Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

GAMBOA Santiago

Colombie

Le syndrome d’Ulysse (Anne-Marie Métailié, 2007)

Santiago Gamboa
© Daniel Mordzinski

Né en Colombie en 1966, Santiago Gamboa a étudié la littérature à l’université de Bogotá jusqu’en 1985, puis la philologie hispanique à Madrid. Il est l’auteur d’une thèse de doctorat à la Sorbonne sur la littérature cubaine. Journaliste au service de langue espagnole de RFI, correspondant du quotidien El Tiempo de Bogotá à Paris, Santiago Gamboa est actuellement attaché culturel de la Colombie à l’UNESCO. Chez Santiago Gamboa, l’autobiographie nourrit la fiction...

Il est l’auteur de plusieurs livres, dont Perdre est une question de méthode. Traduit dans six langues, ce livre est devenu un best-seller international. Son titre vient d’une phrase de l’auteur Luis Sepúlveda : « J’ai perdu. J’ai toujours perdu. Ca ne m’irrite pas, ça ne m’inquiéte pas. Perdre n’est qu’une question de méthode ».
Perdre est une question de méthode a été adapté au cinéma par le réalisateur Colombien Sergio Cabrera. Le film, sortit en France en juillet 2005, a fait partie des sélections de la Mostra de Venise et du Festival des films du Monde à Montréal.

Pour Santiago Gamboa « L’histoire de la Colombie n’est qu’une succession de défaites : la guerre, la violence, la corruption… Un entraîneur de football disait qu’il était préférable de perdre : cela permettait d’apprendre. Nous avons perdu dans beaucoup de domaines mais dans l’art nous avons gagné. Nous nous sommes nourris de tous ces moments de crise à travers l’écriture ».

Le syndrome d’Ulysse est son quatrième roman publié en France. Il a reçu un accueil enthousiaste chez les jeunes latino-américains.


Bibliographie :

  • Le syndrome d’Ulysse (Anne-Marie Métailié, 2007)
  • Les Captifs du Lys blanc (Anne-Marie Métailié, 2002, 2007)
  • Esteban le héros (Anne-Marie Métailié, 2003)
  • Perdre est une question de méthode (Anne-Marie Métailié, 2003)

Argumentaire de Le syndrome d’Ulysse :

Paris est toujours un merveilleux fantasme pour les jeunes écrivains latino-américains, Esteban vient y étudier la littérature, mais il y découvre aussi la pluie, le froid, la solitude et la plonge dans le sous-sol d’un restaurant coréen. Il rencontre d’autres émigrés, coréens, marocains, latino-américains, roumains, africains, tous porteurs d’une histoire qu’ils nous racontent avec sincérité. Tous jeunes, désespérés, inventifs et sans le sou, ils trouvent le salut dans leur solidarité, leur amitié, et se raccrochent à l’unique chose qui leur prouve leur humanité : le sexe. À travers lui, ils se retrouvent égaux et peuvent croire un instant que tout peut changer.

Esteban est un amoureux maladroit, sincère et volage, qui souffre de la jalousie et de l’abandon tout en pratiquant avec enthousiasme une vie érotique échevelée et drôle qui le conduira à ce pour quoi il est venu à Paris, l’écriture. Romancier traitant avec une infinie tendresse ses personnages ballottés dans un monde de misère et de désespoir, Santiago Gamboa se place à l’ombre de Henry Miller pour nous raconter avec distance et un humour exceptionnel ces Jours tranquilles dans un Paris moderne au cœur de la mondialisation. Un roman prenant, juste, plein d’énergie vitale, et magnifiquement écrit.


Entretien, Lire, octobre 2007

Prières nocturnes

Anne-Marie Métailié - 2014

Manuel, un étudiant en philosophie colombien, est accusé de trafic de drogue et emprisonné à Bangkok. Il risque la peine de mort s’il ne reconnaît pas sa culpabilité, mais sa préoccupation principale c’est de pouvoir revoir sa soeur, disparue. Touché par son histoire le consul colombien, mélancolique et amateur de cocktails, se lance à la recherche de la jeune femme pour convaincre Manuel de défendre sa vie. Dans une prose limpide teintée de tristesse, ce roman raconte l’histoire d’une femme prête à tout pour défendre son idée de la justice et permettre à son frère de vivre ses rêves, et d’un étudiant qui n’hésite pas à courir le monde pour rechercher la seule personne qui lui a donné son amour. C’est aussi l’histoire d’une famille immergée dans une société violente, une petite-bourgeoisie prisonnière du qu’en dira-t-on et de la fascination pour une richesse inaccessible. Formidable raconteur d’histoires, Santiago Gamboa nous emmène à travers le monde sur les traces de son héroïne, passionnée et cynique, qui retourne l’instrumentalisation de sa beauté contre ceux qui veulent l’exploiter et fait d’un amour fraternel une raison de vivre.


Necropolis 1209

Anne-Marie Métailié - 2010

Au sortir d’une longue maladie, un écrivain est invité à un congrès de biographes à Jérusalem, métaphore d’une ville assiégée par la guerre et sur le point de succomber. Comme dans un moderne Decameron, les vies extraordinaires des participants laissent perplexe le héros de ce tour de force littéraire et stylistique. Parmi les participants de ce congrès, on croise le libraire bibliophile Edgar Miret Supervielle, l’actrice italienne de cinéma porno Sabina Vedovelli, l’entrepreneur colombien Moises Kaplan et surtout José Maturana, ex-pasteur évangélique, ex-forçat, ex-drogué, qui dans la langue puissante des rues les plus sordides raconte l’itinéraire de son sauveur, le charismatique Messie latino de Miami.


Esteban le héros

Anne-Marie Métailié - 2003

Les captifs du lys blanc

Anne-Marie Métailié - 2002

Patries Imaginaires

Saint-Malo 2008

Villes Monstres, Villes Lumières

Saint-Malo 2008