la révolution de 1952 et le soulèvement du printemps arabe.

Aujourd’hui, quatre ans après la Révolution, où en est l’Égypte ? Le nouveau livre d’Alaa El Aswany, Extrémisme religieux et dictature. Les deux faces d’un malheur historique, réunit une série d’articles qu’il écrit et publie en Égypte. Il explique que la mauvaise interprétation de la religion qui pousse vers le fascisme religieux est très proche de la montée de la dictature : ce sont les deux aspects d’une même idée. Il revient sur le thème de la religion : comment elle est pratiquée, comment l’interprétation plus ouverte de la fin du XIXème siècle a été détournée par des forces politiques, économiques, par le wahhabisme qui, financé et soutenu par l’argent du pétrole depuis les années 70, est très présent dans la pratique de l’Islam en Egypte. Plusieurs de ses chroniques parlent entre autres de la situation des femmes, du rapport aux corps, du rapport aux étrangers, ainsi que du rapport aux autres religions, restant très critique vis-à-vis de la politique en Égypte.


Bibliographie :

- Extrémisme religieux et dictature. Les deux faces d’un malheur historique (Actes Sud, 2014)
- Automobile Club d’Egypte (Actes Sud, 2014)
- Chroniques de la Révolution égyptienne (Actes Sud, 2011)
- J’aurais voulu être Égyptien ( Actes Sud, 2009)
- Chicago (Actes Sud, 2008)
- L’immeuble Yacoubian (Actes-Sud, 2006)

Actualité

 
Essais

Extrémisme religieux et dictature. Les deux faces d’un malheur historique

Actes Sud - 2014

EXTRÉMISME RELIGIEUX ET DICTATURE sont les deux faces d’un même malheur historique. Voici plus de trente ans que les Égyptiens – et avec eux tous les peuples arabes – sont acculés face à ce dilemme : impossible sans démocratie d’en finir avec le fascisme religieux, impossible de bâtir la démocratie sans mettre fin au fascisme religieux. Entre ces maux d’égale nocivité il n’y a pas à choisir : il faut les combattre tous deux avec une même ardeur. C’est sur cette difficile ligne de crête que les Arabes doivent se maintenir s’ils souhaitent redevenir pleinement sujets de leur propre histoire. Cette problématique qui sous-tend toute l’œuvre littéraire d’Alaa El Aswany est également le thème central de la chronique hebdomadaire par laquelle, depuis cinq ans, il poursuit au grand jour son double combat pour la liberté.
Tant que les femmes ne seront pas considérées comme des êtres humains à part entière, tant que les coptes et les bahaïs d’Égypte, tant que les chiites de Bahrein et d’Arabie Saoudite ne seront pas totalement égaux en droits avec les autres citoyens, les peuples arabes ne pourront pas secouer les chaînes de leur servitude. Liberté, égalité, justice, démocratie : pendant cinq ans – avant la révolution de 2011, puis tout au long des péripéties qui ont suivi –, l’auteur de L’Immeuble Yacoubian a martelé ces mots pour mieux les faire pénétrer dans la conscience de ses concitoyens.
Ces valeurs sont-elles incompatibles avec l’islam ? Non, nous dit-il, mais elles le sont avec ce que l’islam est devenu, au terme de siècles de décadence et de tyrannie, dans sa version la plus caricaturale, celle d’un salafisme sclérosé aux références médiévales propagé grâce à l’argent du pétrole sur le terrain propice de sociétés en crise. Au cœur de la religion se trouvent des valeurs spirituelles – ou humaines – universelles. Tout le reste – les rites, la charia – est une construction opportuniste au service d’une volonté de pouvoir, un moyen d’asservir les hommes et de les aveugler.

Traduit de l’arabe par Gilles Gauthier

Œuvre

 
Dans un club huppé dont l’accès est strictement réservé aux étrangers et à quelques aristocrates locaux, un ancien valet de chambre du roi Farouk assure la fonction de majordome avec (...)
 

Romans

Automobile Club d’Égypte

Actes Sud - 2014
En cette fin des années 1940, sous les pales des ventilateurs de l’Automobile Club du Caire, l’Égypte des pachas et des monarques flirte avec aristocrates et diplomates de tout (...)
 

EXTRÉMISME RELIGIEUX ET DICTATURE sont les deux faces d’un même malheur historique. Voici plus de trente ans que les Égyptiens – et avec eux tous les peuples arabes – sont acculés (...)
 

Chroniques de la révolution égyptienne

Actes Sud (Babel) - 2013
Les cinquante chroniques réunies dans ce livre sont des instantanés de la réalité, elles s’emparent d’une anecdote ou d’un fait divers, développent une argumentation et finissent (...)
 

“Si je n’étais pas né égyptien, j’aurais voulu être égyptien”, la célèbre citation de Mustapha Kamel donne le ton de ce recueil : voici l’Egypte placée sous le feu d’un écrivain amoureux (...)
 

Chicago

Actes Sud - 2008
Même vue de loin, des couloirs d’une université - d’une société - américaine amie-ennemie toute en contrastes, l’Egypte reste au coeur du nouveau roman d’Alaa El Aswany et de ses (...)
 

L’immeuble Yacoubian

Actes Sud - 2007
Connaissez-vous Alaa El Aswany ? C’est un véritable phénomène, avec cent mille exemplaires de L’Immeuble Yacoubian vendus en quelques mois, un film en cours de tournage avec une (...)
 

Vidéos

 

Les grands débats en vidéo

Saint-Malo 2012

Atelier-monde : le peuple qui manque

Avec Patrick Chamoiseau, Shumona Sinha, Alaa El Aswany, Makenzy Orcel, Daniel Bougnoux, Philippe Mouillon

 

 

Les cafés littéraires

Saint-Malo 2008

Ecrivains-Monde


Avec Alaa EL ASWANY, Dany LAFERRIERE, Magyd CHERFI

 
Saint-Malo 2006

Ecrire la ville

 
Saint-Malo 2012

Grands témoins

Elias Sambar, Alaa El Aswany et Samar Yazbek

 

Les débats audios

 
Saint-Malo 2015

Débat : La place du religieux


Avec Alaa El Aswany, Kamel Daoud, Phillippe Val, Boualem Sansal, Parker Bilal.

 
Saint-Malo 2015

Journalistes, écrivains, au défi du monde


Avec Alaa El Aswany, Kamel Daoud, Serge July et Axel Salvatori-Sinz

 
Saint-Malo 2015

Mensonges

Avec Alaa El Aswany, Elise Fontenaille-N’Diaye, Jean-Christophe Rufin, Manon Loizeau, Mehran Tamadon et Olivier Weber. Débat animé par Pierre Haski

 
Saint-Malo 2012

Printemps Arabes - Un an plus tard

Avec Alaa El Aswany, Hisham Matar, Wassyla Tamzali et Sofia Djama

 
Saint-Malo 2012

L’urgence de l’imaginaire

Avec Leïla Kilani, la réalisatrice de "Sur la planche", Alaa El Aswany, Raja Shehadeh, Paolo Rumiz et Hubert Haddad

 
Saint-Malo 2008

Villes Monstres, Villes Lumières

Avec : XINRAN, Alaa El ASWANY, Santiago GAMBOA, Anya ULINICH

 
Saint-Malo 2008

Terres promises, paradis perdus, terres conquises

Avec : Wendy GUERRA, Alaa EL-ASWANY, Minh TRAN HUY, Alona KIMHI