logo
Le dico des auteurs


BRIVAL Roland

France

15 mars 2016.
 

Biographie

 
JPEG - 38.5 ko
© DR

Originaire de la Martinique, Roland Brival a vécu aux Antilles, aux États-Unis et en Angleterre, avant de s’installer à Paris. Critique littéraire, homme de théâtre, compositeur et chanteur de jazz, il revendique un art résolument métis. C’est à travers l’écriture qu’il s’est fait connaître du grand public. Voix essentielle de la Caraïbe, il signe un nouveau roman avec pour personnage principal, la figure d’un des fondateurs du mouvement de la Négritude, Léon-Gontran Damas. Son écriture fine explore la complexité de l’âme de Damas, ce " Tisseur de rêves ", et en révèle toute la densité. Glissant au cœur de l’humanité du poète guyanais, Brival plonge aussi le lecteur dans le Harlem foisonnant du New York des années 1930, avec ses tragédies et son incroyable dynamisme culturel. Et l’on sort de ce voyage enrichi et grandi.

Né en Martinique, Roland Brival s’est installé à Paris avec sa famille au début de son adolescence. Homme de théâtre, plasticien, musicien et peintre, dès les années 1970, il expose au Musée d’Art Moderne de Paris. Après avoir vécu quelques années à New York, en 1976, il fonde en Martinique le groupe pluridisciplinaire et bilingue Boua Boua. Il s’agit pour Roland Brival d’un véritable laboratoire de recherches théâtrales, dans le cadre duquel il compose, écrit et chante trois albums inspirés des accents de la musique traditionnelle antillaise et deux albums pour enfants. La troupe joue dans le monde entier jusqu’en 1985. L’expérience Boua Boua a permis à Roland Brival d’organiser des stages pour adultes et pour enfants en Martinique, Guadeloupe et Guyane qui visaient à stimuler une écriture théâtrale et une manière d’interpréter le théâtre qui soient propres au monde caribéen.

Quand la troupe met fin à se activités, Brival a entamé depuis longtemps sa carrière d’écrivain, mais n’abandonne pas son amour pour la musique, se lançant au contraire dans une activité de compositeur et de chanteur solo qui l’approche des sonorités jazz et de ce qu’il appelle le « blues créole ». Autour des années 2000 il signe pendant quatre ans une rubrique de critique littéraire dans Elle Magazine. Toujours partagé entre ses différentes activités créatrices, il continue à écrire des pièces théâtrales (qu’il ne publie pas), des chansons, des romans et des scénarios de film.
Île en île

Le site de Roland Brival


Bibliographie :

- Nègre de personne (Gallimard, 2016)
- L’ensauvagé (Ramsay, 2007)
- Un amour à Sanbaad (Le Serpent à Plumes, 2005)
- Cœur d’Ebène (Phébus, 2004)
- Paradis brisé : Nouvelles des Caraïbes (Hoebeke, 2004 - collectif)
- L’homme de nulle part (Des lires, 2004)
- En eaux troubles (Phébus, 2002)
- Le Chevalier de Saint-Georges (Le Manuscrit, 2001)
- La robe rouge (Phébus, 2000)
- Biguine Blues (Phébus, 1999 - Prix RFO du Livre 2000)
-  (Phébus, 1998)
- Le dernier des Aloukous (Phébus, 1996)
- No man’s land (J. C. Lattès, 1986)
- Les tambours de Gao (J. C. Lattès, 1985)
- La montagne d’ébène (Le Livre de poche, 1985)
- Le sang du Roucou (J. C. Lattès, 1982)
- Martinique des cendres (Olivier Orban, 1978)


Discographie :
- Circonstances aggravantes (Such Production, 2014)
- Vol De Nuit (Futur Acoustic, 2010)
- Kayam (Such Production, 2006)
- Waka (Isma’a, 2003)
- Créole Gipsy (Isma’a, 2002)
- Intense (Night and Day, 1998)


Actualité

 
Romans

Nègre de personne

Gallimard - 2016

Gontran Damas, un jeune Noir originaire de Guyane, épris de littérature et engagé dans le mouvement « Négritude » fondé par ses amis Césaire et Senghor, débarque dans le port de New York pour la première fois. Il est accueilli par sa cousine Élisa, et son mari Anton, qui l’hébergent dans leur petit appartement en sous-sol dans Harlem. Damas, tout à la joie et à l’excitation de découvrir New York et Harlem, n’oublie pas qu’il a une mission : prendre contact avec les membres de la NAACP (National Association for Avancement of Coloured People). Bientôt, il fait la connaissance du poète Langston Hughes à qui il confie être porteur d’une invitation pour les intellectuels noirs de Harlem. Grâce à Langston, Damas fait la connaissance d’Anna, une jeune peintre dont il s’éprend et qui lui ouvre d’autres portes : il pénètre les cercles de l’intelligentsia noire de Harlem, et s’immerge dans la culture de ce quartier – la culture du jazz le bouleverse.Cette plongée dans le Harlem des années 30 est une confrontation à la complexité d’un monde où tout peut arriver, aux relations amoureuses décousues, au sexe dans les bordels tenus par des mégères excentriques, aux dangers de la drogue – Gontran rencontre Billie Holiday, vit une aventure avec elle, mais c’est avec Anna qu’il goûtera à la cocaïne. C’est aussi une immersion dans la violence de la rue.Entre émotions amoureuses et discussions politiques confrontant les intellectuels de la NAACP et leurs adversaires de l’UNIA, Damas s’adresse à Césaire et à Senghor et leur fait le récit de son séjour. Il les interpelle, entremêlant poèmes et réflexions, remémoration de souvenirs communs. De même, il évoque son enfance guyanaise, son déracinement. Ce roman se lit comme un texte initiatique et un journal de bord. Initiation à la musique – le jazz, celui des grandes heures de l’Appollo Théâtre et du Cosmo, celui de Billie Holiday chantant Strange Fruits , celui de Charlie Parker et d’Erroll Garner, celui des boîtes de nuits –, initiation à la politique – le récit expose les différents points de vue des intellectuels noirs des années 30 – et initiation à l’amour. Nègre de personne est un beau roman, plein, riche et extrêmement vivant.


Revue de presse :
- « Léon-Gontran Damas fut, en 1934, avec Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire, le fondateur à Paris de la revue L’Etudiant noir. Le creuset de ce qui allait devenir la négritude, revendication, par des intellectuels français nés hors métropole, de leurs racines, tout en exprimant leur appartenance à la francophonie, leur amour d’une langue française qu’ils avaient "en partage", selon la belle formule de Maurice Druon, parfois réinventée, enrichie, magnifiée. Trois Noirs, un Sénégalais, un Martiniquais, un Guyanais métis. Mais ce dernier est moins célèbre que ses frères. Sans doute parce que, poète, homme de conviction, même s’il fut à un moment tenté par la politique (député de la Guyane de 1948 à 1951), sa carrière n’a pas atteint le niveau des deux autres, Senghor surtout. Il ne mérite pourtant pas d’être oublié, et l’on sait gré à Roland Brival de l’avoir pris pour héros de ce roman, dans un épisode marquant de son parcours, la découverte des Etats-Unis. »
Livres Hebdo

Œuvre

 
Romans

Nègre de personne

Gallimard - 2016
Gontran Damas, un jeune Noir originaire de Guyane, épris de littérature et engagé dans le mouvement « Négritude » fondé par ses amis Césaire et Senghor, débarque dans le port de New (...)
 

Le dernier des aloukous

Phébus - 1996
 

Vidéos

 

 

Les cafés littéraires

Saint-Malo 1998

Pour la rencontre

 
Saint-Malo 1999

Le chant du monde

 
Saint-Malo 1996

Roland BRIVAL, Daniel CHAVARRIA