Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

CHOQUE PHOTOS

Brésil

Auteur du visuel de l’affiche Etonnants Voyageurs 2011

Biographie

Etalant à l’infini le béton de ses façades, asphyxiant chaque jour ses 20 millions d’habitants dans les gaz d’un trafic automobile anarchique, cernée par quelques 1500 favelas, Sao Paulo, première ville du Brésil, est un véritable monstre urbain. Depuis 2006, le jeune Choque a trouvé dans la photographie un « instrument d’autodéfense » contre cet environnement chaotique.

Pendant deux ans il a suivi de l’objectif les virées nocturnes de « pixadores », ces bandes de jeunes surgissant des zones périphériques bombe de peinture à la main pour, au mépris de la police et du vertige, recouvrir des immeubles entiers de signes cabalistiques.

Car Sao Paulo est, à la nuit tombée, le théâtre d’une véritable guérilla symbolique : une fronde artisanale, massive et anonyme menée par la jeunesse des quartiers miséreux contre l’invisibilité sociale.

Le phénomène est unique au monde par son ampleur comme par son esthétique.
Le nombre de façades envahies par ces étranges hiéroglyphes monochromes dépasse largement l’ensemble des situations de graffiti connues à ce jour.

Loin des fresques colorées de New-York, la typographie du « pixaçao » est également singulière. La bizarre ressemblance qu’on peut trouver entre ces innombrables signatures illisibles et les runes des anciens alphabets scandinaves n’est pas un hasard : c’est en effet l’iconographie des pochettes de heavy-metal anglo-saxon des années 80 (AC/DC, Iron Maiden, Slayer), largement reprise à l’époque par la bouillonnante scène « trash metal » brésilienne, qui a nourri l’esthétique noire et anguleuse du « pixaçao ».

Véritable agression esthétique, le phénomène marque le paysage de Sao Paulo comme une cicatrice. Les photos que Choque en a tiré, exposées dans de nombreux pays du continent et lors de la fameuse Biennale Internationale d’Art de Sao Paulo en 2010, témoignent de ce qu’il considère comme le « symptôme d’une maladie sociale chronique ».


Bibliographie :

  • Born in the Streets, Hervé Chandés, catalogue d’exposition ( Fondation Cartier, Thames & Hudson, 2009)
  • Choque Photos, Sérgio Franco (Juxtapoz n°102, 2009)
  • Na Corda Bamba, Mano, Cecilia Marra (Piauí N°47, 2010)

Documentaire :

  • PIXO, Roberto Oliveira ; João Wainer (Sindicato Paralelo,2009)

"Ce que je dois à Ernest Pignon-Ernest"

Saint-Malo 2011

Paul Bloas, Choque, Serge Teyssot-Gay.


La plus grande galerie du monde ? La rue. Art et transgression

Saint-Malo 2011

La rue ? « La plus grande galerie d’art au monde » déclare le photographe JR. Peintres, photo- graphes, graffeurs, « pixadores » : pour eux, la ville est devenu un nouvel espace narratif, où inscrire leurs images, leurs poèmes, leurs fic- tions. La rue, mais aussi Internet, les téléphones mobiles, Twitter, Facebook : sans cesse la créa- tion nouvelle déborde les obstacles dressés, in- vestit des lieux jusque-là tenus pour « non cultu- rels », crée hors des champs balisés. Ce fut déjà le cas de la contre-culture des « sixties ». Mais n’est-ce pas le cas de toute création véritable, que d’inventer son propre espace ?

Avec : CHOQUE, MISS. TIC, Zilda, Paul BLOAS, animé par Nicolas Bautes.