logo
Le dico des auteurs


DENIAU Jean-François

France

21 avril 2006.
 

Biographie

 
JPEG - 39 ko
Jean-François DENIAU

Né à Paris en 1928, Jean-François Deniau est issu d’une famille de viticulteurs et forestiers de Sologne. La chance ne semble pas lui avoir souri : son père meurt prématurément et , parti combattre en Indochine dans une unité de partisans montagnards, il est donné pour mort (paludisme). Jean-François Deniau décide de résister, gràce à son tempéramment de survivant. C’est cette espérance qu’il raconte dans son dernier livre, Survivre (Plon, 2006). Ce tempéramment lui permettra par exemple d’effectuer une traversée de l’Atlantique à la voile en 1995, après un triple pontage !

Homme politique, grand reporter, mais aussi grand voyageur, il a commencé par des études brillantes (lauréat du Concours général, titulaire d’un D.E.S.S d’économie politique et d’une licence de lettres en ethnologie et sociologie, il a aussi été élève à l’Institut d’études politiques). En 1949 à Saïgon, il passe l’écrit de l’ENA avant de travailler à Bonn auprès de l’Ambassadeur de France André François-Poncet. Il s’intéresse très tôt à l’Europe. Chargé de mission en 1955 auprès du président du Conseil, il participe à la rédaction du Traité de Rome. Il exercera ensuite diverses fonctions politiques (membre de laa commission européenne, secrétaire d’Etat, ambassadeur en Mauritanie et en Espagne, ministre), qui lui permettront de créer les principaux organismes d’aide en faveur des pays du Tiers-Monde.

A partir de 1982, il se consacre au soutien des peuples victimes de dictature et d’occupation dans des pays tels que le Cambodge, l’Afghanistan ou le Liban. L’écriture, une autre passion, lui a valu le grand prix Paul Morand de l’Académie française en 1990. Jean-François Deniau y est élu en 1992, au fauteuil de Jacques Soustelle. La mer lui vaudra le grand prix de la mer en 2004, pour son action de président-fondateur du corps des Écrivains de marine. Il est élu en 1999 à l’académie de Marine, en remplacement d’Eric Tabarly.

Jean-François Deniau est décédé à Paris le 24 janvier 2007.

http://www.jeanfrancois-deniau.org/


Bibliographie :

- Survivre (Plon, 2006)
- Le grand jeu (Hachette Littérature, 2005)
- La lune et le miroir (Gallimard, 2004)
- La double passion (Robert Laffont, 2004)
- La gloire à vingt ans (XO éditions, 2003)
- Dictionnaire amoureux de la mer (Plon, 2002)
- L’île Madame (Hachette Littérature, 2001)
- La bande à Suzanne (Stock, 2000)
- Histoires de courage (Plon, 2000)
- Tadjoura (Hachette Littérature, 1999)
- Le bureau des secrets perdus (Odile Jacob, 1998)
- L’Atlantique est mon désert(Gallimard, 1996)
- Mémoires de 7 vies (Plon, Tome 1 en 1994, Tome 2 en 1997)
- Le secret du roi des serpents et autres contes (Plon, 1993)
- Ce que je crois (Grasset, 1992)
- L’empire nocturne (Olivier Orban, 1990)
- Un héros très discret (Plon, 1989)
- La désirade (Plon, 1989)
- Deux heures après minuit (Grasset, 1985)
- L’Europe interdite (Seuil, 1977)
- La mer est ronde (Voile Gallimard, 1975)
- Le marché commun (PUF, collection Que sais-je, 1958)
- Le bord des larmes (Grasset, 1955, sous le pseudonyme de Thomas Sercq)


Résumé de Survivre :

La vie de Jean François Demau, c’est d’abord survivre. Aux rêves d’une enfance enchantée. À la maladie et à l’hôpital qui ne le lâchent pas depuis près de vingt ans. Aux pièges de la jungle, aux secrets de la diplomatie, aux risques des maquis afghans ou de la guerre en Bosnie, aux tentations du pouvoir, aux complots de la politique française, aux dangers de la mer. À la vie elle-même avec ses passions amoureuses, ses moments d’aveux et de désespoir - le courage quand même de ne jamais abandonner. La volonté d’espoir quand il n’y a pas d’espoir s’appelle l’espérance.

Œuvre

 

Empire nocturne

Orban - 1990