logo
Le dico des auteurs


FIGNOLE Jean-Claude

Haïti

26 juin 2006.
 

Biographie

 

Fondateur, avec Franketienne et René Philotète, du mouvement littéraire spiraliste avec lequel il a pris ses distances depuis, Jean-Claude Fignolé est l’un des intellectuels Haïtiens de tout premier plan.
Né en 1941 en Haïti, il fait des études de droit et d’agronomie, devient critique d’art et se met à écrire. Tour à tour critique littéraire (spécialiste de Jacques Roumain), journaliste et enseignant, il publie ses premiers romans au Seuil dans les années 1980. Il se consacre aujourd’hui entièrement à l’écriture et au développement du petit village Les Abricot, dans la grande Anse, dont il est le maire.


Liens :

- Pour plus de renseignements, consultez la base de données d’île en île

- Lire le portrait de Jean-Claude Fignolé sur Liberation.fr


Romans :

- Une heure pour l’éternité (Sabine Wespieser, 2008)
- Moi, Toussaint Louverture (Plume et encre, Montréal, 2003)
- La dernière goutte d’homme (Montréal : Regain / CIDIHCA, 1999)
- Hofuku (Éditions Mémoire, Port-au-Prince, 1993)
- Aube tranquille (Seuil, 1990)
- Les Possédés de la pleine lune (Seuil, 1987)

Essais :

- Voeu de voyage et intention romanesque. Port-au-Prince : Fardin, 1978.
- Sur Gouverneurs de la rosée : hypothèses de travail dans une perspective spiraliste. Port-au-Prince : Éditions Fardin, 1974.
- Pour une poesie de l’authentique et du solidaire : « ces iles qui marchent » de René Philoctète. Port-au-Prince : Éditions Fardin, 1971.
- Etzer Vilaire, ce méconnu. Port-au-Prince : Imprimerie Centrale, 1970.

Nouvelles :

- Nouvelles d’Haïti (Magellan & Cie, 2007)
- « Faux Bourdons » in Paradis Brisé, nouvelles des Caraïbes (Collection Étonnants Voyageurs, Hoëbeke, 2004 : 87-131)


Argumentaire de Une heure avant l’éternité :

Saint Domingue, 1802. Pour mater Toussaint Louverture et rétablir l’esclavage, Napoléon Bonaparte a envoyé un corps expéditionnaire. Il s’agissait aussi de renflouer les caisses de l’Etat en reprenant la plus prospère des anciennes colonies, et... d’éloigner de son frère l’incestueuse et volage Pauline. Le général Victor-Emmanuel Leclerc, chef du corps expéditionnaire et mari de Pauline, se meurt de la fièvre jaune. Même si Toussaint Louverture croupit au fort de Joux, les soldats de métropole ont échoué dans leur reconquête, victimes des maléfices de la terre caraïbe, devenue l’instrument de la vengeance des Noirs. Trois voix alternent pendant cette heure d’agonie hallucinée : entre deux spasmes, Leclerc, mari cocu et piètre politique, invoque la raison d’Etat pour justifier la sauvagerie de sa répression. Fruits de son imagination déjà délirante, ses conversations avec l’ombre de Toussaint Louverture posent pourtant clairement les enjeux de cette page très sombre des relations entre la France et Haïti. Le monologue de Pauline, lui, est hanté par ce qu’elle a vu sur les bateaux de la rade : les corps des Noirs pendus et torturés. La voix de la fidèle servante corse, Oriana, témoigne, impuissante, de l’inéluctable : la troupe elle aussi se meurt, alors que Pauline, dans une quête effrénée des plaisirs, tente malgré tout de se divertir. Une heure pour l’éternité est un livre où la mort rôde, mais où la vie éclate à chaque page : à l’heure où l’on débat de repentance, Jean-Claude Fignolé, dans une langue lyrique et vigoureuse, accomplit le tour de force de se glisser dans la peau des colonisateurs pour mieux rappeler les valeurs révolutionnaires qu’ils ont trahies.

Œuvre

 

Les possédés de la pleine lune

Vents d’Ailleurs - 2012
Les habitants du petit village côtier des Abricots mènent une existence que la misère et les calamités naturelles transforment en lutte quotidienne. Une bête à sept têtes cause (...)