Pour petits et grands

image

Films d’animation, spectacles de marionnettes, mais aussi ateliers de contes
et de lectures, rencontres dans les lycées, à l’Université et à l’ENS de Bamako :
le festival s’ouvre aux lecteurs et spectateurs de tous les âges.

Spectacle de marionnettes au Centre Culturel Français en 2002 © Aurélia Jakmakéjian

Festival jeunesse au CCF

Cette année, tous les enfants de Bamako, ont rendez-vous au Centre Culturel Français, qui devient véritablement le coeur du festival jeunesse.
Au programme : les spectacles de marionnettes qui avaient connu un si
grand succès l’an passé, un espace multimédia pour s’initier au plaisir de la lecture tout en s’amusant, des projections de court-métrages d’animation comme L’Enfant terrible de Kadiatou Konaté et Le Cyclope de la mer de Philippe Julien (voir ci-dessous), et une grande exposition tout en couleurs proposée par l’ADPF et regroupant les meilleurs illustrateurs
africains pour la jeunesse, sélectionnés à l’occasion de la Foire du livre de
jeunesse de Bologne en 1999. Sans oublier bien sûr la rencontre “Contes,
lectures et autres histoires” à ne pas manquer le samedi 8 février dans la
matinée, en compagnie des quatre grands “raconteurs d’histoire” que
sont Azouz Begag, Ousmane Diarra, Lucien Gourong et Yvon Le Men.

Contes et lectures

La richesse de la littérature orale en Afrique n’est plus à démontrer. D’où l’importance que le festival accorde aux ateliers de conte et de lecture à voix haute. Cette année encore, Lucien Gourong anime (du 27 janvier au 1er février) un stage, des animations et des séances de contes – avec Ousmane Diarra pour la partie en langue bambara. Durant la même semaine, le “lecteur public” Marc Roger anime les ateliers de lecture.

Les écrivains dans les lycées

Si les rencontres entre auteurs, élèves et étudiants connaissent un tel succès, depuis deux ans, c’est parce qu’elles répondent à une double attente : celle des élèves et étudiants n’ayant jamais l’occasion de dialoguer avec les auteurs dont ils étudient les ouvrages, et celle des auteurs curieux d’entendre l’écho de leurs voix en des lieux inédits. Au total cette année, ce sont une dizaine de lycées qui accueillent les invités du festival. Sans compter les débats et rencontres organisés à l’Université et à l’ENS de Bamako.

© D.R.

Le Cyclope de la mer (Philippe Julien, Coproduction JPL Films / ARTE, 1998, 13’)

Un magnifique film d’animation, signé Philippe Julien. Afin de rompre sa solitude, le cyclope de la mer, gardien de phare de haute mer, s’invente une colonie de marionnettes en bois flotté auxquelles il donne mouvement et voix, jusqu’au jour où il recueille un poisson rouge sur la plate-forme du phare. Avec ce premier court-métrage en volume animé, réalisé en 1998, Philippe Julien a été récompensé de très nombreuses fois en France et à l’étranger. Déjà auteur de deux court-métrages contre le racisme, il travaille à la réalisation de Ruzz et Ben, un film d’animation de vingt-six minutes, en volume, dans la continuité du Cyclope de la mer.
Projection au Centre Culturel Français.