Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

VANN David

États-Unis

L’obscure Clarté de l’air (Gallmeister, 2017)

© Diana Matar

Prix Médicis étranger pour son premier roman, Sukkwan Island, l’Américain David Vann a été l’une des révélations littéraires de l’année 2010. Proche de la mouvance du nature writing, l’écrivain né en Alaska a fait une entrée fracassante en littérature avec ce roman sombre et puissant, inspirée de son propre drame familial. Il s’est depuis imposé comme un romancier d’envergure, dessinant progressivement les contours d’une œuvre où s’entremêlent drames familiaux et nature inquiétante. Les obsessions de David Vann nourrissent ainsi des personnages oscillant entre folie et rédemption, pris au piège de huis clos tragiques dans des décors à couper le souffle.
Dans son nouveau roman L’obscure clarté de l’air, David Vann s’attaque au mythe de Médée, un personnage complexe et terrifiant, servi par une langue noire et sublime, qui s’inscrit parfaitement dans le tragique de son œuvre.

Les romans de David Vann sont d’abord liés à son histoire personnelle, qui éclaire son œuvre d’une obscure lumière. À l’âge de treize ans, alors qu’il vit en Californie avec sa mère, il refuse de passer un an chez son père dans sa région natale comme ce dernier le lui a proposé. Quinze jours plus tard, son père met fin à ses jours : suivront vingt ans de culpabilité, d’insomnies, et de tentatives d’écriture vaines. Un jour, au beau milieu d’une traversée en mer, lui vient l’idée fulgurante de son livre : il en écrit la majeure partie en dix-sept jours, transformant son passé traumatique en fiction. Sukkwan Island raconte ainsi l’histoire d’un père et de son fils partis vivre en autarcie sur une île déserte d’Alaska. L’expérience devait rapprocher ces deux êtres qui se connaissent peu, mais le père est fragile, mal préparé à protéger son fils des éléments extérieurs et de sa propre dépression. En quelques lignes, l’histoire bascule dans l’horreur, laissant le lecteur pétrifié.

Longtemps confronté au refus des éditeurs qui jugeaient son manuscrit trop noir, David Vann a eu de multiples vies avant la publication de son premier roman. Marin dans l’âme, il a longtemps gagné sa vie en naviguant en Méditerranée et aux Caraïbes, parcourant plus de 40 000 miles sur presque toutes les mers du monde. Il fit même naufrage sur un bateau construit de ses propres mains en tentant un tour du monde (A Mile Down : The True Story of a Disastrous Career at Sea en fait d’ailleurs le récit). Il a également monté une affaire de croisières en Turquie ou encore traversé les Etats-Unis en char à voile. Au cours de ses voyages, David Vann a également écrit de nombreux reportages et collaboré avec plusieurs magazines comme The Atlantic Monthly, Esquire ou encore le Writer’s digest. Suite à sa dénociation de la culture des armes aux Etats-Unis dans Goat Mountain ou Dernier jour sur terre, très mal acceuillis par la critique et le public, David Vann quitte définitivement les Etats-Unis face à une opinion américaine outrée. Il partage aujourd’hui son temps entre la Nouvelle Zélande, où il vit, et l’Angleterre, où il enseigne la Littérature.

Il n’a cependant jamais arrêté la fiction et publie en 2011 Caribou Island, un roman baigné par la lumière froide du soleil d’Alaska, dans lequel on retrouve la mélodie puissante de Sukkwan Island. Le livre, qui sort en France sous le titre Désolations, raconte une histoire intense d’amour et de solitude, où les tourments des êtres trouvent un écho dans la dureté grandiose du décor et la force brutale des éléments. Changement de décor en 2013 : avec Impurs, l’auteur s’aventure cette fois dans la fournaise californienne pour suivre la famille du jeune Galen qui se consume à petit feu. Un roman suffocant, écrit sur le fil du rasoir. Puis sort en 2016 son roman Aquarium, dans lequel l’auteur troque l’inquiétante majesté de la nature pour la grisaille d’une banlieue de Seattle, où la jeune Caitlin n’a comme seule échappatoire à sa solitude qu’un aquarium, et un vieil homme avec qui elle se lie d’amitié en contemplant les poissons…
Il revient avec un nouveau roman L’Obscure clarté de l’air, dans lequel il s’attaque à un mythe à la mesure de son talent : Médée. David Vann devait tôt ou tard s’y confronter, lui qui n’a eu de cesse de mettre en scène des personnages solitaires, tourmentés, aux prises avec des contextes familiaux empreints de violence. L’obscure clarté de l’air nous replonge ainsi dans l’histoire de celle qui, trahie par Jason, décida de tuer ses enfants de ses propres mains. Tout à la fois libre et amoureuse, féroce et bafouée, infanticide et féministe : une relecture moderne d’une héroïne tragique et le portrait d’une femme complexe, dans une langue sombre, sublime, pressée. Un roman qui vient clore une oeuvre marquée par la sauvagerie de l’humanité et l’absurdité du monde, au milieu du désordre familial et social.

Bibliographie

Paru en France

  • L’Obscure Clarté de l’air (Gallmeister, 2017), traduit de l’américain par Laura Derajinski
  • Aquarium (Gallmeister, 2016), traduit de l’américain par Laura Derajinski
  • Goat Mountain (Gallmeister, 2014), traduit de l’américain par Laura Derajinski
  • Dernier jour sur Terre (Gallmeister, 2014) - Version française de Last Day On Earth : A Portrait of the NIU School Shooter, traduit de l’américain par Laura Derajinski
  • Impurs (Gallmeister, 2013) - Version française de Dirt, traduit de l’américain par Laura Derajinski
  • Désolations (Gallmeister, 2011) - Version française de Caribou Island, traduit de l’américain par Laura Derajinski
  • Sukkwan Island (Gallmeister, 2010) (version française de Legend of a Suicide)

Paru aux Etats-Unis

  • Bright Air Black (Atlantic Monthly Press, 2017)
  • Aquarium (Atlantic Monthly Press, 2016)
  • Goat Mountain (Harper, 2013)
  • Dirt (William Heinemann, 2012)
  • Last Day On Earth : A Portrait of the NIU School Shooter ( University of Georgia Press, 2011)
  • Caribou Island : A Novel (Penguin, 2011)
  • Legend of a Suicide (Penguin, 2009)
  • A Mile Down : The True Story of a Disastrous Career at Sea (Thunder’s Mouth Press, 2005)
L'Obscure clarté de l'air

L’Obscure clarté de l’air

Gallmeister - 2017

“Née pour détruire les rois, née pour remodeler le monde, née pour horrifier et briser et recréer, née pour endurer et n’être jamais effacée. HécateMédée, plus qu’une déesse et plus qu’une femme, désormais vivante, aux temps des origines”. Ainsi est Médée, femme libre et enchanteresse, qui bravera tous les interdits pour maîtriser son destin. Magicienne impitoyable assoiffée de pouvoir ou princesse amoureuse trahie par son mari Jason ? Animée par un insatiable désir de vengeance, Médée est l’incarnation même, dans la littérature occidentale, de la prise de conscience de soi, de ses actes et de sa responsabilité.

Dans une langue sublime et féroce, David Vann fait une relecture moderne du mythe de Médée dans toute sa complexe et terrifiante beauté. Le portrait d’une femme exceptionnelle qui allie noirceur et passion dévorante.

Revue de Presse

  • Par la force de sa plume, l’auteur américain réussit à nous transmettre une part de sa fascination de longue date pour le personnage et prouve une fois de plus qu’il peut nous ensorceler, peu importe la voie qu’il choisit d’emprunter. (Télérama)
  • Une écriture pressée, dense, saccadée, hachée, convoquée par l’urgence pour écrire un personnage en fuite, et qui regarde sans cesse derrière elle. Sans cesse en avant, devancée, et sans cesse retenue. Goule, louve, en quête de puissance et de liberté  (La cause littéraire.fr)
  • Par la force de sa plume, l’auteur américain réussit à nous transmettre une part de sa fascination de longue date pour le personnage et prouve une fois de plus qu’il peut nous ensorceler, peu importe la voie qu’il choisit d’emprunter. (La Presse)
  • Une fascinante étude de la nature humaine, ramenée à ce qu’elle a de plus élémentaire, et une saisissante contribution aux nombreuses interprétations de ce personnage, dont la complexité n’a rien perdu de son attrait. (The Guardian)
Aquarium

Aquarium

Gallmeister - 2016

Caitlin, douze ans, habite avec sa mère dans un modeste appartement d’une banlieue de Seattle. Afin d’échapper à la solitude et à la grisaille de sa vie quotidienne, chaque jour, après l’école, elle court à l’aquarium pour se plonger dans les profondeurs du monde marin qui la fascine. Là, elle rencontre un vieil homme qui semble partager sa passion pour les poissons et devient peu à peu son confident. Mais la vie de Caitlin bascule le jour où sa mère découvre cette amitié et lui révèle le terrible secret qui les lie toutes deux à cet homme.
 
La prose cristalline de David Vann nous apprend comment le désir d’amour et l’audace de la jeunesse peuvent guérir les blessures du passé. Aquarium est un pur moment de grâce offert par l’un des plus grands écrivains américains actuels.

Traduit de l’anglais par Laura Derajinski

Revue de Presse

  • Roman d’une noirceur éblouissante, Aquarium nous entraîne dans un règlement de comptes familial ébouriffant. Sensations garanties ! (Paris Match)
  • Il y a toujours la violence des relations, la difficulté à vivre, à élever un enfant lorsqu’il faut cumuler des boulots ingrats, les accès de rage, mais le pardon est possible, la rédemption aussi. Parfois il n’est pas trop tard. Cela, David Vann le dit superbement. (Le Monde)
  • Sa prose respire au rythme de ce lieu poétique, illuminé de l’intérieur et apaisant comme un ventre maternel. Dans cette fable d’une beauté obsédante, David Vann accorde pour la première fois à son héroïne le droit à la légèreté. (Télérama)
  • L’émotion est omniprésente, étouffante, crue, brutale. On est parfois tenté de refermer le livre pour reprendre son souffle, mais le récit puissant, fascinant nous embarque à nouveau avec ses phrases évocatrices, sans superflu. (La Croix)
  • On pourrait glisser rapidement vers le drame, mais il s’agit plutôt d’incommunicabilité dans ce livre magnifique, porté par une écriture poétique surprenante qui ne cherche jamais les effets. (Lire)
  • Le roman immerge dans une bulle féérique et bleue aquatique. [...] Voilà le lecteur lui-même transformé en badaud le nez collé sur une glace. La littérature s’apparente donc à un aquarium, devant lequel nous nous accoudons pour regarder un ballet de personnages, de hiérarchies et de caractéristiques propres. (Libération)

Dernier jour sur Terre

Dernier jour sur Terre

Gallmeister - 2014

14 février 2008. Steve Kazmierczak, 27 ans, se rend armé à son université. Entre 15 h 04 et 15 h 07, il tue cinq personnes et en blesse dix-huit avant de se donner la mort. À 13 ans, David Vann reçoit en héritage les armes de son père, qui vient de mettre fin à ses jours. Quel itinéraire a suivi le premier avant de se faire l’auteur de ce massacre ? Quel parcours le second devra-t-il emprunter pour se libérer de cet héritage ? L’écrivain retrace ici l’histoire de Kazmierczak, paria solitaire, comme tant d’autres. Comme lui, par exemple, qui, enfant, se consolait en imaginant supprimer ses voisins au Magnum.

Dans une mise en regard fascinante, l’auteur plonge dans la vie d’un tueur pour éclairer son propre passé, illuminant les coins obscurs de cette Amérique où l’on pallie ses faiblesses une arme à la main.

Traduit de l’Anglais par Laura Derajinski

Revue de Presse

  • Entre fiction et non-fiction, ce diptyque sonde une violence intime comme collective. David Vann nous oblige à plonger en nous, à interroger cette pulsion de violence en chacun, il montre comment une culture, des héritages et traditions produisent des tueurs. (Mediapart)
  • On n’avait pas lu une enquête littéraire aussi glaçante et fascinante depuis le pionnier De sang-froid (1965), de Truman Capote. […] David Vann plonge dans le cerveau dérangé d’un paria, tout en analysant les névroses collectives d’une Amérique qui refuse d’admettre sa dépendance aux armes. (Le Point)

Impurs

Gallmeister - 2013

Été 1985. Dans la vieille demeure familiale, en plein cœur de la Vallée Centrale de Californie, Galen vit seul avec sa mère. Tandis que celle-ci s’attache à faire revivre un passé idéalisé et l’étouffe d’un amour oppressant, le jeune homme tente de trouver refuge dans la méditation. Son existence et celle de sa mère sont rythmées par les visites inopportunes de sa tante et de sa cousine trop sexy, et par celles qu’ils rendent à sa riche grand-mère dont la mémoire défaille. Mais l’accumulation de rancœurs entre les deux sœurs et l’obsession de Galen pour sa cousine ne tarderont pas à les mener au bord de l’explosion. Une fois que la noirceur de chacun se sera révélée au grand jour, rien ne pourra plus les préserver du pire. Après Désolations et Sukkwan Island, prix Médicis étranger 2010, David Vann nous entraîne dans la fournaise californienne. Il livre un roman haletant sur la folie et la lente descente aux enfers d’un jeune homme à l’esprit torturé. Le nouveau tour de force d’un romancier exceptionnel.


Désolations

Gallmeister - 2011

Sur les rives d’un lac glaciaire au cœur de la péninsule de Kenai, en Alaska, Irene et Gary ont construit leur vie, élevé deux enfants aujourd’hui adultes. Mais après trente années d’une vie sans éclat, Gary est déterminé à bâtir sur un îlot désolé la cabane dont il a toujours rêvé. Irene se résout à l’accompagner en dépit des inexplicables maux de tête qui l’assaillent et ne lui laissent aucun répit. Entraînée malgré elle dans l’obsession de son mari, elle le voit peu à peu s’enliser dans ce projet démesuré. Leur fille Rhoda, tout à ses propres rêves de vie de famille, devient le témoin du face-à-face de ses parents, tandis que s’annonce un hiver précoce et violent qui rendra l’îlot encore plus inaccessible. Après Sukkwan Island, couronné par le Prix Médicis 2010, le second roman de David Vann est une œuvre magistrale sur l’amour et la solitude. Désolations confirme le talent infini de son auteur à explorer les faiblesses et les vérités de l’âme humaine.


Sukkwan Island

Gallmeister - 2010

Une île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin. Sukkwan Island est une histoire au suspense insoutenable. Avec ce roman qui nous entraîne au cœur des ténèbres de l’âme humaine, David Vann s’installe d’emblée parmi les jeunes auteurs américains de tout premier plan.

Les grands débats en vidéo

L’avenir du roman

Saint-Malo 2013

Participants : Michel LE BRIS, Clément CALIARI, Mathias ÉNARD, Paolo RUMIZ, Vassilis ALEXAKIS, Murray BAIL, Serge BRAMLY, Justin CRONIN, Diana EVANS, Damon GALGUT, Arnaldur INDRIDASON, Kopano MATLWA, Patrick RAMBAUD, Boualem SANSAL, Dimitris STEFANAKIS, Nick STONE, David VANN, Maryse CONDE, Gaspard-Marie JANVIER, Yahia BELASKRI, Léonora MIANO, Jean ROUAUD, Björn LARSSON, Percival EVERETT, Niq MHLONGO, Kgebetli MOELE

Les cafés littéraires

L’avenir du roman

Saint-Malo 2013

Participants : Michel LE BRIS, Clément CALIARI, Mathias ÉNARD, Paolo RUMIZ, Vassilis ALEXAKIS, Murray BAIL, Serge BRAMLY, Justin CRONIN, Diana EVANS, Damon GALGUT, Arnaldur INDRIDASON, Kopano MATLWA, Patrick RAMBAUD, Boualem SANSAL, Dimitris STEFANAKIS, Nick STONE, David VANN, Maryse CONDE, Gaspard-Marie JANVIER, Yahia BELASKRI, Léonora MIANO, Jean ROUAUD, Björn LARSSON, Percival EVERETT, Niq MHLONGO, Kgebetli MOELE

Mythologies

Avec David Vann, Estelle Faye et Lionel Davoust - Saint-Malo 2018

Rencontre avec Lionel Davoust, Estelle Faye et David Vann (traduit par Sophie Aslanides), animée par Claudine Glot


Le tragique du monde

Avec David Vann, Eka Kurniawan, Kossi Efoui et Kettly Mars - Saint-Malo 2018

Avec David Vann (traduit par Sophie Aslanidès), Eka Kurniawan (traduit par Nathalie Wirja), Kossi Efoui et Kettly Mars
Animé par Claudine Glot


Nature writers et grands espaces

Avec Jim Fergus, Lance Weller, Pete Fromm, David Vann - Saint-Malo 2013

Avec Jim Fergus, Lance Weller, Pete Fromm, David Vann


Les royaumes de l’enfance

Avec Jonas T. Bengtsson, David Vann - Saint-Malo 2013

Avec Jonas T. Bengtsson, David Vann. Animé par Josiane Guéguen


Impurs

Avec David Vann - Saint-Malo 2013

Avec David Vann. Animé par Margot Loizillon


De la dimension romanesque du réel

Avec Colin Thubron, Paolo Rumiz, Jim Fergus, David Vann et John Vaillant - Saint-Malo 2012

Avec Colin Thubron, Paolo Rumiz, Jim Fergus, David Vann et John Vaillant


Alaska

Avec David Vann - Saint-Malo 2012

Une rencontre avec David Vann animée par Géraldine Delauney.


Histoires de familles

Saint-Malo 2011

Avec David VANN, Jonas T. BENGTSSON, Herman KOCH, animé par Baptiste Liger


On les appelle « nature writers » : les écrivains du Grand Dehors

Saint-Malo 2011

Dire la splendeur du monde, sa violence aussi, sa cruauté — et comment nous nous y inscrivons. Sortir du trop plein de soi pour s’ouvrir au « Grand dehors », se laisser traverser par lui jusqu’à ne plus faire obstacle. On les appelle « nature writers », ils sont surtout américains, enfants de Thoreau, de Whitman, d’Emerson, écrivains des grands espaces. Étonnants Voyageurs les a accueillis depuis sa création — les premières collections spécifiques, créées alors par Michel Le Bris, s’appelaient Les matins du monde (La Table ronde) et Le grand dehors (Hoebeke). Un jeune éditeur intrépide a pris le relais : Gallmeister, récompensé par le Médicis étranger 2010 pour Sukkwan Island de David Vann, descente aux enfers d’un père et de son fils dans les paysages sublimes de l’Alaska — David Vann, qui sera présent à Saint-Malo, avec Pete Fromm et Ron Carlson. Indian Creek, récit d’une année de solitude comme gardien de saumons dans les Rocheuses avait révélé le talent de Pete Fromm : Avant la nuit le confirme, recueil de nouvelles sur les petites gens du Montana rural qui l’a fait qualifier de « Tchekov de Great Falls ». Entre polar et road movie, Le Signal de Ron Carlson campe ses personnages à l’ombre des montagnes immenses du Wyoming. Trois superbes écrivains à ne pas manquer, et l’occasion d’un salut amical aux éditions Gallmeister.

Avec Ron Carlson, Pete Fromm, David Vann, Mélanie Vincelette.
Un débat du Magazine Lire

Programme


Samedi

14h00
Le tragique du monde
Salle Maupertuis

15h35
Signatures

17h00
France Culture : Le Temps des écrivains de Christophe Ono-dit-Biot
Rotonde Surcouf

18h20
Signatures
 

Dimanche

16h00
Au cœur des ténèbres
Café Littéraire

17h20
Signatures
 

Lundi

11h45
Mythologie
Maison de l'imaginaire (Chapelle de l'ENSM)

14h30
Signatures