AL KHAMISSI Khaled

Égypte

L’Arche de Noé (Actes Sud, 2012)

©Philippe MATSAS / Opale / Editions Actes Sud

Auteur d’un premier roman tout en finesse sur la société du Caire, Taxi (Actes Sud, 2009), devenu un véritable best-seller tant dans son pays qu’à l’étranger, cet écrivain égyptien a été l’un des principaux relais de la révolution égyptienne auprès des médias français.

Né au Caire en 1962, Khaled Al Khamissi a baigné dans son enfance dans un univers ouvert aux arts, à la littérature et à la politique. Fils du poète Andul Rahman Khamissi et d’une mère actrice, il est élevé par ses grands-parents qui lui inculquent leur amour pour les livres. Après des études en sciences politiques, qu’il achève en 1984, il part pour la France pour achever son troisième cycle universitaire à la Sorbonne. Il travaille un moment en tant que journaliste, avant d’être traversé par la nostalgie de son pays natal et de retourner vivre en Égypte. En 1998, il crée "Nile for Cultural and Media production", une entreprise spécialisée dans les projets culturels.

Tiraillé depuis longtemps par le désir de prendre la plume, Khaled Al Khamissi se lance sérieusement dans l’écriture à partir de 2005, avec la volonté de développer "un nouveau type de littérature qui soit plus proche de tout le monde". "Ce n’est pas que du politique, ni que du social, c’est un mélange entre les deux, auquel s’ajoute ma vision, mon expérience et mes observations du monde." Son premier roman, Taxi, offre ainsi une plongée dans la réalité sociale égyptienne : dans une prose simple, empreinte d’humour, il se compose d’une mosaïque de cinquante huit conversations avec des chauffeurs de taxi cairotes, qui disent, à leur manière, la misère, la corruption et la crise que traverse leur pays.

En 2011, il collabore avec "Mahmoud Hussein" - nom de plume de deux intellectuels égyptiens, Adel Rifaat et Bahgat Elnadi - pour écrire Place Tharir, Il était une fois… la liberté, une réaction "à chaud" sur les événements brûlants qui ont embrasé l’Égypte en janvier. Un an plus tard, il publie en France L’Arche de Noé qui, sous des allures de conte, raconte les rêves et le désenchantement de douze personnages n’aspirant qu’à quitter l’Égypte pour un avenir meilleur. À la lumière des événements de 2011, ce roman paru en Égypte en 2009, frappe par sa puissance prémonitoire.


Bibliographie :

  • L’Arche de Noé (Actes Sud, 2012)
  • Place Tahir (Actes Sud, septembre 2011)
  • Taxi (Actes Sud, 2009)

L’arche de Noé

Actes Sud - 2012

En 2012, l’auteur de Taxi campe dans L’Arche de Noé, avec la même verve et le même talent de conteur, douze personnages dont les destins se sont croisés avant ou après avoir émigré à la recherche d’un emploi – ou tenté de le faire.
Le premier des personnages, Ahmad Ezzedine, est un jeune licencié en droit qui ne parvient pas à accéder au poste qu’il a toujours ardemment souhaité, faute de pouvoir payer le pot-de-vin “réglementaire”. Il se décide à partir pour les États-Unis et rompt avec sa fiancée. Celle-ci est contrainte par ses parents à se marier avec un restaurateur déjà installé à New York. Il est assisté de son cuisinier et homme à tout faire, Abd al-Latif Awad, entré clandestinement aux États-Unis après un périple rocambolesque en Amérique du Sud. Mais Abd al-Latif ne tarde pas à se mettre au service d’un homme d’affaires véreux qui a réussi à passer sa grosse fortune à l’étranger et dont le fils, Farid, mène à Londres une vie de bâton de chaise…
Défilent ensuite les autres personnages : le professeur de philosophie dans une université britannique, son cousin reconduit en Égypte après une tentative ratée d’immigration clandestine, le jeune Nubien d’Assouan, le passeur débrouillard, la doctoresse copte, la prostituée.

À travers ces portraits se révèle une société sur le point d’exploser, minée par la corruption, la répression politique et les discriminations confessionnelles ou ethniques. À la lumière des événements de 2011 en Égypte, ce roman de Khaled Al Khamissi, paru en 2009, frappe par sa puissance prémonitoire.


Revue de presse


Place Tahrir. Il était une fois…la liberté

Actes Sud - 2012

La révolution égyptienne du 25 janvier 2011, venant après la tunisienne, inspire à son tour la jeunesse libyenne, yéménite et bahreïnie, tout en suscitant une onde de choc dans la plupart des autres pays arabes. De quoi cet immense événement est-il le nom ? Un événement absolument imprévu, non seulement par les « spécialistes » de la chose politique, mais aussi par ses propres acteurs, ces jeunes qui l’ont vécu, au jour le jour, en s’émerveillant eux-mêmes de ce qu’ils venaient de provoquer. Une révolution des consciences avant d’être un renversement de régimes. Une lame de fond sans chef, ni programme, ni parti dirigeant, et cependant d’une maturité, d’une exigence morale, sans précédent. Deux mots d’ordre essentiels, sur lesquels se retrouvent toutes les classes, toutes les sensibilités, toutes les confessions religieuses : Liberté. Non-violence. Et, lisible sur tous les visages, planant au-dessus des contingences : la joie d’être là, d’être ensemble, d’être vrais, d’être le peuple en session plénière. Après coup, on peut tenter, non d’expliquer cet événement, dont l’alchimie échappera pour toujours à l’analyse, mais de saisir quelques-uns des fils qui l’ont rendu possible. Et surtout, de percevoir ce qu’il peut avoir de radicalement nouveau. Dans ce livre, deux générations différentes d’égyptiens, que bien des choses séparent, mais que réunit leur amour de l’Egypte et leur foi dans la liberté, se penchent ensemble sur ce mystère. Mahmoud Hussein est le nom de plume de deux intellectuels égyptiens, Adel Rifaat et Bahgat Elnadi, auteurs notamment de Versant sud de la liberté (La Découverte, 2e édition, 1993), Al-Sîra (2 tomes, Grasset, 2005 et 2007), Penser le Coran (Grasset, 2010) et, chez Actes Sud, Sur l’expédition de Bonaparte en Egypte (1998, Babel, 308). Né au Caire, Khaled Al-Khamissi est producteur, réalisateur et journaliste. Diplômé de sciences politiques de l’université du Caire et de relations internationales de l’université de Paris-Sorbonne, il a publié en 2007 Taxi, devenu rapidement un best-seller et aussitôt traduit en plusieurs langues européennes.


Taxi

Actes Sud - 2009
spip_logo
spip_logo

Portant chacune sur un aspect particulier de la vie sociale, économique ou politique en Egypte, ces cinquante-huit conversations avec des chauffeurs de taxi du Caire composent un tableau fascinant de ce pays à un moment clé (avril 2005-mars 2006) du règne du président Hosni Moubarak – qui sollicitait alors un cinquième mandat. Tout y est, en effet : les difficultés quotidiennes de la grande majorité de la population, la corruption qui sévit à tous les échelons de l’administration, l’omniprésence et la brutalité des services de sécurité, le blocage du système poli-tique, les humiliations sans fin que la population subit en silence, les ravages du capitalisme sauvage... Consignés en dialecte égyptien avec un humour décapant et un admirable sens de la mise en scène, ces échanges librement reconstitués par l’auteur, sinon entièrement inventés par lui, relèvent à la fois de la création littéraire et de l’enquête de terrain. S’ils font connaître les griefs des « gens d’en bas », ils laissent aussi entrevoir les raisons pour lesquelles le pouvoir en place tient bon mal-gré sa décrépitude et son impopularité. C’est sans doute cette combinaison inédite de lucidité politique, de tendresse pour les plus faibles et d’humour qui explique la diffusion de Taxi, dans sa version originale, à plus de cent mille exemplaires.

L’arche de Noé - Khaled Al Khamissi

Saint-Malo 2014

Avec Khaled Al Khamissi.
Animé par Eduardo Castillo.


Au cœur de l’Histoire en train de se faire

Saint-Malo 2014

Avec : Velibor Colic, Khaled Al Khamissi, Andreï Kourkov, Amine Boukhris, Charif Kiwan, Olivier Weber
Animé par : Yann Nicol


Une révolution culturelle ? Une cyber-révolution ?

Saint-Malo 2014

Avec : Khaled Al Khamissi, Yves Gonzalez-Quijano, Kenza Sefrioui, Hind Meddeb et Issandr El Amrani.
Animé par : Santiago Mendieta


Islam, littérature, démocratie

Islam, littérature, démocratie

Saint-Malo 2011

Abdelwahab Meddeb

"Le ton actuel n’est pas à l’islamisme" Abdelwahab MEDDEB

Comment lutter contre le fondamentalisme musulman ? Aux prophètes de tous bords d’une « guerre des civilisations », la jeunesse de Tunis et du Caire a apporté une formidable réponse que ceux-ci n’attendaient sans doute pas. Où les artistes, longtemps bâillonnés, ont joué un rôle important. Et dès lors la donne change... L’islam compatible avec la démocratie, la libre création artistique ? Un débat passionnant avec un très grand philosophe africain, enseignant aux États-Unis et tenant d’un « Islam des Lumières », Souleymane Bachir Diagne, Abdelwahab Meddeb, que les auditeurs de France-Culture connaissent bien, animateur de « Cultures d’Islam », et l’écrivain égyptien Khaled Al Khamissi.

Avec Khaled AL KHAMISSI, Souleymane Bachir DIAGNE, Abdelwahab MEDDEB, animé par Yves Chemla.


Le souci des gens

Saint-Malo 2011

Avec Lieve JORIS, Maylis DE KERANGAL, Kamel DAOUD, Khaled AL KHAMISSI,
animé par Baptiste Liger


Tunis, Le Caire, Lybie : le monde qui vient

Saint-Malo 2011

Avec Tahar BEKRI, Olivier WEBER, DAOUD Kamel, AL KHAMISSI Khaled, MEDDEB Abdelwahab, BEN MHENNI Lina, PERRIN Jean-Pierre,
animé par Yves Chemla