Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

BLINCOE Nicholas

Angleterre

Ville ceinte (Gallimard, 2005)

Écrivain, scénariste et journaliste, Nicholas Blincoe est né en 1965 dans le Lancashire (Angleterre) et a grandi à Manchester. Une ville où il a choisi de situer la plupart de ses romans et qu’il décrit comme une ville en pleine déglingue. Créateur du premier groupe de rap blanc, membre des « nouveaux puritains », il s’est fait connaître par son écriture noire, violente, et le portrait acide qu’il dresse de l’Angleterre. Acid Queen en 1998, Une simple question d’excédent de blé en 2000 et Perruques et talons hauts en 2002 : avec ses trois polars déjantés, tous parus en Série Noire, Nicholas Blincoe s’est imposé comme une figure majeure de la jeune littérature britannique. Il vit désormais à Londres. Ville ceinte est son quatrième roman à sortir dans la Série.


Bibliographie :

  • Ville ceinte (Gallimard, 2005)
  • Perruques et talons hauts (Gallimard, 2002)
  • Nouveaux Puritains (Au diable Vauvert, 2001 - collectif)
  • Une simple question d’excédent de blé (Gallimard, 2000)
  • Acid Queen (Gallimard, 1998)

Résumé de Ville ceinte :

Comment faire quand on a des dettes et qu’on est Palestinien comme Tony ? Vendre l’appartement familial que l’on possède à Jérusalem et que des Israéliens sont prêts à racheter des millions de dollars ? Mais quand les résistants palestiniens se mettent à tuer d’une balle dans la tête ceux qui s’entendent avec les Juifs, cela calme toutes les ardeurs. Tony décide de faire appel à son ami de toujours, David, cet anglais excentrique avec qui il trafiquait du haschich pendant les heures chaudes de la Guerre du Liban. Le seul problème est que David n’a qu’une idée en tête : se trouver une boulette de shit et se le fumer tranquille... Et se faire passer pour un prêtre en Terre Sainte n’arrangera pas vraiment les choses...

Les nouveaux puritaines

Gallimard - 2003

Quinze auteurs, dix règles à observer.Le projet de cette anthologie a consisté à rassembler un groupe d’écrivains appartenant à la même famille d’esprit et à leur lancer un défi. Épurer leurs récits jusqu’à l’essentiel, et voir s’il en sortait quelque chose d’intéressant... L’idée était en partie amusante, et toute aussi sérieuse. Les règles imposées avaient pour but de mettre en évidence ce qui rend les œuvres de fiction récentes si originales et si stimulantes. Elle avait pour corollaire, involontaire mais bénéfique, d’interdire aux auteurs de proposer une nouvelle récupérée dans un tiroir de leur bureau.Chacune des nouvelles présentées ici a été écrite pour l’anthologie et l’ensemble qu’elles forment montre pourquoi la fiction britannique est aujourd’hui l’une des plus intéressantes au monde.


Acid queen

Gallimard - 2002

Estela est une femme que l’on remarque dans la rue. Une vraie star. C’est aussi un transsexuel et, accessoirement, un tueur à gages.L’ennui, c’est que le jeune garçon avec lequel elle passe sa première nuit à Manchester découvre que l’homme qu’elle est venue abattre est son propre patron. Or, on peut tout mélanger à Manchester : les sexes, les drogues, le sexe et la drogue, mais pas le travail et les sentiments.


Perruques et talons hauts

Gallimard - 2002

Jake Powell travaille comme gérant dans un club de jeu de Londres. Il y a une dizaine d’années qu’il a fuit Manchester, sa ville natale, où il était impliqué dans de sordides histoires qui s’étaient terminées par la mort violente d’un de ses amis. Jake, à l’époque, faisait partie d’un groupe de jeunes gens qui se prostituaient, des « garçons à louer ».Un jour, arrive dans son club une vieille connaissance, un flic qui l’a connu dans sa jeunesse. Il lui apprend que d’autres parmi ses anciens copains ont été assassinés, et qu’il a besoin de son aide pour résoudre l’affaire. Jake est coincé et doit donc retourner à Manchester, ville où il pensait bien ne plus jamais remettre les pieds. Et où il pourrait bien perdre la vie...


Une simple question d’excédent de blé

Gallimard - 2000

Prenez un restaurant ouvert avec de l’argent volé à un vieux truand en retraite, mettez aux fourneaux un jeunot amateur de femmes « mûres », un autre au cerveau définitivement grillé par la dope comme maître d’hôtel, ajoutez la famille, les amis et les relations des précédents, touillez et vous obtiendrez du Tarantino à la sauce Almodovar. Un conseil : servez très vite avant que ça saute...