Téléchargez la grille horaire 2018
(Fichier PDF - 2.5 Mo)
Téléchargez le catalogue 2018
(Fichier PDF - 6.8 Mo)

GIRAUDEAU Bernard

France

Cher amour (Anne-Marie Métailié, 2009)

Bernard Giraudeau © D.R.

Né en 1947 à La Rochelle, Bernard Giraudeau est un personnage hors norme dans le paysage cinématographique français, à la fois acteur, réalisateur et documentariste.

Après une enfance passée au port de La Palice, né d’un père militaire absent, Bernard Giraudeau cède à l’appel de l’aventure et s’engage à 15 ans dans la Marine nationale. Deux tours du monde plus tard, il enchaîne les petits boulots et intègre le Conservatoire en 1970, obtenant un premier prix de comédie classique et moderne. Trois ans plus tard, il tourne aux côtés de Jean Gabin et Alain Delon dans le polar Deux hommes dans la ville et enchaîne ensuite les rôles dans des comédies populaires, se mettant au service de personnages tantôt bourrus, tantôt mystérieux, mais toujours attrayants. En 1983, le film noir Rue barbare marque une rupture dans sa carrière, son image de séducteur laissant progressivement la place à des rôles plus sombres. Plus discret par la suite sans pour autant abandonner les planches, c’est par le biais de la réalisation qu’il témoigne de son goût toujours prégnant pour le voyage et l’aventure.

Paradoxalement, c’est alors qu’il met en scène L’Autre, en 1990, puis Les caprices d’un fleuve, en 1996, que Giraudeau trouve ses rôles les plus marquants sous l’objectif de Nicole Garcia d’abord, en 1994, pour Le Fils préféré, avant Patrice Leconte et Ridicule en 1996 ou Une affaire de goût et Bernard Rapp en 2000. Privilégiant des rôles plus ambigus qu’à ses débuts, il s’expose désormais différemment, de Raoul Ruiz à Chok Dee en passant La Petite Lili pour Claude Miller.

Comédien redécouvert par le public, la carrière de Bernard Giraudeau connaît un second souffle et depuis quelques années il faut désormais compter avec ses talents de conteur et de romancier, comme en témoignent Les dames de nage et Cher amour, son dernier roman.

In english


Bibliographie :

  • Cher amour (Anne-Marie Métailié, 2009)
  • Les dames de nage (Anne-Marie Métailié, 2007)
  • Les hommes à terre (Anne-Marie Métailié, 2006)
  • Un abécédaire marin (Guides Gallimard, 2005)
  • Guide Franck : Haute-Corse (Glénat, 2004 – avec Armelle Godfroy)
  • Guide Franck : Corse du Sud (Glénat, 2004 – avec Armelle Godfroy)
  • Ailleurs (Editions PC, 2003 - illustrations d’Olivier Suire Verley)
  • Le marin à l’ancre (Métailié, 2001)
  • Les caprices d’un fleuve (Mille et une nuits, 1996)

Jeunesse :

  • Les contes d’Humahuaca (Métailié, 2002 – illustrations de Joëlle Jolivet)
  • Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban (Gallimard Jeunesse, 2002 – CD audio, lu par Bernard Giraudeau)
  • Harry Potter et la Chambre des Secrets (Gallimard Jeunesse, 2001 – CD audio, lu par Bernard Giraudeau)
  • Harry Potter à l’école des sorciers (Gallimard Jeunesse, 2001 – CD audio, lu par Bernard Giraudeau)

Présentation de Cher amour :

Je suis en arrêt de jeu, sur le dos, paupières closes. Je sais que vos mains, fines, élégantes, déliées sont une harmonie, une musique pour saisir mes lettres, les déplier et les tenir comme la plus précieuse découverte de notre vie. Cette main qui repousse une mèche de cheveux reste suspendue pendant que vous lisez, attentive, les mots sacrés de ce voyageur infatigable qui a fini par s’arrêter dans votre jardin. Je vous aime depuis si longtemps, depuis avant le début.

Ces lettres qui ne pourraient jamais finir sont celles de mes mouvements géographiques et de mes voyages immobiles sur la scène. Mais probablement y verrez-vous un autre voyage plus complexe, plus hardi, plus désespéré. Voyager, dit-on, on n’en revient jamais.

Le prendrez-vous ce temps de me lire pour me prolonger un peu en vous ? Avec un don irrésistible pour dire le clair-obscur des sentiments, Bernard Giraudeau embarque ses lecteurs, en compagnie de l’inconnue qu’il veut séduire, vers des ailleurs nés d’un imaginaire construit sur l’aventure, le désir de vivre et d’aimer.

Présentation de Les dames de nage :

Trois amis, trois destins à la recherche de l’amour à travers le monde. Amélie l’amour d’enfance retrouvée, Mama l’initiatrice africaine, Jo, la vie et la liberté qui se partage, Marguerite qui s’en va après avoir fait un signe à travers la vitre, les femmes de Dikilou, la passagère oubliée sur le quai, Marcia le travesti qui voudrait tant être une femme, Camille si proche qu’on ne le sait pas… Autant de rencontres et de nuances dans les sentiments qui permettent à ces trois hommes de se construire, de chercher leur vérité.Et la fraternité, le voyage et l’aventure. Le style inimitable de Bernard Giraudeau, un roman à lire à haute voix pour voyager…

Présentation de Les hommes à terre :

Les hommes à terre sont tous un peu des marins perdus, immobiles ils voyagent vers d’indicibles aventures. A Hô Chi Minh-Ville, Jean-Paul accompagne son père et découvre un inconnu qui n’a pas oublié sa guerre à Saigon. A Brest, un marin raconte ses voyages à une toute jeune fille mais c’est elle qui partira. Billy, lui, n’est pas un marin comme les autres, la dame de L’Iguaçu le sait. A Lisbonne, Diego l’Angolais, le naufragé, pêche en attendant de reprendre la mer pour rêver ses amours dans la salle des machines. A La Rochelle, Pierre enterre Jeanne, une femme tendre qui connaissait la mélancolie des voyages, les bonheurs des retours et l’éternité de l’amour. Une prose précise, drue, crue et poétique, des personnages qui naissent de l’aventure, l’ailleurs et l’éternité éphémère que seule fait naître la mer.

La Transamazonienne

La Transamazonienne

(Bernard Giraudeau, Les Films Grain de Sable, 1993, 52’) -

Bernard Giraudeau, nourri des lectures de London et de Michaux, dont les citations accompagnent son récit, roule vers cette route longue de 4 500 km, la Transamazonienne.

Je vous emmène en Amazonie, du Tocantins au Tapajos et de Maraba à Itaïtuba. Depuis cet indien, un cacique couvert d’or aperçu un jour par un conquistador fiévreux jusqu’aux ville fabuleuses englouties par la forêt, l’homme n’a cessé de rêver et de conquérir. Je voulais mon rêve à moi.
Je vous emmène en Amazonie. Ici rien ne débouche nulle part, disait Henri Michaux. Brésil, Rio de Janeiro, Belem, là-bas un peu au sud il y a une route, la Transamazonienne. Elle traverse la forêt d’Est en Ouest, elle finit quelque part au large de la Frontière péruvienne comme une blessure. J’ai voulu voir les humains de cette forêt surhumaine. Je vous ai rapporté de cette chasse amazonienne des visages que j’ai cru reconnaître. Je vous ramène des têtes d’Amazonie, je vous les ramène du désert vert, de la Sud Amérique où il y a 500 ans nous arrivions.


Bernard Giraudeau

Présenté par Bernard Giraudeau


Un ami chilien

Un ami chilien

(Bernard Giraudeau, Les films Grain de Sable, 2000, 53’) -

« Un jour mon ami m’a dit : "J’aimerais t’emmener chez moi au pays Aïmara dans l’extrême nord du Chili, une terre écrasée entre les Andes et le Pacifique". Dans son exil, il m’a appris ses origines, l’histoire de son histoire. Quelques mois plus tard nous avons laissé le printemps de France pour les glaces du Parinacota et le désert d’Atacama. Un rêve de 5000 kilomètres de la frontière péruvienne et bolivienne à Valparaiso.

C’est la terre de tous les conquérants ; des Incas Quetchua à la résistance Aïmara et Atacamène ; des conquistadors à l’indépendance ; du sacrifice d’Allende à la dictature de Pinochet. Qui es-tu chilien mon ami ? Tu rêves de t’envoler comme le condor et avant de mourir tu regarderas comme lui, ce long pétale de mer, de vin et de neige dont parle Pablo Neruda et tu chuchoteras : "Je suis de cette terre". J’ai filmé son pays comme je l’ai aimé. Avec lui je vous ai rapporté les visages et les regards de ceux qui habitent un des plus beaux pays du monde : le sien. »

Bernard Giraudeau

Présenté par Bernard Giraudeau


Carnets de voyage de Bernard Giraudeau : Esquisses philippines

Carnets de voyage de Bernard Giraudeau : Esquisses philippines

(Bernard Giraudeau, Producteur : Elvane Carrara, Musique : Osvaldo Torres, 2005, 52’) -

Bernard Giraudeau nous emmène sur l’île principale de Luzon, où se trouve la capitale, Manille. Dans sa jeunesse, lorsqu’il servait dans la marine française, l’acteur avait déjà fait escale dans ce port. Aujourd’hui, c’est le tournage d’un film sur le Général Leclerc qui le ramène aux Philippine. Avec ses paysages semblables à ceux du Vietnam, l’île a servi au tournage de nombreux films de guerre, dont Apocalypse Now. Entre deux journées de tournage, nous suivons Bernard Giraudeau qui nous emmène à la découverte de la population philippine et en particulier à ces habitants des bidons villes qui s’étalent le long des lignes de chemins de fer et qui ont été rendus célèbres par le photographe James Nachtway . L’acteur nous emmènera également visiter les villages lacustres de la côte, le massif du volcan Pinatubo, les bidonvilles installés dans les gigantesques décharges de la capitale et les superbes paysages des cultures de riz en terrasse de l’intérieur de l’île.

Cher amour

Anne-Marie Métailié - 2009

« Ce qui suit vous est conté à vous, madame T, à vous et à nulle autre, à moins que vous ne souhaitiez qu’il en soit autrement… C’est parce que je vous aime depuis si longtemps, depuis avant le début voyez-vous. Ce sont des voyages au pays des hommes. Voyager, dit-on, on n’en revient jamais. C’est juste, je vous écris pour prolonger l’instant, garder une trace, tordre le cou à la fugacité, à l’oubli, à “l’impermanence”, ceci sans succès bien sûr puisque c’est vouloir figer l’éphémère et j’aime l’éphémère, nul n’est parfait. Le prendrez-vous, ce temps de me lire, pour me prolonger un peu en vous. » Un homme écrit à la femme qu’il n’a pas encore rencontrée, il lui parle de ses voyages, avec passion, avec humour, il écrit pour vivre et pour la séduire. De l’Amazonie au Cambodge en passant par le Chili, l’Indonésie ou Djibouti, il raconte des histoires extraordinaires ainsi que des paysages et des vies quotidiennes, et à ses retours à Paris, où il cherche cette inconnue, ses expériences sur des tournages de film ou au théâtre. Il nous fait partager des expériences hors du commun ainsi que sa quête de l’amour et de lui-même. Bernard Giraudeau écrit dans un style exceptionnel, à la fois poétique et cru.


Le marin à l’encre

Anne-Marie Métailié - 2001

Conteurs, raconteurs

Saint-Malo 2009
Dimanche : 11h45 - Conteurs, raconteurs
Steve Toltz, Andrea Vitali, Bernard Giraudeau. Animé par Jean-Claude Lebrun